La rentrée Boris Vian

Saint-Boris de rattrapage pour l’Urbanisme parisien

  • Pendant les vacances scolaires (toutes zones confondues), les fêtes de Pâques et les ponts des 1er et 8 mai, ont eu lieu diverses manifestations sur et autour de la rue Boris Vian, manifestations encadrées cette année par les interventions intempestives, parfois contradictoires, des Mairies de Paris et du 18e arrondissement aux prises avec un calendrier difficile.
  • Un « comité de suivi » doit être mis en place ce lundi 20 mai pour accompagner un projet réparateur qui reste à concerter.
  • Retour sur les étapes à venir.

Gymnase Goutte d’Or, rue Boris Vian (détail de la sculpture de Lyonel Kouro), avril 2019.

On se souvient que le 2 mai 2019, lors de la huitième édition de la Saint-Boris sur les lieux de la première rénovation urbaine de la Goutte d’Or Sud, une douzaine d’associations ou collectifs et plusieurs membres du conseil citoyen et conseil de quartier se sont réunis autour de la Cohérie Boris Vian pour faire le point sur une année de flottement durant laquelle la rue Boris Vian n’a rien vu de  « l’instance de dialogue » annoncée par Anne Hidalgo après l’installation symbolique d’une plaque à son nom, le 2 mai 2018.

La Cohérie Boris Vian venait alors d’informer le Conseil de Paris qu’elle retirait l’autorisation d’utiliser (« d’ exploiter », écrit le Parisien du 13 mai dernier) le nom de l’écrivain et musicien pour cause de dégradation entretenue de sa rue et, plus largement, de la Goutte d’Or Sud (notre billet du 2 mai 2018 et notre billet du 5 mai 2019).

En dépit de la position très fragile dans laquelle se trouvent les responsables de l’Urbanisme parisien dans le secteur – une position qu’ils partagent au demeurant avec leurs collègues de la Politique de la ville, de la Sécurité, du Commerce et des prétendus Quartiers populaires* –, la Saint Boris a été boycottée de concert cette année par la Mairie de Paris et celle du 18e.

Travail sur pièce. Notre billet du 5 mai 2019.

Ce qui est dommage car, outre le buffet magistral offert par La Table ouverte, partenaire de la première heure des rencontres du 2 mai instaurées par la Cohérie Boris Vian et Cavé Goutte d’Or, les édiles ont manqué la découverte et la présentation d’une maquette d’étude qui, pour la première fois, offrait aux habitants l’occasion de se représenter dans toutes ses dimensions, dans l’espace et la profondeur, des toits aux sous-sols, l’îlot formé par les rues Polonceau, des Gardes et de la Goutte d’Or.

Du boycott
au comité de suivi

Absentes le 2 mai, les Mairies de Paris et du 18e arrondissement, tiendront une séance de rattrapage le 20 mai, un an presque jour pour jour après la réunion du 25 mai 2018 organisée à l’Hôtel de Ville, à l’issue de laquelle la maire de Paris avait donc annoncé à la Cohérie Boris Vian « la mise en place dans les meilleurs délais d’une instance de dialogue pour faciliter le partage d’information et permettre une meilleure appropriation du projet » (lettre de Madame Hidalgo à la Cohérie Boris Vian du 6 juin 2018).

Dans sa lettre à la Cohérie Boris Vian, la maire de Paris précisait les contours de son engagement : « Je partage votre préoccupation sur l’état de dégradation aggravé de la rue Boris Vian. Je souhaite vous assurer de la très grande vigilance que je porte à la requalification profonde et durable de cette rue et, plus largement, des arcades de la Goutte d’Or et de l’ensemble du quartier ».

C’est peu dire qu’Anne Hidalgo n’a pas été suivie par ses troupes.

Pour ce qui est des meilleurs délais, il aura fallu en effet 360 jours aux directions convoquées par la Secrétaire générale de la Ville de Paris le 25 mai 2018 (suite, déjà, à l’intervention des associations du quartier qui, devant la décision de la Cohérie Boris Vian du 2 mai 2018 de retirer l’autorisation d’utiliser le nom de l’écrivain pour la rue qui le porte dans la Goutte d’Or, l’avaient nommée « rue Anne Hidalgo » dans une installation qui fera date)  pour ouvrir un comité de suivi le 20 mai 2019.

Pour ce qui est de l’instance de dialogue, la municipalité reprend timidement le mot en indiquant que « le comité sert à informer et à dialoguer » après avoir posé, néanmoins, qu’il « n’a pas pour objet de remettre en question le projet » qui aurait été « validé » et serait même déjà « en cours de réalisation » :

  • « Le comité sert à discuter la mise en œuvre du projet de requalification présenté dans ses grandes lignes opérationnelles le 13 décembre 2018 en Mairie du 18e, validé suite à cette réunion, et en cours de réalisation ».

