Vie de l’association

L’Assemblée générale 2018 a approuvé le rapport d’activité 2017 et adopté les projets d’action pour l’année en cours

  • L’Assemblée générale de Cavé Goutte d’Or s’est tenue le 24 mars 2018 dans le décor élégant de Lilium, atelier de création d’Hélène Mansiat au 13 rue Cavé, adresse historique du quartier s’il en est, en covisibilité préservée avec l’église Saint Bernard, monument lui-même historique classé à l’initiative de l’association.
  • Le maître mot pour 2018 est transition : transition douce et passage de témoin. Parallèlement à la poursuite des dossiers en cour(s), Cavé Goutte d’Or fera en 2018 le bilan de 7 années d’études et d’actions sur l’urbanisme du quartier et restituera ses dossiers dans le projet de voir les habitants se les approprier.

Les lieux d’intervention de Cavé Goutte d’Or (2010-2018) : 1) 25 Stephenson – 2) 24 Cavé – 3) 7 Myrha – 4) 5 Myrha – 5) Classement de l’église St Bernard – 6) 83bis Philippe de Girard – 7) 4 Léon – 8) Friche Léon/Myrha – 9) 20 Léon – 10) Rue Boris Vian – 11) 20 Poissonniers – 12) 11 St Bruno – 13) Fond du jardin Bashung – 14) 13 Saint Luc – 15) 46 Poissonniers.

Rapport d’activités 2017
(extrait du PV de l’assemblée du 24 mars 2018)

L’assemblée a approuvé le rapport moral et d’activité du président, faisant notamment état des points suivants (suivre les liens actifs pour plus de développement)  :

– Recours c/ Ville de Paris dans le dossier Batigère (angle Myrha/Affre) : examen de la décision du Tribunal administratif (TA) du 28 décembre 2017 et suite ; protection du 5 rue Myrha (lien).

– Recours c/ Ville de Paris dans le dossier AFL/Sefri-Cime (angle Cavé/Stephenson) : présentation du recours au TA et des modificatifs qu’il a déjà suscités.

– Appel c/ Jugement du TA et Ville de Paris dans le dossier extension de l’École Saint Bernard (angle Saint Bruno/Pierre L’Ermite) : état du dossier, retours de l’audience publique du 15 mars 2018 (lien).

– Étude et assistance technique pour le Syndicat des copropriétaires du 46 rue des Poissonniers : étude d’archives et d’urbanisme en vue d’une modification de façade (lien).

– Étude et assistance technique pour le Syndicat des copropriétaires du 13 rue Saint Luc : historique et futur de la fresque sur le square Léon (lien).

– Étude et assistance technique pour la propriété du 14 rue Affre : pour mémoire et développements car en lien avec les deux points précédents. Litige avec la Ville de Paris concernant les ouvertures sur le jardin Bashung (lien). Victoire au TA de la thèse défendue par Cavé Goutte d’Or pour le 14 rue Affre (lien).

– Étude et assistance technique pour le Café-Hôtel de l’Univers (20 rue des Poissonniers).

– Rue Boris Vian et Arcades de la rue de la Goutte d’Or : actions des 2 mai 2017 (lien) et 30 novembre 2017 (lien).

– Assistance à l’Assemblée générale de SOS Paris (lien).

– Assistance à l’Assemblée générale d’Action Barbès.

– Participation au CA de Paris Nature Environnement devenue France Nature Environnement-Paris (FNE-Paris).

– Co-organisation de la Saint Urbain 2017 à l’Échomusée de la Goutte d’Or avec FNE-Paris et plusieurs organisations parisiennes de défense de l’environnement (lien).

– Suivi du déménagement de la Goutte verte sur le TEP Goutte d’Or (lien).

– Suivi des élections législatives : interpellation des candidats (lien) et analyse (lien).

– Défense générale du quartier et des associations en pointe contre les agressions de la Ville de Paris (lien) : participation au vide grenier de Paris-Goutte d’Or ; suivi des pétitions d’habitants et de commerçants qui circulent dans le quartier.

– Animation du blog de Cavé Goutte d’Or et des pages Facebook et Tweeter.

– Divers.

*

Du rapport moral et d’activité, se distinguent deux axes principaux de travail consistant, l’un à suivre et au besoin contester les décisions d’urbanisme affectant l’histoire et la qualité de vie du quartier, l’autre à assister les membres de l’association dans des projets d’urbanisme ou des questions de voisinage liées à des projets architecturaux ou d’urbanisme.

