Teasing

Un air de déjà vu pour les municipales de 2020 dans le 18e

  • « Février au balcon, mars au tison », en vertu du proverbe bien connu sur la météo climatique, le blog d’Action Barbès a attendu sagement les giboulées de mars (2019) pour lancer le jeu des pronostics sur les élections municipales de mai (2020).

Abords du Sacré Coeur, février-mars 2019 (CGO).

Quatorze mois d’avance avec, en plus, l’inconnue des élections européennes du 26 mai 2019 qui, comme il le pose lui-même dans son billet du 7 mars 2019, pourront donner quelques tendances correctrices des analyses actuelles ! Belle initiative d’Action Barbès, néanmoins, qui nous permet de rebondir, comme disent les journalistes professionnels, sur les hommes politiques du 18e.

Et qu’on ne nous fasse pas le mauvais procès de machisme au motif que nous évoquerions le sujet sous un angle trop masculin au lendemain de la traditionnelle journée que les Grands hommes du 18e qui ont fait une carrière nationale de premier plan – Daniel Vaillant, Lionel Jospin, Alain Juppé, Bertrand Delanoë, Claude Estier, plus récemment Ian Brossat et Pierre-Yves Bournazel – ont bien voulu accorder à leurs collègues Maya Akkari, Claudine Bouygues, Elisabeth Boyer, Gala Bridier, Evelyne Dams, Martine Debonneuil, Myriam El Khomri, Afaf Gabelotaud, Douchka Markovic, Sandrine Mees, Fadila Mehal, Nadine Mezence, Valérie Mouzanuik, Sarah Proust, Carine Rolland (sources : Les élus sur les sites de la Mairie de Paris et/ou de la Mairie du 18e, ordre alphabétique, pardon pour tout oubli. N.B.: Pour y être très active de par ses fonctions d’adjointe d’Anne Hidalgo à la Sécurité, à la Prévention, aux Quartiers populaires et à l’Intégration, Colombe Brossel n’est pas une élue du 18e, mais du 19e).

Focus 18

« Cet arrondissement va être l’un de ceux à Paris les plus intéressants à observer au cours de ces élections municipales 2020, tant la situation y est complexe », lance Action Barbès en ouverture de la partie 18e de sa chronique qui, comme l’association elle-même, couvre les 9e, 10e et 18e arrondissements.

« Pour être un peu direct, on ne peut pas dire que l’élection d’Éric Lejoindre (PS) en 2014 a été des plus convaincantes », ose prudemment le blog d’Action Barbès à l’égard de l’ancien premier-adjoint de Daniel Vaillant qui, justement, avait « osé avec Anne Hidalgo » (rappel ci-dessous). En réalité, Action Barbès veut sans doute interroger le mandat plus que l’élection : pour convaincante en effet que fut l’élection (62,43%), la question se pose du mandat et, avec bien d’autres peut-être, Action Barbès observee que « le mandat d’Éric Lejoindre n’a pas été (ou n’est pas, pour le lui laisser finir) des plus convaincants ».

Pour mémoire.

« Certes, l’arrondissement est très difficile », poursuit Action Barbès, « mais les problèmes demeurent, que ce soit à la Goutte d’Or, à Barbès ou à Château Rouge, sans parler de La Chapelle et de la Porte de la Chapelle, et on ne voit guère le bout du tunnel ». « Et cela même si tous ces problèmes ne sont pas imputables à la mairie, la préfecture ayant aussi sa part de responsabilité », consent l’association.

Viennent les pronostics : « Dans cet arrondissement les personnalités politiques sont nombreuses et devraient jouer un rôle important, devant la scène ou dans les coulisses », énonce Action Barbès : « Mentionnons la présence du communiste Ian Brossat, actuel adjoint à la maire de Paris chargé du logement, mais aussi tête de liste aux prochaines élections européennes et donc peut-être un peu éloigné en 2020 ; du député Pierre-Yves Bournazel (AGIR), dont il ne faut pas oublier qu’aux législatives de 2017 il a battu Myriam El Khomri, encore aujourd’hui conseillère de Paris ; de Danièle Obono, la députée FI qui a créé la surprise avec son élection en 2017 dans la 17e circonscription de Paris, ou celle de l’encore influent Daniel Vaillant, ex-ministre de l’Intérieur ».

LREM et EELV sans envergure ?

« Du côté de LREM » – dont, selon Action Barbès, il est « difficile d’estimer le poids » -, « les législatives de 2017 n’ont pas été (dans le 18e) un raz-de-marée pour le parti présidentiel comme d’autres arrondissements en ont connus, et le parti souffre de ne pas avoir ici de personnalités de premier plan. Pour autant, c’est un parti qui pèsera sûrement dans la bataille du 18e. Et même s’il n’a pas lui non plus de ‘figures d’envergure’, EELV est bien implanté localement et devrait compter ».

