Réseau 10/18

Emmanuel Grégoire prend la tête des quartiers populaires

  • L’homme fort de la Mairie de Paris propose un calendrier qu’on n’ose appeler grégorien pour faire faire à Anne Hidalgo en quelques mois ce qu’elle n’aurait pas su faire en cinq ans alors même qu’elle avait sous la main depuis le premier jour de sa mandature celui qui, avant de devenir son hyperactif premier adjoint, avait été son adjoint aux ressources humaines, aux services publics, à la modernisation de l’administration, au budget, au financement, à la transformation des politiques publiques, – c’est-à-dire à tout ce qu’il fallait.
  • « Au bout d’un moment, la maire elle a dit: ‘Ça suffit !’ », explique le premier adjoint à France 3 pour justifier un retard que l’opposition ne manque pas de souligner.
  • Les habitants, qui se demandent encore à partir de quand ça suffit, comptent les points et noircissent leurs agendas. Dans les traces des candidats aux prochaines Municipales qui se succèdent dans le quartier, le Tout Paris médiatique découvre en effet le Réseau 10/18.

Emmanuel Grégoire sur France 3 Paris-IDF le 15 avril 2019 : «Au bout d’un moment, la maire elle a dit: ‘Ça suffit !’» (minute 0:37 sur 4:31 de l’entretien sur France 3). Capture d’écran France 3-IDF.

Dès l’incendie de Notre-Dame éteint (« Après plusieurs heures d’inquiétudes, l’essentiel est debout. La superstructure est sauve, espérons que l’évaluation technique confirmera l’état général », tweete-t-il sobrement et efficacement mardi matin), Emmanuel Grégoire reprend le fil de sa présentation de lundi concernant les quartiers dits populaires de la capitale.

Certes, alors qu’il n’avait pas manqué la réouverture du kiosque de Barbès, le 26 février dernier (voir ici pour mémoire), Emmanuel Grégoire n’était pas à l’inauguration du comptoir du marché Barbès, où se pressaient en revanche, mercredi 17 avril 2019, Olivia Polski et Afaf Gabelotaud, adjointes d’Anne Hidalgo chargées respectivement du Commerce, de l’Artisanat, des Professions libérales et des Politiques de l’emploi, Paul Simondon, son adjoint à la Propreté, et Éric Lejoindre, maire du 18e arrondissement, tous enthousiastes à l’idée de ce « nouvel espace de convivialité » qu’ils ont salué sur tweeter en partageant les mêmes éléments de langage (voir reportage photographique et textuel sur notre page Vie du quartier).

Prenant quelques distances avec cette convivialité bon enfant qu’il retweeta néanmoins aimablement, le premier adjoint se souvint qu’il avait été chargé, en novembre dernier par Anne Hidalgo, d’une mission sur les quartiers populaires de la capitale et exposa donc le « plan d’action » né de six mois de réflexions et d’échanges, – réflexions et échanges auxquels les associations membres du Réseau 10/18 ont participé modestement, à leurs niveaux de terrains respectifs qui balaient presque toutes les rues du Nord du 10e et du Sud-Est du 18e. Suite à leur lettre ouverte de l’automne 2018, Emmanuel Grégoire les avaient en effet invitées d’abord à l’Hôtel-de-Ville le 1er février 2019 (voir ici pour mémoire) puis à la Mairie du 18e le 8 avril dernier. Entre-temps, les onze associations avaient communiqué diverses notes de travail, dont le lecteur trouvera les grandes lignes sur leurs sites, blogs, comptes tweeter ou facebook respectifs.

Des quartiers bien couverts pour l’été

Le « Plan d’action » dévoilé par M. Grégoire a été décliné lors de l’entretien de France 3 ainsi que dans les journaux majeurs de la capitale et du pays. On peut ainsi en prendre connaissance sur le site de France 3 et dans  Le Parisien, Le Monde, Le Figaro, Le Huffington Post.

Extrait du site de France 3 (lire: « en lien avec la Préfecture de Police de Paris »).

Les réactions du Réseau 10/18

Dans un communiqué publié le 17 avril 2019, le Réseau 10/18 a observé que « la grave dégradation de la situation dans nos quartiers ces dernières années (était) enfin reconnue par la municipalité ». Si certaines requêtes demeurent non traitées, le collectif estime que ce plan « constitue un engagement » (Lire le communiqué).

Reprenant le communiqué commun, les associations membres du Réseau 10/18 voient des « réponses apportées, d’autres en suspens », soulignent que « ce plan a valeur d’engagement » et se disent « vigilantes sur sa concrétisation et ses résultats » (voir les comptes tweeter des Riverains Lariboisière Gare du Nord, de Demain La Chapelle, de l’Union des commerçants de La Chapelle/Goutte d’Or et du Collectif Marcadet qui, la veille, demandait qui ferait du Nord-Est parisien un enjeu prioritaire des Municipales) :

Même vigilance du côté de La Vie Dejean, à la pointe du combat (qu’elle a gagné) contre la Ville et l’État afin de les faire respecter leurs obligations d’ordre public (ici pour mémoire). Dans un post sur sa page facebook, l’association SOS La Chapelle ironise, quant à elle, sur la magie des élections municipales à venir qui ferait émerger la soudaine possibilité de faire ce qu’il n’aurait pas été possible de faire avant et suggère à la Mairie de poursuivre l’exercice dans sa rubrique « encore un effort ».  

Les association du Réseau 10/18. Contact : reseau1018@gmail.com.

Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.