  • Procédures administratives

Le premier axe a fait l’objet de plusieurs procédures relatées sur le blog de l’association, dont deux sont encore en cours, l’une devant le tribunal administratif de Paris (Foncière Logement/Sefri-Cime Promotion, angle Cavé/Stephenson), l’autre devant la cour administrative d’appel de Paris (école Saint Bernard, angle Pierre L’Ermite/Saint Bruno). Toutes n’ont pas été gagnées, mais toutes ont contraint les promoteurs immobiliers à régulariser les projets contestés, à corriger ou préciser tel élément laissé dans l’illégalité ou l’ambiguïté, établissant ainsi combien la Ville de Paris est disposée à accepter des projets dont des éléments majeurs doivent être modifiés avant de pouvoir être régularisés.

Ces procédures ont par ailleurs mis en lumière la politique de la Mairie de Paris consistant à disqualifier activement le quartier et le faire entrer dans un cycle de dénigrements successifs dont les promoteurs immobiliers se servent pour justifier leur manque de respect pour le bâti existant (cf. « La Ville recourt aux captures d’écran de Google pour disqualifier les abords de l’église Saint Bernard »).

Urban papers

Les mémoires en défense de la Ville et des promoteurs immobiliers constituent à cet égard une source de travail et d’étude d’une très grande richesse. Il ressort notamment de la documentation accumulée que la Mairie du 18e arrondissement a activement empêché, dans un premier temps, la protection de l’église Saint Bernard au titre des monuments historiques puis, une fois cette protection acquise néanmoins grâce à l’inscription et au classement de l’édifice à l’initiative de Cavé Goutte d’Or, l’a activement vidée de toute substance.

En ce qu’il révèle de manière détaillée l’insistance de la Mairie du 18e arrondissement à favoriser la construction dense et de mauvaise qualité au détriment de la protection du patrimoine historique et architectural, le dernier mémoire déposé par Cavé Goutte d’Or dans la procédure liée à l’extension de l’école Saint Bernard doit entraîner une enquête administrative impliquant, à terme, la mise en cause possible de la responsabilité de l’administration publique – tant nationale que municipale.

L’architecte des bâtiments de France (dépendant de l’État) et les Mairies de Paris et du 18e concourent en effet aux décisions qui ont entraîné la destruction programmée du patrimoine historique et architectural de la Goutte d’Or, destruction programmée qui refait surface aujourd’hui, expressément dans l’étude de Violette Roland parue dans le Bulletin de SOS Paris l’été dernier (lien), et incidemment dans le texte de la pétition pour une solution durable en matière de sécurité et salubrité du quartier, qui fait état des « erreurs historiques dans l’aménagement du quartier lors de l’opération Goutte d’Or Sud » (lien).

  • Recherches et assistance technique

Le deuxième axe de travail de l’association met Cavé Goutte d’Or en relation avec des habitants du quartier qui en sont membres pour des études historiques, recherches d’archives, conseils techniques et médiations avec la Ville de Paris et/ou des voisins.

À titre d’exemples :

La façade Sud du 14 rue Affre donnant sur le square Bashung

14 rue Affre / square Alain Bashung Cavé Goutte d’Or a ainsi assisté les propriétaires de l’immeuble sis au 14 rue Affre dans leurs relations tumultueuses avec la direction de l’Urbanisme de la Mairie de Paris qui prétendait pouvoir faire boucher les quinze ouvertures de cet immeuble, ouvertures d’origine (fin XIXe siècle) dès lors qu’après avoir longtemps donné sur des hangars, elles donneraient soudain sur un square, le square Alain Bashung aujourd’hui fermé « pour cause d’insécurité ». À l’appel initial des locataires du 14 rue Affre, l’association a accompagné les propriétaires dans une longue et fastidieuse procédure qui a mis en échec la direction de l’Urbanisme devant le tribunal administratif (lien).

Ce que la Direction de l’Urbanisme de la Mairie de Paris voulait imposer aux locataires du 14 rue Affre. Lire la note de Cavé Goutte d’Or du 31 mai 2013.

20 rue des Poissonniers / opération immobilière Cavé Goutte d’Or assiste les propriétaires du café-hôtel de L’Univers au 20 rue des Poissonniers (photo ci-contre) dans le cadre des référés préventifs avant démolition et reconstruction de l’immeuble mitoyen faisant l’angle des rues Myrha et des Poissonniers (lien).

