Reconquête républicaine

Les élus du 18e votent en conscience le premier volet du coloriage de leurs quartiers difficiles

  • Devant le tollé provoqué sur tweeter par l’idée extravagante de « colorier les rues » de la Goutte d’Or et de la Chapelle pour « égayer » ces quartiers en ZUS, ZSP et autres zones de reconquête républicaine, la Mairie du 18e se défausse sur 1.566 prétendus ‘votes’ au budget participatif 2018.
  • « Bonne journée (y a rien à voir !) », lance un tweet de la place Jules Joffrin en panique.
  • Retour sur le Conseil d’arrondissement du 16 septembre suivi en direct, avec les interventions de Carine Rolland, Pierre-Yves Bournazel et Éric Lejoindre. 

Le tweet de @mairie18paris du 17 septembre 2019 en réponse au tollé provoqué par celui de @cavegouttedor du 16 septembre 2019.

À en croire le tweet balancé mardi matin 17 septembre par la Mairie du 18e (et il y a en effet comme de la ‘balance’ au sens argotique dans dette défausse), les conseillers d’arrondissement avaient lundi soir un pistolet sur la tempe : « C’est pas nous, c’est les habitants ! On a dû voter la délibération dite ‘Des couleurs éclatantes à la Goutte d’Or et à la Chapelle’ car c’est un projet choisi et voté par eux », lance en substance l’équipe municipale que Cavé Goutte d’Or avait mise en garde contre un vote qui pourrait paraître irréfléchi.

Le tweet cache à ses destinataires la réalité de la délibération car, à l’initiative du conseiller Pierre-Yves Bournazel qui fit état de l’intervention de Cavé Goutte d’Or, le conseil d’arrondissement a pris le temps de la recevoir et d’en discuter. C’est ainsi en parfaite connaissance de cause qu’il a voté à l’unanimité le premier volet du coloriage budgété à 5.226 € sur un total de 100.000 € prétendument « voté par les habitants ».

Le conseiller Pierre-Yves Bournazel devant le CA 18 ce 16 septembre 2019. Voir la vidéo sur le site de la Mairie du 18e (extrait ici).

Pour mémoire, Cavé Goutte d’Or était intervenue peu avant l’ouverture du conseil pour signaler à l’attention des élus trois projets de délibérations qu’ils seraient appelés à discuter ce soir-là : 1) le coloriage des rues ; 2) d’autres initiatives touchant les soi-disant « quartiers populaires » alors que l’association rappelle à juste titre que la terminologie est erronée, sans doute volontairement trompeuse ; 3) le projet de déménagement d’un des locaux situés sous les pilotis de la rue de la Goutte d’Or (voir la lettre de Cavé Goutte d’Or aux élus et notre billet du 16 septembre sur la page Défense du quartier).

Une affaire de culture

C’est au titre des Affaires culturelles que Carine Rolland, adjointe aux dites affaires et première adjointe au maire d’arrondissement, présenta le projet intitulé « Des couleurs éclatantes à la Goutte d’Or et à la Chapelle » parmi « les interventions artistiques visant un embellissement de l’espace public dans le cadre du Budget participatif ». 

La première adjointe Carine Rolland présente le projet de délibération « Des couleurs éclatantes pour la Goutte d’Or et la Chapelle ». Conseil d’arrondissement du 16 septembre 2019 (sources : site de la Mairie du 18eextrait ici).

Selon la maire ajointe, le projet avait été « voté il y a deux ans » et il s’agissait, « par cette délibération, de proposer à l’association Esquisses de travailler – le travail a déjà été bien entamé, précisait Madame Rolland en étrange incise à l’attention de celles et ceux qui étaient censés en décider  – avec des habitants de la Goutte d’Or pour réaliser une fresque sur les murs de la Bibliothèque de la Goutte d’Or ».

Le projet de délibération 2019 DAC 311 joint à l’ordre du jour du conseil précise que « l’association propose de réaliser une fresque participative sur le mur du local attenant à la bibliothèque Goutte d’Or, côté boulevard de la Chapelle. Cette opération aura lieu lors de la Fête des Vendanges, qui aura cette année pour thème la couleur ».

Et d’ajouter, avec force recours aux habitants participatifs : « Les habitants sont partie prenante du projet dès sa conception jusqu’à sa réalisation et son inauguration. L’association Esquisses mettra ainsi en place des ateliers participatifs gratuits et ouverts à tous pour réaliser cette fresque avec les habitants du quartier » (voir le projet de délibération).

« Une fresque participative sur le mur du local attenant à la bibliothèque Goutte d’Or, côté boulevard de la Chapelle », dit le projet de délibération (sources image : Google Street view, avril 2019).

Dans sa lettre aux élus, Cavé Goutte d’Or rappelait avoir exprimé, dès le 4 octobre 2018, « ses doutes sur l’efficacité d’un projet d’un coût global de 100.000 € tendant à ‘égayer deux quartiers de l’arrondissement’ qui sont, de notoriété publique, parmi les plus en difficultés de la capitale » (notre billet du 4 octobre 2018).

