Revoyure

Le 28 juin si tout va bien

  • Parallèlement à la poursuite de ses recours contre la requalification du secteur Boris Vian, Cavé Goutte d’Or lance 5 projets urbains en forme de bilan de travail qu’elle déclinera sur son blog au cours des 5 semaines qui doivent aboutir à la conclusion des Municipales 2020, – ou pas.
  • Appelés à se développer sous la maîtrise des habitants et associations du quartier qui souhaiteront les mener, les 5 projets s’accommoderont parfaitement d’élections qui pourraient avoir lieu en janvier 2021, – ou pas. 

Mur de la Halle Saint-Pierre, Rue Ronsard (75018), dessin de Iléa, Photo CGO 18 mars 2020, deuxième jour de confinement. Pour savoir pourquoi ce regard fixe si intensément celui d’Iléa depuis le 16 mars 2020, cliquer ici.

Parmi les perles qu’on réserve d’ores et déjà aux bêtisiers qui ne manqueront pas de voir le jour quand on en aura fini avec tout ça, ou pas, on note cette remarque entendue au journal de France info du 22 avril 2020 à 9 h 26 : « Beaucoup de maires ont prolongé leur mandat le temps de l’épidémie pour venir en aide à leurs administrés »*.

Les maires non réélus ou non remplacés au 15 mars 2020, qui n’ont rien prolongé spontanément et dont le mandat était simplement prorogé jusqu’à nouvel ordre, auront apprécié l’appréciation à sa juste valeur. Le nouvel ordre est arrivé et, pour ce qui concerne les quelque cinq mille communes restées sans maire au lendemain du 15 mars, ce sera donc le 28 juin si tout va bien.

Boris Vian, cent ans
et droit dans son 2 mai

Alors que la date du deuxième tour des élections municipales de 2020 en France demeure aléatoire, la Saint Boris est restée imperturbable en son 2 mai, – cette année comme toutes les autres.

Avec la modestie et la discrétion qui convenaient aux éléments, ce rendez-vous sans doute plus confidentiel a été maintenu en effet et Cavé Goutte d’Or a, comme promis, achevé son cycle de dix ans d’activités et engagé le passage de témoin que l’association avait annoncé pour sa neuvième Saint Boris, petit happening annuel qui a pris ses marques et au cours duquel elle a pu proposer, chaque 2 mai depuis 2012, un bilan de son travail sur le tarmac du TEP Goutte d’Or, installé rue Boris Vian.

Confinement oblige, le rendez-vous du 2 mai s’est tenu hors-champ mais on en trouve la trace dans les trois billets mis en ligne pour l’occasion ici, ici et ici). Suivant le rythme du déconfinement progressif, il se prolongera jusqu’au 28 juin, profitant des cinq semaines qui nous séparent de l’éventuel deuxième tour des Municipales en cours.

Cinq projets à la Une

En guise de bilan de travail donc, hors toute forme de campagne qui pourrait être poursuivie durant ces mêmes semaines mais en les communiquant aux candidats encore en lice, Cavé Goutte d’Or lance ainsi cinq projets, ouvre cinq chantiers dont l’association transmet parallèlement la maîtrise à qui voudra les mener, cinq propositions qui rappellent les étapes principales de ses dix années d’actions et s’appuient sur les points les plus saillants qui s’en dégagent.

1) Création de deux ELP (« Espaces Libres Protégés ») aux deux extrémités de la rue Polonceau

Les espaces actuellement occupés par le jardin Polonceau à l’angle de la rue des Poissonniers et le TEP Goutte d’Or à l’autre extrémité de la rue doivent demeurer libres de toute construction et être à cette fin identifiés au PLU de Paris comme « espaces libres protégés pour leur fonction dans le paysage urbain et le cadre de vie des habitants, leur qualité esthétique ou de témoignage historique et leur rôle dans le maintien des équilibres écologiques » >Lire ici.

2) Protection patrimoniale de la Goutte d’Or Sud

En hommage au Démol, monument historique non officiel partiellement emporté par la destruction infligée à la Goutte d’Or au nom de sa réhabilitation, la demande de protection patrimoniale de la pointe Boris Vian/Polonceau/Goutte d’Or, incluant la façade du gymnase, le carrefour Saint Luc/Polonceau/Boris Vian et la nouvelle place Cheikha Remitti fera office de reconquête, par et pour les habitants du quartier, de ce qui en a été démoli >Lire ici.

3) Préemption des locaux de Drouot-Montmartre

Les équipements sportifs qui ne pourront trouver place dans le secteur Boris Vian protégé trouveront en revanche dans les anciens locaux de Drouot de la rue Doudeauville un espace correspondant aux besoins identifiés. Le projet de préemption de ces locaux par la Ville de Paris a été dévoilé par Cavé Goutte d’Or à quelques jours du premier tour des Municipales, le 11 mars 2020. Resté jusqu’alors confiné au PS/PC, présenté sur le ton de la confidence par Éric Lejoindre dans une petit meeting de fin de campagne, le projet doit émerger au grand jour afin que les autres partis puissent en inclure les perspectives dans leurs programmes >Lire ici.

4) Parrainage d’immeubles à sauvegarder

Outre les tribulations de l’Urbanisme parisien sur le secteur Boris Vian/Polonceau (voir les développements de nos recours ci-dessous), les derniers projets d’urbanisme étudiés par Cavé Goutte d’Or aux 1 rue de la Charbonnière, 39 rue Myrha, 30 rue Cavé et 6 rue Polonceau ont mis au jour de sérieuses lacunes dans l’instruction. Ces lacunes permettent peut-être de rouvrir les dossiers, le cas échéant sur le terrain du droit civil.