13 rue Saint Luc / fresque sur le square Léon Cavé Goutte d’Or accompagne ici en défense le syndicat coopératif des copropriétaires du 13 rue Saint Luc dans la dernière (ou avant-dernière) phase d’une longue procédure qui l’a vu être condamné par la cour d’appel de Paris à restituer une fresque sur un mur pignon où ladite fresque avait été apposée en 1992 sans l’autorisation du syndicat. L’exécution de l’obligation contestable faite au syndicat par la cour d’appel se heurte à celle de solliciter une autorisation préalable, que la Ville ne donne pas dans la mesure où la fresque à restituer est en covisibilité avec l’église Saint Bernard, devenue monument historique, et ne présente plus les garanties d’intégration qu’elle aurait représentées au début des années 1990, si encore une demande d’autorisation avait été présentée et accordée alors. Imbroglio juridico-administratif qui met en jeu plusieurs niveaux de responsabilité municipale, la première étant précisément l’absence de toute autorisation initiale de créer la fresque en 1992 (lien).

Le projet tel qu’il doit avoir été autorisé par la Ville en 1992. La question des autorisations n’est pas résolue.

Les archives d’une façade. Lire la note de Cavé Goutte d’Or.

46 rue des Poissonniers / justice civile et droit de l’urbanisme Entre les dossiers Affre et Saint Luc précédemment évoqués, celui du 46 rue des Poissonniers met en jeu la possibilité que soit bouchées par décision de justice civile (en l’occurrence la cour d’appel de Paris) les ouvertures du rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitation sans considération des dispositions d’urbanisme que cet immeuble aurait à respecter s’il devait être contraint de modifier sa façade. L’association assiste ici aussi un syndic bénévole de copropriété et, outre la rédaction d’une note produite devant la cour d’appel, elle a proposé une médiation entre les deux copropriétés concernées en vue d’une régularisation des ouvertures qui devraient tenir compte de l’unité de la façade en accord avec les propriétaires du fonds voisin.

Assistance technique antérieure L’assistance technique réalisée antérieurement par l’association en faveur notamment des copropriétaires du 19 rue Cavé (tentative de protection patrimoniale des petites maisons de faubourgs des 22-24 rue Cavé), du 20 rue Léon (protection du Café de L’Olympic), du 54 rue Marx-Dormoy (tentative de protection d’un édifice d’époque Restauration au 83bis rue Philippe de Girard) peut être suivie sur le blog.

Publicité – Au-delà de ses propres activités, il arrive que l’association inspire d’autres actions, ce qui est usuel dans les combats militants. Dans ses interventions cependant, l’association Cavé Goutte d’Or agit toujours elle-même, en son nom personnel ou pour le compte de ses membres. Elle est alors expressément mandatée par eux. En dehors de ces deux types d’intervention, aucune action ne peut ainsi être attribuée à Cavé Goutte d’Or.

 Projets 2018

Les projets à suivre en 2018 ont été présentés et discutés dans la perspective d’un passage de témoin et d’une fusion avec d’autres associations actives dans le quartier ou sur Paris.

Désenclavement 

L’année 2017 a renforcé le désenclavement du quartier poursuivi par l’association depuis ses origines, sa première participation aux Journées européennes du patrimoine et le soutien de l’association Sauvegarde du Paris Historique dès 2011 qui aboutit à la participation de Cavé Goutte d’Or aux Journées d’études sur l’habitat parisien de juillet 2012 organisée par l’architecte Jean-François Cabestan, le soutien ensuite de la Cohérie Boris Vian de 2012 à aujourd’hui, l’ouverture d’un débat sur le site d’Action Barbès en janvier 2016, le soutien encore de Paris Nature Environnement, l’engagement de SOS Paris aux côtés de Cavé Goutte d’Or dans son combat devant la Cour administrative d’appel pour le respect des abords de l’église Saint Bernard, monument historique classé.

La présence, le 19 décembre 2017, de Paris Nature Environnement (aujourd’hui FNE-Paris) et de plusieurs associations parisiennes de défense de l’environnement au rendez-vous annuel de la Saint Urbain institué par Cavé Goutte d’Or depuis 2012 est venue en point d’orgue concrétiser l’ouverture pratiquée, qui fut accompagnée encore par les contacts rapprochés avec, notamment, les associations ASA-PNE (qui suit l’aménagement de Paris Nord Est et est très active sur les secteurs de La Chapelle et Pajol), Action Barbès, Paris-Goutte d’Or (institution du quartier créée au début des années 1980 pour tenter d’empêcher sa destruction programmée) et plusieurs des rédacteurs et signataires des pétitions en circulation, dont celle des habitants intègre les préoccupations de Cavé Goutte d’Or en matière d’urbanisme et d’aménagement du quartier.

