Hilare de vivre

Les « quartiers populaires » toujours morts de rire

  • 2016-2019 : En vertu de l’adage selon lequel « on ne change pas une équipe qui gagne », les professionnels promotionnels de la Politique de la ville gardent la même communication infantile et dégradante pour se faire valoir.
  • Dans les desseins dessins de la Mairie de Paris, des émoticônes hilares persistent à tenir les murs de la Goutte d’Or et de la Chapelle.

À gauche, illustration du blog de Colombe Brossel, maire adjointe en charge notamment de la Politique de la ville auprès de la maire de Paris (30 juin 2016). À droite, invitation de Colombe Brossel et Éric Lejoindre, maire du 18e arrondissement de Paris, pour une réunion publique sur les quartiers populaires (18 juin 2019). Agrandir l’image (et les sourires des émoticônes).

Nos lecteurs se souviennent qu’au moment où s’ouvrait enfin la concertation pour le chantier de réparation de la Goutte d’Or Sud (première session du comité de suivi le 20 mai 2019), l’APUR déposait le bilan faisait le bilan de la Politique de la ville dans les quartiers qui en dépendent (voir notre billet « L’APUR au rapport » en page Défense du quartier).

Le rapport remis par l’APUR le 21 mai a été publié sur le site du Conseil citoyen qui rappelle  qu’« avec le Contrat de Ville parisien 2015-2020, l’État, la Ville de Paris et l’ensemble des partenaires signataires se sont fixés des objectifs ambitieux d’intervention et d’actions dans les quartiers populaires jusqu’en 2020 » et qu’il a, pour sa part, « participé à la présentation, par l’APUR, en présence de Colombe Brossel adjointe à la Mairie de Paris, de cette évaluation à mi-parcours du Contrat de Ville, ce 21 mai, à l’Hôtel de Ville de Paris ».

Le site du Conseil citoyen – qui est, avec celui d’ASA-PNE et de Cavé Goutte d’Or, l’un des rares à suivre le projet de réparation du secteur Boris Vian/Polonceau/Goutte d’Or – donne à lire les différents documents présentés par l’Atelier parisien d’urbanisme le 21 mai 2019. Cavé Goutte d’Or s’est arrêté sur le volet concernant « les quartiers de la Politique de la ville dans le 18e arrondissement » datant d’avril 2019 (lire le rapport de l’APUR).

Ses conclusions ne sont pas rassurantes pour la Goutte d’Or et la Chapelle et ne justifient pas les sourires de figurines avec lesquels les responsables de la Politique de la ville communiquent à leurs égards.

Populaires et prioritaires
ou inversement

On sait que la Ville de Paris peine à distinguer les quartiers populaires des quartiers prioritaires. Par un glissement qu’on appellera ici sémantique pour laisser à chacun le soin de trouver le meilleur signifiant du signifié, les deux mots en sont venus à ne faire qu’un dans la sémiologie urbaine où l’APUR lui-même peine à trouver Saussure à son pied.

De quoi les quartiers populaires sont-ils prioritaires ? – Des investissements de la Ville de Paris, expliquait le 30 juin 2016 sur son blog Colombe Brossel ; ce qui est confirmé aujourd’hui par la Ville de Paris sur le sien.

Quant au rapport présenté par l’APUR le 21 mai dernier dans les sous-sols de l’Hôtel de Ville, il nous apprend que les « quartiers pop » (ainsi hache-tagués dans un tweet de Colombe Brossel qui fera date) sont appelés QP quand ils sont aussi quartiers prioritaires. Les autres sont en QVA (Quartier de Veille active) et l’ensemble formant, si on a bien compris, les QPV (Quartiers en Politique de la ville).

La Goutte d’Or et la Chapelle telles que nous les connaissons et en parlons sur le blog font partie de ce qui est appelé par l’APUR le « Secteur  des  Faubourgs  du  18e », composé de la Goutte d’Or sud (classée quartier prioritaire), de la Goutte d’Or nord  (classée quartier de veille active comme les Amiraux – Simplon et la Chapelle Sud). Les quartiers dits « en veille active » sont en meilleure situation que les quartiers prioritaires, en d’autres mots : un quartier en veille active n’est « pas encore prioritaire » et, pour le dire comme le Conseil citoyen, « le quartier de La Chapelle, en veille active, pourrait basculer en prioritaire. Le secteur à la limite de La Chapelle et Gare du Nord a été identifié comme pouvant entrer également dans la géographie prioritaire ».

