Réparation

Aider le « Grand débat » à quitter l’ornière des « États généraux de la Politique de la ville » et autres  dispositifs de type « Tous mobilisés »

  • Marquée par une perte de contact avec la vie réelle des quartiers et une légèreté dans le travail d’écoute et de réparation attendu, l’opération « Tous mobilisés » qui se décline à l’envi sur Château-Rouge, la Goutte d’Or, Barbès, Polonceau, la Chapelle et autres « quartiers maltraités » (Le 18ème du mois) reproduit – et donc aggrave – les dysfonctionnements politiques qu’elle prétend traiter.
  • S’il le peut encore, le Grand débat national doit quitter le terrain de la Politique de la ville et des territoires, en échec depuis plus de trente ans.
  • Le ton de la lettre du président de la République, qui hésite entre le vous et le nous au bénéfice du flou, est-il de bon augure ?

Facsimilé de la couverture du Rapport Borloo présenté au Premier ministre français il y a moins de neuf mois, le 26 mai 2018. Voir la couverture entière. Lire le rapport.

L’autre soir, dans ce qu’il pensait être une boutade, notre bon Bert, à qui le blog de Cavé Goutte d’Or pique régulièrement quelques bons mots, évoquait le remplacement de Chantal Jouanno à la tête du « Grand débat » par Jean-Louis Borloo. Il voulait rigoler, non pas de Jean-Louis Borloo bien sûr, mais de l’idée que cet improbable remplacement pouvait, d’un seul nom d’un seul, mettre en lumière la probable vacuité de l’exercice si le pilotage en était confié – comme le dernier plan-plan sur les quartiers – à l’ancien ministre de la Ville. (Rien à voir avec la personne, tout avec le mécanisme).

C’était sans compter sur l’éditorial du très sérieux Hervé Gatteno qui, dimanche matin sur Europe 1, lançait la même idée sans rigoler. Certes, le directeur de la rédaction du Journal du dimanche ajoutait François Hollande comme personnalité de rechange, avouant que ce pourrait « avoir l’air d’une blague » (« comme toujours avec François Hollande », précisait-il). Mais ce ne l’était pas et le journaliste, qui ne voyait guère d’autres personnes répondant aux critères de « hauteur de vue, d’expérience, de stature, d’autorité, d’indépendance » qu’il posait à son pronostic, marquait même du sceau de l’audace, toujours sans rigoler, la nomination de François Hollande à la tête du Grand débat (écouter l’édito). Il est vrai que les journalistes sont également mis en débat par le mouvement actuel de distanciation politique. Le patron du JDD aurait ainsi bien pu souffler à l’oreille du président le nom de Michel Onfray comme patron de l’exercice démocratique, Michel Onfray qu’il n’aura pas manqué de croiser dans les couloirs d’Europe 1 ce dimanche matin.

Le très romain philosophe était en effet l’invité de la station quelques minutes plus tard et expliquait que, sauf à trouver un tribun de la plèbe pour faire entendre les « Gilets jaunes », les résultats du « Grand débat » finiraient « à la poubelle comme tous les rapports » (inclus donc le dernier en date de Jean-Louis Borloo ?).

Votre nous
et notre vous

On ignore si un tribun de la plèbe saurait trouver son chemin dans les textes patriciens à restituer au peuple, et vice versa, tant les scribes sont en peine avec les pronoms. Tout lecteur un peu attentif des textes du dispositif « Tous mobilisés » aura rencontré cette difficulté de l’élu et de son équipe de développement local à évoquer « notre quartier » ou « votre quartier ». « Tous mobilisés pour notre quartier », dit en général le slogan titre qui n’émane pourtant pas du nous censé se mobiliser et se veut donc une injonction au peuple plus qu’un mot d’ordre amical. Et la plume vire d’ailleurs très vite au vous.

Site de la Mairie de Paris (avril 2018). Agrandir l’image.