Pour ce qui est de l’appropriation du projet, les habitants sont invités à se souvenir des vagues propos par lesquels il a été « présenté dans ses grandes lignes » lors de l’arbre de Noël du maire du 18e arrondissement,  le 13 décembre 2018.   

Pour ce qui est enfin de l’objet de la préoccupation que Madame Hidalgo partage avec la Cohérie Boris Vian, force est d’observer qu’il est très amoindri par les Puissances invitantes au Comité de suivi du 20 mai 2019 puisque, en regard des propos explicites de la maire de Paris qui fait état de « l’ensemble du quartier », les patrons de l’Urbanisme et de la Politique de la ville du 18e arrondissement s’empressent de souligner que « le comité a vocation à traiter les diverses questions induites par l’opération d’urbanisme mais pas celles du quartier en général ».

Or, c’est bien l’ensemble du quartier qui a été meurtri par l’opération de renouvellement urbain décidée dans les années 1980, menée dans les années 1990, – et l’ensemble du quartier qui pourrait pâtir encore d’une opération d’urbanisme malmenée en 2019 après un an de huis clos peu compatible avec l’instance de dialogue promise.

Un Cosui de fil blanc

Vue du toit du gymanse (avril 2019). Covisibilité avec l’église Saint Bernard, monument historique.

En réalité, les lanceurs du Comité de suivi (COSUI pour les intimes) prétendent pouvoir contourner la phase de concertation qui n’a jamais eu lieu en tant que telle, et même se dispenser de rendre compte de ce qu’ils pourraient estimer valoir concertation au cours des dernières années.

Plus encore, à quelques heures de l’ouverture du Comité de suivi, aucune des pièces demandées par Cavé Goutte d’Or n’a été remise à l’association quand bien même, dans son mail du 30 avril 2019, la conseillère chargée de l’Urbanisme, de l’Aménagement et du Renouvellement urbain au Cabinet de la maire de Paris, Madame Marion Picard, écrivait qu’elle allait voir (ou en tout cas regarder) ce qu’elle pouvait faire : « Parmi votre liste, nous allons regarder ce qui est diffusable ».

On se souvient que Cavé Goutte d’Or demandait (et demande toujours) la production des notices de présentation et plans du projet de requalification qui aurait été « présenté dans ses grandes lignes opérationnelles le 13 décembre 2018 en Mairie du 18e », de la décision de prétendue « validation » du projet présenté dans ses grandes lignes, de la délibération qui sera soumise au vote du Conseil d’arrondissement et du Conseil de Paris sur le projet de rénovation et tous documents préparatoires.

> Consulter le calendrier serré d’avril-mai 2019
> Consulter la chronologie mai 2018-mai 2019 (2020)
> Consulter la chronologie 1981-2018

Comme le relève le blog d’ASA PNE (Association pour le suivi de l’aménagement Paris Nord-Est), « le projet reste à concerter » :

  • « En lançant l’invitation à un comité de suivi le 20 mai sur ‘l’opération de requalification des arcades de la rue de la Goutte d’Or et du passage Boris Vian’, la Mairie du 18e a annoncé bien imprudemment que la discussion se ferait sur un projet ‘validé’ suite à une réunion qui s’est tenue le 13 décembre 2018 ne présentant le dit projet que ‘dans ses grandes lignes opérationnelles’ parmi beaucoup d’autres sujets, alors même qu’aucun bilan de la concertation n’ait été fait comme le veut la règle ! »

ASA PNE poursuit : « La discussion sur l’opération de requalification, si elle a été ébauchée depuis deux ou trois ans, n’a jamais fait l’objet d’une réelle concertation comme le demandent les associations locales à l’instar de Cavé Goutte d’Or et des héritiers de Boris Vian. Une situation qui a abouti le 2 mai 2018 à la décision de la famille de Boris Vian de retirer l’autorisation d’utiliser le nom de l’écrivain-poète de la rue qui le porte et le remplacer ‘symboliquement’ par celui d’Anne Hidalgo ! » (Lire : « Requalification Goutte d’Or : un comité de suivi pour un projet qui reste à concerter », ASA PNE 10 mai 2019, mise à jour 15 mai 2019).

Et le président d’ASA PNE d’ajouter, dans Le Parisien du 13 mai : « La Ville compte nous présenter un projet déjà validé, alors qu’il n’y a pas eu de concertation aboutie. Nous demanderons une remise à plat et des actions, dans les mois qui viennent : l’an prochain, ce sera le centenaire de la naissance de Boris Vian, il serait dommage d’en être au même point ».

« Même la plaque de la rue a été noircie. Tout un symbole », déplore au Parisien Olivier Ansart, président d’ASA PNE (Photo Le Parisien, 13 mai 2019).