Moins sévères, nous observerons, pour notre part, que la candidate LREM pour la 17e circonscription, longtemps militante associative de premier plan sur la Goutte d’Or, n’a pas démérité aux législatives de 2017, peu aidée qu’elle fut de l’intérieur, affaiblie au premier tour par la candidature de Daniel Vaillant et devant affronter, au deuxième, un Tout Sauf Macron réunissant le PS, EELV et Ian Brossat lui-même, pourtant guère soutenu par Danièle Obono (voir cliché et notre billet du 30 juin 2017).

Quant à EELV, dont les figures d’envergure ne sont assurément pas rares dans le 18e et ses quartiers zonés, dont le militantisme actif a porté, avec succès ou non, des problèmes en apparence très petits et très locaux jusque devant le Conseil de Paris, il comptera d’autant plus qu’il se libérera du joug de son allié de gouvernance. On se souvient en effet :

À cet égard, s’il fallait, comme le propose Action Barbès, « se souvenir qu’aux législatives de 2017 (Pierre-Yves Bournazel) a battu Myriam El Khomry » (Cavé Goutte d’Or se souvient surtout qu’il a, avec le soutien EELV de Sylvain Garel, affronté les mensonges de la municipalité et porté devant le Conseil de Paris la sauvegarde du bâtiment d’époque Restauration sis au 83bis rue Philippe de Girard), il faut aussi se souvenir qu’il a rejeté le vœu précité d’EELV en vue de créer un espace libre protégé devant l’église Saint Bernard au motif erroné et dicté par la municipalité en place selon lequel l’école Saint Bernard devrait fermer ses portes si elle ne pouvait construire son extension sur cet espace. Le tout nouveau député de la 18e circonscription de Paris suivait en cela les propos clairement manipulateurs de Michel Neyreneuf, tout-puissant maire-adjoint à l’Urbanisme du 18e qui sera au demeurant, sur ce dossier comme tous les autres, suivi docilement par presque tous les conseillers non-EELV de l’arrondissement (pour mémoire : les contre-vérités de Michel Neyreneuf au Conseil d’arrondissement du 20 juin 2016 sur l’étude de François Loyer).

  • comment Verts et majorité PS se battent actuellement sur le TEP Ménilmontant (lire ici et ici et suivre Lachaise en action).

Danielle Simonnet (LFI), Joëlle Morel (EELV) Julien Bayou (EELV), Pierre-Yves Bournazel (AGIR), David Belliard (EELV) unis pour la protection du TEP Ménilmontant, 16 février 2019, via @LachaiseA.

Personnalité extérieure

« Pour corser le tout », s’amuse Action Barbès dans son teasing électoral, « il se murmure que des personnalités extérieures à l’arrondissement seraient intéressées à briguer le mandat de maire du 18e ». « L’avenir nous le dira », énonce l’association comme en écho au Canard enchaîné qui, la veille, évoquait le désir d’Anne Hidalgo de voir Audrey Pulvar prendre la place de Daniel Vaillant, – cette place que la locataire actuelle de l’Hôtel de Ville voulait déjà confier à Myriam El Khomri en 2014, avant qu’Éric ne soit imposé par Daniel : on se souvient en effet qu’à l’automne 2013, Daniel Vaillant transformait la célèbre formule « Moi ou le chaos » en la désormais non moins célèbre « Moi ou Lejoindre » (ici pour mémoire).

Audrey Pulvar aurait décliné l’offre, pensant au demeurant ne devoir rassurer que ses éventuels concurrents et pas ses improbables électeurs, – improbables car on doute qu’à La Goutte d’Or et La Chapelle notamment, les électeurs suivent un parachutage (aussi honorable soit-il) doublé d’un casting. Parachutage et casting non, mais basculement peut-être si l’on en croit encore Action Barbès qui conclut son analyse ainsi : « Dans le contexte actuel, la question du basculement de l’arrondissement à droite n’est pas irréaliste, avec une victoire de la droite ‘modérée’, n’oublions pas les années Chirac-Juppé. Mais ici, encore plus qu’ailleurs, le jeu est encore tellement incertain qu’il serait vain de tenter un pronostic sur l’issu du scrutin municipal de 2020 ».

L’issu du scrutin

Une seule chose parait certaine au blog d’Action Barbès lorsqu’il assure que « le jeu est encore tellement incertain qu’il serait vain de tenter un pronostic sur l’issu du scrutin municipal de 2020 », c’est que, tel l’élu, l’issu du scrutin sera un homme, – sauf à ce que, au bout du compte, le masculin l’emporte sur le féminin quand il y a parité d’issues (smile).

Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.