Dans le dispositif « Tous mobilisés pour notre quartier », il s’agit donc bien, en réalité, de « construire avec vous les solutions pour améliorer votre quartier ». Vous et nous ne sommes pas un. Même les moteurs de recherche s’emballent quand on leur pose la question :

Google, capture d’écran, 14 janvier 2019.

« Être votre députée, c’est aussi œuvrer pour nos quartiers populaires », assurait encore l’adjointe d’Anne Hidalgo à nos quartiers populaires, Colombe Brossel, dans son flyer de campagne pour les législatives de juin 2017 et, dans sa lettre aux Français du 13 janvier 2019, le président de la République n’évite pas mieux l’écueil  lorsqu’il énonce que « certains d’entre nous sont aujourd’hui insatisfaits ou en colère ».

Restitution

Le maître mot sera-t-il celui de restitution ? Cavé Goutte d’Or l’avait choisi comme terme programmatique de son année 2018, que l’association pensait pouvoir consacrer à une seule action, l’action de restituer celles qu’elle avait menées au cours des sept années précédentes, – bilan qu’elle espérait pédagogique d’un septennat d’allers et retours entre la Direction de l’Urbanisme et le Tribunal administratif. En raison d’une actualité judiciaire chargée (certains de ses combats les plus emblématiques ne se sont achevés [en termes de justice administrative] qu’en juillet et novembre 2018), le projet en fut reporté d’un an et, après avoir accompagné les mouvements sociaux de la Goutte d’Or du printemps dernier, qui n’ont suscité qu’une contre-mobilisation passive (on a pu dire poussive) dont la maire de Paris elle-même se dit désenchantée, le blog doit lancer, en janvier 2019, la série des retours annoncés :

Sur la page de couverture du Rapport Borloo, la dernière case de la série de clichés illustrant le vivre ensemble et le vivre en grand est laissée libre, comme si l’auteur avait voulu laisser au lecteur la possibilité de la remplir.

  • Retour sur l’opération Goutte d’Or Sud (dont Daniel Vaillant lui-même pouvait impunément assurer qu’elle avait « très mal vieilli ») ; retour sur l’opération Château Rouge (dont Éric Lejoindre, premier-adjoint et successeur de Daniel Vaillant à la Mairie du 18e, prétend impunément qu’elle a « su tirer les conséquences de la précédente ») ; retour sur plusieurs des décisions du Tribunal administratif qui ont avalisé des infractions au PLU et entériné l’idée qu’on peut impunément démolir ou construire n’importe quoi à la Goutte d’Or, sur les architectes des bâtiments de France qui se sont impunément succédé dans l’entreprise de destruction d’un quartier par ses démolitions et ses reconstructions sans contrôle (voir à cet égard la toute récente réaction de La Tribune de l’Art) ; sur la compromission de la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris qui s’est impunément engagée dans le mensonge et le mépris pour tenter d’imposer aux habitants de la Goutte d’Or le « ré-enchantement de la place Polonceau » au nom d’un prétendu ‘vote’ finalement caché sous le tapis ; sur la notion de « carence fautive » retenue par les juges administratifs en matière de droit à la sécurité et à la propreté dans l’affaire portée par l’association La Vie Dejean, défendue sur le terrain du droit de l’environnement par les associations de « L’affaire du siècle », écartée encore en matière de droit de l’urbanisme ; sur le projet de requalification du secteur Goutte d’Or/Boris Vian, promis à la concertation grâce à la famille Boris Vian et à la mobilisation du quartier mais déjà enfermé dans la nasse de la contre-mobilisation de… « Tous mobilisés ».

En dépit de ce tableau apparemment très noir, et comme stimulé par le défi d’éviter au « Grand débat » le risque de s’enfermer dans le carcan de « Tous mobilisés », Cavé Goutte d’Or maintient son programme et la publication à venir de ces restitutions en forme de retours, entreprise modeste de transmission d’outils qu’elle espère voir le quartier s’approprier désormais.

Lire aussi :

Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.