À en croire l’association issue du collectif qui s’est mobilisé en 2002 pour la réhabilitation de la halle Pajol (voir ici pour mémoire), aguerrie en matière de concertation urbaine, ce ne serait que « piquée au vif » par l’installation d’une rue Anne Hidalgo sur les terres de Boris Vian que la Mairie aurait « retenu l’idée d’un comité de suivi comme ‘une instance de dialogue’ », ASA PNE ajoutant qu’« il a fallu encore que les associations, notamment Cavé Goutte d’Or, se mobilisent ces dernières semaines (…) pour que la promesse de Madame Hidalgo devienne réellement effective ».

Et de conclure : « Ainsi le 20 mai, le comité de suivi se réunira pour la première fois avec des participants exigeants et déterminés. Ils demanderont que le projet puisse être discuté et élaboré dans un esprit de co-construction avec toutes les parties prenantes. Bien entendu, ASA PNE soutient les associations locales très engagées dans cette ‘lutte urbaine’, d’autant plus que le secteur concerné est intégré depuis 2013 au périmètre élargi de Paris Nord-Est ». 

Vers un travail
de cohésion territoriale

Projet urbain Paris Nord-Est (sources Atelier 26).

Favorisant les rencontres de plusieurs associations, l’édition 2019 de la Saint Boris a offert en outre des perspectives sur l’ensemble des projets urbains en cours d’élaboration dans le secteur.

L’équipe de jeunes architectes du quartier qui ont présenté une maquette d’étude le 2 mai dernier s’est vue en effet, immédiatement après, sollicitée par les divers collectifs membres du réseau 10-18, lui-même très actif sur les quartiers Barbès/Goutte d’Or/La Chapelle, afin d’étudier la problématique globale de l’urbanisme de cette partie du Nord-Est parisien qui s’étend des deux gares du Nord et de l’Est vers les portes. Ils ont ainsi participé, le 14 mai dernier, à la réunion publique de restitution de la concertation sur la transformation de la gare du Nord, dont SOS La Chapelle rend compte sur sa page facebook (voir ici) et participeront à la première réunion du comité de suivi sur le secteur Boris Vian/Arcades Goutte d’Or.

Dans une étude que nous citions le 18 janvier 2019 (cf. « Hidalgo ouvre un rond-point à la Goutte d’Or »), Action Barbès dressait la liste des nombreux travaux de voiries en cours ou en projet dans le quartier et, plaidant pour une révision du plan de circulation, appelait à « penser les aménagements de manière globale » (Lire l’étude d’Action Barbès du 26 décembre 2018, rediffusée sur son blog le 19 février 2019).

Au lendemain de l’incendie du 10 février 2019 qui devait marquer l’un des angles de la rue Boris Vian/Anne Hidalgo, Cavé Goutte d’Or avait, pour sa part, proposé une carte des ‘petits chantiers’ ouverts un peu partout et appelé à instaurer une politique urbaine derrière les promenades urbaines. Observant que « la quantité de projets parallèles que la Ville de Paris met en place directement dans ses prétendues ‘oasis’ en zones urbaines perdues ou indirectement en soutenant de prétendus ‘votes’ du budget participatif vient brouiller la rénovation qu’elle s’applique à mener » (cf. « Cash misère », notre billet du 12 février 2019 et « Mille feuilles urbain » (extrait pdf de ce billet).

« Plus encore qu’ils ne se plaignent d’avoir à se frayer un chemin entre les palissades des chantiers qui se suivent dans le temps et dans l’espace, comme l’évoque le Parisien du 4 février 2019, les habitants s’interrogent sur l’organisation brouillonne de cette rénovation en mille-feuilles », écrivions-nous alors. Si donc quelques-uns de ces projets pouvaient être reliés dans un souci de cohérence et d’ouverture des chantiers les uns sur et par les autres, le quartier n’en serait sans doute pas lésé.

*

Le Grand Huit : du COSUI Boris Vian au Conseil d’arrondissement en passant par l’APUR et le
Vide Grenier de Paris Goutte d’Or

Bulletin d’inscription à la Salle Saint Bruno ou à la permanence de Paris Goutte d’Or

Huitaine chargée s’il en est puisque, entre le COSUI du 20 mai et le conseil d’arrondissement du 28 mai, auront lieu l’évaluation à mi-parcours (?) du Contrat de Ville 2015-2020 le 21 mai (présentation APUR à l’Hôtel de Ville**) et le traditionnel Vide Grenier de Paris-Goutte d’Or sur le parvis de l’église Saint Bernard le 26 mai.

Inscriptions au Vide Grenier de Paris Goutte d’Or ouvertes jusqu’au samedi 25 mai. Permanence de Paris Goutte d’Or le 25 mai au 48 rue de la Goutte d’Or (11 h-12h30): parisgouttedor@gmail.com

* Sur les « Quartiers populaires » (désormais affublés du hashtag #QuartiersPop) et autres « embellissements de Paris », lire notre page Humeur.
**
Lire « L’APUR au rapport » en page Défense du quartier.
*** Tout sur le Vide Grenier de Paris Goutte d’Or en page Vie du quartier.

 

Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.