L’association propose de créer un système de parrainage des immeubles en danger ou à protéger préventivement par les habitants riverains désireux de les sauver. Aux adresses déjà évoquées, peuvent ainsi s’ajouter le 36 rue Myrha (ancien cinéma, ancienne église évangélique), les 26-28 rue Cavé qui, avec le 30 évoqué plus haut, forment un ensemble de petites maisons de faubourg dont les numéros 22 et 24 ont déjà subi les ravages de la rénovation urbaine >Lire ici.

Au sein du parrainage qui pourra être mis en place sur ces adresses d’ici au 28 juin, pourront se développer les chantiers déjà ouverts par Cavé Goutte d’Or dont on trouve, pour mémoire, les fiches techniques ci-dessous, concernant :

> La contestation du projet « Des couleurs éclatantes pour la Goutte d’Or et la Chapelle », projet détourné du Budget participatif >Lire ici.
> Le soutien à la réfection du mur sud de la Bibliothèque Goutte d’Or, qui ne fait structurellement et juridiquement pas partie du projet ‘voté’ au budget participatif litigieux et ne doit en conséquence pas y être associé afin qu’il puisse, pour sa part, se développer au mieux. Le projet de l’association Esquisses, dont on a pu dire qu’il était retardé « à cause d’une obstruction juridique » (rien moins tout de même que l’absence de déclaration préalable pour un projet municipal), gagnera en transparence dès que, via son affichage sur le terrain, il pourra être consulté par les tiers. D’ores et déjà, le blog salue la directrice de la Bibliothèque, qui a reçu Cavé Goutte d’Or pour faire un point technique alors que l’association Esquisses, que nous souhaitions rencontrer également, nous a renvoyés (sur l’air bien connu de « la voix de son maire ») « aux services de la Ville qui auront les compétences pour vous répondre » >Lire ici.
> Le déconfinement de Louise Michel, dont la plaque signalant qu’elle a vécu au 36 rue Polonceau a été emportée l’hiver dernier par les travaux de rénovation de la boutique El Fouta >Lire ici.
> Le meilleur achèvement possible des travaux de végétalisation entrepris par le Jardin de L’Univert sur l’espace public, juste en face de l’immeuble où Louise Michel aura bientôt retrouvé sa plaque commémorative >Lire ici.
> La préservation des abords de l’église Saint Bernard, monument historique protégé depuis novembre 2012, classé depuis juin 2015, toujours affublé de containers de tri sans doute très utiles mais déplaçables (ce parrainage-là suivra utilement l’évolution du projet de rampe PMR pour la salle Saint Bruno) >Lire ici.

5) Sortie de la Politique de la ville

Ce projet n’est pas nouveau. Cavé Goutte d’Or l’avait évoqué en octobre 2013 dans la perspective des élections municipales de 2014. Avec l’expérience acquise depuis 2014 (la mandature qui s’achève), Cavé Goutte d’Or estime aujourd’hui que le quartier doit impérativement sortir de tous les zonages qui l’ont livré à la Politique de la ville depuis 1984. Dans un premier temps, elle poste à nouveau son billet du 19 octobre 2013 >Lire ici.

Les deux recours liés à la requalification urbaine
de la Goutte d’Or Sud

À J moins 3 du premier tour et du confinement qui l’a suivi, les candidats de la municipalité en place réunis sous le label « Paris en commun » écrivaient encore qu’un moratoire sur le projet de requalification de la Goutte d’Or Sud « risquerait de stopper tout projet pour le quartier ». Alors que tous les autres candidats, y compris leurs alliés de gouvernement Verts, en pointe sur la défense du secteur et dont le vote du 11 décembre 2019 a fragilisé l’alliance (ici pour mémoire), se prononçaient en faveur d’un moratoire et d’une concertation sérieuse (ici pour mémoire), « Paris en commun » estimait que les réunions publiques, marches exploratoires et autres comités de suivi qui se sont succédé au chevet du désastre de la précédente rénovation urbaine du quartier  avaient porté leurs fruits et « permis de confirmer les orientations prises » (voir la réponse de Paris en commun au questionnaire de L’Atelier urbain de la Goutte d’Or, du 12 mars 2020, page 1 et 2).

Cavé Goutte d’Or ne partage pas cette position et poursuit les deux recours engagés l’hiver dernier contre le projet de requalification du secteur Boris Vian/Polonceau/Goutte d’Or, deux recours qui ont vu leurs délais prolongés au gré de l’état d’urgence sanitaire.

Pour mémoire, ces deux recours s’opposaient, l’un au permis de démolir du 21 octobre 2019 accordé à la société publique locale (SPL) Pariseine pour divers travaux de démolition des escaliers Boris Vian et du TEP existant, l’autre à la délibération du Conseil de Paris du 11 décembre 2019 qui estimait pouvoir considérer comme levées (à la date du 11 décembre 2019) les réserves mises par le commissaire enquêteur à la privatisation de la rue Boris Vian, levée de réserves dont le commissaire enquêteur avait lui-même expressément fixé la plus proche date possible au 29 février 2020.

Les développements respectifs des deux recours auront lieu d’ici à début juillet pour le premier, mi-août pour le second (dont dépend en réalité grandement le premier) >Lire ici.

*

* Un autre renversement, sur la même station France info (12-13 du 22 mars 2020) et sur le même ton prescriptif : « Respectez le confinement, non seulement pour éviter les amendes, mais aussi pour empêcher le virus de se propager ».

Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.