« Le projet fût-il ‘voté’ au titre du budget participatif et eût-il recueilli le chiffre au demeurant très modeste de 1.566 ‘votes’, les griefs émis à son encontre à l’époque le sont d’autant plus aujourd’hui, après une année très difficile dans les deux quartiers visés, qui attendent une action politique d’envergure et non une intervention symbolique », poursuivait-elle.

Comment faire avaler des couleurs des couleuvres
aux quartiers prioritaires populaires ?

Regrettant que les lignes directrices du projet ne soient pas précisées autrement que dans l’intention, sans doute louable, de « créer des espaces de partage et de libre expression qui permettent de tisser un lien de confiance avec et entre les habitants », l’association indiquait :

  • « Sans nier en rien la qualité de l’association Esquisses, nous vous proposons de réserver votre vote dans l’attente que soit communiqué au membre du Conseil d’arrondissement un projet plus détaillé qui offre les garanties du respect du quartier et de ses habitants quant à la valeur du travail qui sera réalisé ».

Cette dernière précision aurait dû retenir le courroux du maire Éric Lejoindre qui, avant même d’avoir lu la requête de Cavé Goutte d’Or, interjeta dans un ricanement perceptible à l’écran : « De toutes façons, on connait tout à fait très bien les revendications de Cavé Goutte d’Or, donc on pourra répondre à tout ça » (réponse à Pierre-Yves Bournazel, premier extrait ci-dessus) puis, une fois le texte de la lettre sous les yeux, répondit tout à côté.

  • « Je rappelle qu’il s’agit d’un projet issu du budget participatif et que le travail qui est fait pour recueillir la parole de la diversité des habitants de la Goutte d’Or est sans doute plus légitime que celui d’une association toute seule, aussi intéressante soit-elle et aussi communicante soit-elle » (extrait ci-dessous).

Éric Lejoindre : « Donc je voterai avec enthousiasme cette délibération » (sources : site de la Mairie du 18eextrait ici). 

Et Éric Lejoindre d’ajouter qu’il voyait mal « comment un représentant associatif pourrait s’arroger le droit de nous interdire d’avoir nous-mêmes un jugement et, surtout, de demander aux associations de travailler avec nous. Donc je voterai avec enthousiasme cette délibération qui nous permet de mettre en œuvre un projet qui a été quand même choisi par les habitants ».

Les administrés d’Éric Lejoindre savent que leur maire parle souvent trop vite, – parfois au sens figuré comme au sens propre. En l’occurrence, en opposant « une action politique d’envergure » à de nouvelles « créations d’espaces de partage et de libre expression qui permettent de tisser un lien de confiance avec et entre les habitants » et en s’appliquant à ne pas nier les compétences de l’association Esquisses, Cavé Goutte d’Or avait paré à l’avance aux griefs énoncés par le maire dont la tirade paraitra d’autant plus vaine.

D’où peut-être le tweet du lendemain qui se voulait réparateur ? On se souvient du célèbre lapsus d’Éric Lejoindre évoquant à l’envers une maxime selon laquelle il conviendrait, à l’en croire, de « remettre son métier sur l’ouvrage » (ici pour mémoire).

Une question sémantique

À la deuxième question de Cavé Goutte d’Or portant sur le mésusage de l’expression « quartiers populaires » en lieu et place de « quartiers prioritaires » ou « quartiers classés en Politique de la ville », question dont le conseiller Pierre-Yves Bournazel devait pour sa part relever l’importance, le maire du 18e arrondissement rejeta toute réflexion au motif qu’il s’agirait d’une « question sémantique » et qu’il entendait « laisser les questions sémantiques à ceux que cela passionnent ». Manque de chance, la conseillère Afaf Gabelotaud, adjointe à la maire de Paris en charge de la Politique de l’emploi, venait de passionner l’assistance en évoquant la question des seniors comme étant précisément « un problème sémantique » dès lors que, sur le marché du travail, on le devenait (senior, pas sémantique) à l’âge de 45 ans. Né en 1980, le jeune Éric Lejoindre peut donc laisser encore quelques années cette question sémantique à ceux que cela passionne.

La troisième question de Cavé Goutte d’Or portait sur la précipitation de la municipalité à résilier les baux commerciaux ou associatifs des locaux situés sous les pilotis de la rue de la Goutte d’Or et la concession du parking sis au même endroit. Dès lors en effet que le rapport du commissaire enquêteur sur le déclassement de la rue Boris Vian imposait une concertation préalable à tout mouvement de rénovation urbaine sur le secteur, il paraissait opportun de surseoir à toute décision en la matière jusqu’à la levée des réserves émises (notre billet du 2 septembre 2019). Ce dernier point n’a donc pas d’incidence sur les couleuvres les couleurs qui sont l’objet de ce billet.

Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.