Passage de témoin

Est ainsi adoptée la proposition d’envisager un passage de témoin progressif afin de partager les projets de l’association par le plus grand nombre. De la mobilisation actuelle des associations du quartier autour de son aménagement sauvage et à maints égards illégal au cours des dernières décennies, peut naître la mise en place d’un site de quartier indépendant auquel pourraient contribuer les rédacteurs du blog de Cavé Goutte d’Or.

L’association souhaite notamment mettre en place une étude faisant le lien entre la rue Boris Vian qui risque de perdre son nom faute d’investissement culturel des opérateurs, d’une part, et le travail réparateur des « erreurs historiques dans l’aménagement du quartier » évoquées par la pétition « Une solution durable pour la sécurité et la salubrité du quartier Goutte d’Or/La Chapelle », d’autre part. Si le texte de cette pétition vise expressément « l’opération Goutte d’Or Sud », la réflexion s’entendra des deux opérations dites Goutte d’Or Sud et Château Rouge : il est d’ailleurs notable que les deux quartiers soumis aux coups des deux processus de ‘‘réhabilitation’’ qui en ont démoli l’âme et l’histoire sont aujourd’hui toujours l’objet d’opérations d’urgence, le dispositif municipal « Tous mobilisés pour la Goutte d’Or » suivant de quelques semaines celui qui était instauré sous le nom « Tous mobilisés pour Château Rouge ».

Les deux dispositifs ont l’ambition de « construire les solutions face aux nombreuses problématiques rencontrées au cours des derniers mois, notamment en matière d’espace public » (Goutte d’Or) et « mettre en œuvre des actions concrètes pour aller vers un espace public apaisé » (Château Rouge).

Suivi des actions en cour(s)

Décision d’engager ou défendre un pourvoi sur le dossier de l’école Saint Bernard. Recherches de fonds (en relation avec le passage de témoin présenté ci-dessus et les éventuelles suites de procédure). Suivi des recherches pour le 46 rue des Poissonniers (modification de façade). Suivi des recherches sur les fresques du square Léon apposées sans autorisations sur les pignons des 11 et 13 rue Saint Luc et assistance au 13 rue Saint Luc dans la gestion des conséquences de cette opération. Suivi du référé préventif aux côtés du Café-Hôtel de l’Univers (20 rue des Poissonniers). Suivi général de l’assistance aux membres de l’association. Suivi des actions sur la Rue Boris Vian et les Arcades de la rue de la Goutte d’Or.

Sensibilisation de syndics bénévoles

L’assemblée comptait trois syndics bénévoles lors de sa réunion du 24 mars et la composition du bureau de l’association a toujours reflété l’engagement de ses membres dans la gestion des copropriétés. Fut ainsi naturellement évoquée lors de l’assemblée du 24 mars la possibilité d’une force à tirer de la fédération de syndicats gérés par des syndics non professionnels qui pourraient être sensibilisés aux problèmes rencontrés dans le quartier.

***

À l’occasion de son 7ème anniversaire, Cavé Goutte d’Or repousse les frontières de la ZUS

  • L’association de défense de l’urbanisme et du patrimoine architectural de la Goutte d’Or réunit les associations parisiennes de défense de l’environnement dans un projet de mutualisation de leur travail.
  • L’occasion pour les habitants du quartier de rencontrer Cavé Goutte d’Or et ses amis autour d’un apéritif.

Save the date
MARDI 19 DÉCEMBRE 2017
(Saint Urbain)

de 18 h 30 à 21 h 30 à L’ÉCHOMUSÉE
21 rue Cavé – 75018
Carrefour Cavé, Léon, Saint-Luc
Métros Barbès-Rochechouart, Château Rouge, La Chapelle

Contribution de Cavé Goutte d’Or aux Journées européennes du patrimoine 2011 à l’Échomusée.(Photographie historique de Jean-Christophe Lambret qui a su capter la co-visibilité de l’église Saint Bernard et du futur CROUS de la Goutte d’Or (lire sur le blog).

Les associations invitantes :
FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT – ÎLE DE FRANCE,
PARIS NATURE ENVIRONNEMENT, SOS PARIS, RESPIRATION PARIS 15,
ASA PNE, CAVÉ GOUTTE D’OR.

***

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s