Partages

La Table Ouverte et Paris Goutte d’Or au cœur des Journées européennes du patrimoine le dimanche 16 septembre

  • Parti en vacances sous le signe du Café Polonceau, installation inaugurée le 30 juin au début de la rue, côté la Chapelle, le quartier fait sa rentrée à la Table ouverte, à l’autre bout de la rue Polonceau, côté Boulevard Barbès, le 16 septembre prochain.
  • Les Journées du patrimoine 2018 en profitent pour célébrer « L’art du partage ».

Vue aérienne de l’été Polonceau (30 juin-16 septembre 2018). La société civile de la Goutte d’Or se réapproprie un quartier maltraité par 30 années de zonage et Politique de la ville. Fond d’image : geoportail.gouv.fr.

En choisissant de convoquer d’inviter la Mairie et la Préfecture sur la place Polonceau le 27 mars 2018, pour remettre à qui de droit les désormais célèbres pétitions d’habitants et de commerçants à l’issue desquelles la Mairie a cru devoir lancer les opérations « Tous mobilisés pour Polonceau » puis « Tous mobilisés pour la Goutte d’Or », dans les pas de « Tous mobilisés pour Château Rouge », les initiateurs du Mouvement du 27 mars ne savaient pas encore qu’ils offriraient une telle visibilité à la rue dont le nom honore deux Polonceau : Antoine Rémy Polonceau (1778-1847) et son fils Jean Barthélemy Camille Polonceau (1813-1859), tous les deux ingénieurs des chemins de fer.

Noms de code

Côté Est, le « Café Polonceau » est encore en devenir sur la « Place Polonceau », elle-même encore virtuelle, noms de code de la société civile qui,  comme l’a relevé SOS Paris cet été (page 21), tient la Mairie et la Préfecture en haleine depuis ce fameux 27 mars 2018. Côté Ouest, la Friche Polonceau occupe un espace lui aussi en devenir, espace et devenir que La Table ouverte a su investir jusqu’à y installer des poules sans attendre qu’elles aient des dents.

De l’opération Goutte d’Or Sud à l’opération Polonceau (censée englober la requalification des rues Boris Vian et de la Goutte d’Or) en passant par les opérations Château Rouge et Paris respire, ce serait en effet un des projets politiques majeurs des trente dernières années que d’attendre que les poules aient des dents pour réhabiliter la Goutte d’Or.

Eh bien, sur la friche Polonceau/Poissonniers, les poules auront des dents, le dimanche 16 septembre 2018, jour choisi par La Table ouverte et Paris Goutte d’Or pour inviter tout le quartier à une « rencontre autour d’un repas partagé (chacun amenant un plat ou une boisson, ou un gâteau, une spécialité…) » (voir l’invitation).

« Un panneau sera mis à disposition ou chacun pourra coller une photo, écrire une anecdote, signer etc. », précisent La Table ouverte et Paris Goutte d’Or, et « une photo de groupe sera faite dans le cours de la journée pour immortaliser ce moment ».

Moment inscrit au patrimoine

Nul doute que ce moment sera inscrit à l’inventaire des moments historiques de la Goutte d’Or. Comme l’écrit en effet la ministre de la Culture sur la façade du Lavoir moderne parisien (LMP) sur le site des Journées européennes du patrimoine, celles-ci « offrent chaque année à tous les citoyens une occasion unique de découvrir ou redécouvrir les monuments, édifices, jardins qui font notre histoire, notre mémoire commune et le visage de nos territoires » (lire ici).

À son origine, la rue Polonceau (qui va donc du Café Polonceau installé le 30 juin à la Friche Polonceau à l’honneur le 16 septembre) « avait pour rôle de desservir les cinq moulins qui se trouvaient sur la butte des Couronnes », se souvient Wikipédia, qui précise encore : « Précédemment appelée ‘rue des Meuniers’, ‘rue des Couronnes’, ‘chemin des Couronnes’, plus anciennement ‘chemin’ et ‘rue des Cinq-Moulins’, du nom de la butte éponyme située plus ou moins à l’emplacement du square Léon, elle faisait autrefois partie de la commune de La Chapelle ».

On sait que la rue Polonceau ouvre sur la Villa Poissonnière (ou le contraire), croise la rue des Gardes ou « rue de la mode » (cette semaine plus encore que les autres) et la rue Boris Vian, carrefour sur lequel le patron de la Table ouverte rencontra la présidente de la Cohérie Boris Vian le 30 novembre 2012, « moment immortalisé » s’il en est par le blog de Cavé Goutte d’Or (photo ci-dessous) qui ne manquera pas de suivre la fête du 16 septembre comme il a suivi celle du 30 juin, histoire de fermer la boucle et d’ouvrir ses archives sur un moment de partage.

On rappelle en effet que Cavé Goutte d’Or passe cette année la main au quartier. Des journées du patrimoine des 15 et 16 septembre à la fin de l’année, de « L’Art du partage » à la Saint Urbain du 19 décembre 2018, l’association tentera de lancer, par la fusion des blogs, pages FB et sites existants, un véritable média de quartier indépendant.

En attendant, on peut lire M18, le journal de la Mairie du 18e arrondissement qui explique, entre autres gros mensonges, que la fresque de la place Polonceau (une dépense de 22.500 € toujours non expliquée) a été « votée par le budget participatif ». Lire notre billet du 11 juillet 2018 « Dessous des sous : le silence des services », suivi très vite de notre prochain billet « Attention, le budget participatif peut en cacher un autre ».

  • Lire aussi en page Défense du quartier :  Les Gouttes d’Or de la mode et du design lancent la fabrique de la Goutte d’Or à l’occasion de la Paris Design Week.
Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.