Mésusages

Un « vœu de l’exécutif » court-circuite la délibération du Conseil de Paris relative au projet de requalification de l’îlot Polonceau

  • En réalité, le « vœu de l’exécutif » proposé en catastrophe lundi matin semble vouloir sauver la délibération 2019 DU 245 en prévenant le risque d’un vote contre par l’opposition et les alliés Verts de la majorité qui estimeraient que les réserves du commissaire enquêteur ne peuvent être levées en l’état, contrairement à ce que voudrait leur faire voter l’exécutif.
  • C’est donc bien la délibération que le vœu tente de paralyser en empêchant les élus de constater que ce qu’on leur demande d’entériner n’est pas réalisé.
  • Toujours avec un coup d’avance, ASA-PNE et Cavé Goutte d’Or avaient déposé durant le week-end une note sur l’impossibilité de voter régulièrement, avec ou sans vœux édulcorant, la délibération litigieuse.
  • Le blog publie cette note très synthétique de deux feuillets qui mérite la lecture des élus comme des habitants et commerçants du quartier, d’autant que « le vœu de l’exécutif » met à contribution « les associations locales » et autres « collectifs associatifs ».

De tout cela, il ne sera pas question ou pas seulement ce jeudi 12 décembre à La Manufacture (photo CGO), lors de la première réunion publique de L’Atelier urbain de la Goutte d’Or, dont l’objectif est la mise en mouvement de la construction commune d’une vision d’avenir du quartier avec et par ses habitants. 

Le vœu déposé lundi matin insiste sur la concertation à poursuivre et semble même accueillir les notes et esquisses de L’Atelier urbain de la Goutte d’Or comme un projet à étudier, considérant en effet « l’étude des deux projet dits ‘alternatifs’ adressés à la direction de l’Urbanisme par (L’Atelier urbain) et par l’agence d’architectes Atelier 26 », mais il ne prend pas en compte le fait que la délibération arrive trop tôt et ne respecte pas le délai de fin février 2020 fixé par le Commissaire enquêteur pour la concertation à poursuivre.

Le texte du vœu de l’exécutif regorge de références aux habitants et associations locales et on sait que la Mairie du 18e prétend qu’elle peut s’appuyer sur un soutien massif pour imposer le projet officiel et la levée des réserves qui, pour l’instant, ne peut être sérieusement constatée.

Pour jouer la carte du soutien massif des associations locales, la Mairie du 18e se fonde notamment sur un document sans valeur probante qui restitue une enquête parallèle menée en marge des comités de suivi officiels et reposant sur un double morcellement : le morcellement du projet architectural et le morcellement du tissu associatif. Les deux morcellements paraissent pourtant vains :

  • En dépit de la mise en garde expresse du commissaire enquêteur qui souligne que, « sous peine de reproduire les erreurs du passé, il est inutile d’agir dans la précipitation », la Mairie du 18e évoque en effet un « calendrier contraint » et tente de faire adopter le projet par morceaux, privant le quartier d’une analyse sérieuse et vraiment réparatrice de la précédente opération. Or, aucune contrainte réelle ne justifie cette précipitation, notamment aucune condition financière dès lors que le morcellement du projet en augmente le coût, la contribution NPNRU (1,75 M€ sur 12,53 M€) n’étant pour sa part pas liée à l’acceptation du projet actuel.
  • La méthode de concertation parallèle choisie, consistant à consulter chaque association individuellement sur chaque morceau du projet séparément revient, pour sa part, à jouer les associations les unes contre les autres, voire à jouer les associations contre les habitants, prenant le risque de fragiliser le tissu associatif en le faisant apparaître comme un élément paralysant, – en raison notamment de la quantité de promesses, souvent contradictoires, que la municipalité d’arrondissement a faites ou laisser faire.

> La note remise aux élus le 7 décembre 2019.
> Le vœu de l’exécutif rattaché au projet de délibération 2019 DU 245.
> Le projet de délibération 2019 DU 245.
> Le Conseil de Paris en direct.

Sortie par le haut, La Manufacture, 12 décembre 2019, 18h30-21h. (Photo CGO).

Pour mémoire, c’est dans ce contexte que L’Atelier urbain de la Goutte d’Or présente ses premiers travaux le jeudi 12 décembre 2019, de 18 h 30 à 21 heures à la Manufacture (8 rue Myrha). Si l’actualité la plus immédiate semble vouloir accompagner l’évènement, L’Atelier urbain de la Goutte d’Or ne se laissera pas enfermer dans un rôle de comité de suivi et prendra le soin de mettre l’accent sur l’idée directrice de sa création, qui est la construction commune d’une vision d’avenir du quartier avec et par ses habitants. Comme le rappelle l’Association pour le Suivi de l’Aménagement Paris Nord-Est dans une récente rubrique de son blog, L’Atelier urbain souhaite mobiliser les habitants de la Goutte d’Or autour de la production commune d’une vision partagée de l’évolution de leur quartier (lien sur le blog d’ASA-PNE).

Lors de la première réunion publique, le 12 décembre, seront exposés les enjeux de L’Atelier urbain de la Goutte d’Or, sa méthode, et la perspective des trois ateliers thématiques qui suivront en janvier et février prochains sur l’espace public et la nature en ville, les services et le commerce, la culture et le patrimoine. Une réunion finale sera programmée ensuite pour débattre et valider les conclusions de ce travail qui se terminera en mars/avril 2020 par la présentation d’une synthèse remise à la Municipalité.

Agendas croisés

Si l’Urbanisme et son cortège de délibérations, déclarations préalables, permis de démolir ou de construire, comités de suivis et autres concertations ne sera pas, tant s’en faut, le thème privilégié, ce jeudi 12 décembre à La Manufacture, les petits points d’étape que demeurent l’opposition éventuelle au permis de démolir (20 décembre 2019) ou l’opposition éventuelle à la délibération DU 245 (10-12 février 2020) se rappelleront en leur temps aux agendas respectifs des habitants, commerçants et associations qui voudraient y participer.

Inscription à l’Atelier du 12 décembre :
atelierurbaindelagouttedor@laposte.net

(Les inscriptions déposées jusqu’ici sur les adresses mail d’ASA-PNE, La Table ouverte, Cavé Goutte d’Or ou par tout autre moyen ont bien été enregistrées).

*

Ce mardi soir, la discussion annoncée dans notre dernière newsletter sur le sujet des Coop d’habitat est maintenue à La Base, 31 rue Bichat (75010). Renseignements ici.

Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.