Le statut « prioritaire » est donc le statut qui est attribué au quartier qui va le plus mal et on suit ainsi les quelques pages du rapport de l’APUR dans un va et vient montant et descendant où la Goutte d’Or est toujours en bas. Ainsi en page 8, si « les indicateurs rendent compte d’une réduction globale des écarts socio-économiques entre le secteur et le reste du territoire parisien », le rapport observe que « le quartier prioritaire Goutte d’Or est marqué à l’inverse par un double mouvement d’arrivée de catégories sociales supérieures et d’accroissement des écarts sociaux ».

Le bénéfice de la bascule

De même, si « la part des foyers à bas revenus reste élevée dans le secteur dit Faubourg du 18e (21 % contre 12 % à Paris) », elle est de « 28 % dans le quartier prioritaire de la Goutte d’Or » (page 9). Pour ce qui est de « l’insertion sociale et professionnelle des jeunes », présentée par le rapport comme « un enjeu majeur », 15 % des jeunes du secteur Faubourg du 18e ne sont ni en emploi ni en étude (contre 9 % à Paris) et le chiffre passe à « 19 % pour le quartier prioritaire de la Goutte d’Or » (page 9). Et ainsi de suite hélas : le mal-logement (dont l’éradication demeure le navire amiral de la Municipalité) reste à l’index dans l’ensemble du périmètre dont le rapport de l’APUR indique qu’il « se caractérise par des problématiques d’habitat dégradé et de suroccupation plus marquées que dans d’autres secteurs prioritaires : 12 % de ménages sont en situation de mal logement dans le secteur contre 9 % à Paris (page 12). Même « la vacance commerciale » se distingue : elle est en effet « plus élevée dans l’ensemble des quartiers qu’en moyenne à Paris, notamment dans les quartiers de veille active Amiraux-Simplon et la Chapelle Sud où 15% des locaux sont vacants (contre 9 % à Paris et 13 % dans la partie QP de la Goutte d’Or) » (page 13).

Last but not least, « les quartiers du secteur sont très peu végétalisés », indiquent les indicateurs (page 14) qui ajoutent au passé composé que « le périmètre a bénéficié » de certains aménagements en effet déjà réalisés comme la ZAC Pajol et d’autres qui restent en cours d’exécution (la création d’une promenade urbaine de Barbès à Stalingrad) et de concertation (la requalification du secteur Boris Vian / Arcades Goutte d’Or) et dont on ne peut encore dire que la zone a « bénéficié ».

C’est déjà beaucoup de dire qu’elle a « bénéficié » de toute la tension l’attention qu’on lui accorde depuis quarante ans. Cette partie du rapport inclut d’ailleurs un mot sans pourcentage comparatif concernant « les problématiques d’usage de l’espace public, notamment dans le quartier de la Goutte d’Or, très fréquenté et animé (qui) connait des problèmes de propreté, de vente à la sauvette, trafic de drogue, prostitution (…) », – quartier dont l’APUR rappelle, comme en survolant la précision dans ce contexte, qu’il est « placé en zone de sécurité prioritaire (ZSP) depuis 2012 », ce qui néglige curieusement les décennies antérieures puisque, comme le soutient la Ville de Paris dans un autre document qu’on peut lire sur le site du Conseil citoyen à la date du 2 janvier 2019 (lien), c’est bien à 1984 que tout remonte (ici pour mémoire) :

  • « Le quartier de la Goutte d’Or est inscrit depuis 1984 dans les procédures de la Politique de la Ville, depuis 1996 en ‘Zone urbaine sensible’ et depuis 2012 en ‘Zone de sécurité prioritaire’. Il a de ce fait bénéficié, depuis les années 80, d’une intervention publique forte, articulant projet social et renouvellement urbain ciblé sur le traitement de l’insalubrité » (Ville de Paris).

« Rendez les bénéfices ! » ou « Arrêtez les frais ! »... Quel slogan pour les prochains communicants de la Politique de la ville ? Réponse ce soir en Mairie du 18e ?

Quelques habitants du quartier ont reçu une invitation pour une présentation de la Politique de la ville le 18 juin à 18 h 30 place Jules Joffrin (voir l’invitation)*.

*Agenda urbaniste très chargé. Cavé Goutte d’Or invite les lecteurs du blog à lui rapporter la substantifique moelle du populaire meeting.

Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.