Peau de chagrin

L’espace public encore réduit entre Barbès et la Goutte d’Or

  • Après les arcades de la Goutte d’Or fermées par une palissade pour cause d’occupation indue, l’Espace Jeune des mêmes arcades fermé pour « empêcher son occupation par les dealers », le jardin Bashung fermé, la rue Boris Vian proposée elle aussi à la fermeture la nuit pour en éviter « les usages détournés », la RATP annonce qu’elle ferme l’accès Guy Patin du métro Barbès les jours de marché parce qu’elle ne peut plus y assurer la sécurité.
  • Alors que l’Urbanisme du 18e ne craint pas de lancer ses « grands projets » dans ce contexte, l’association Paris-Goutte d’Or s’oppose à cette nouvelle démission.

Lettre d’information n° 1 lancée le 29 mars 2018 par la Mairie du 18e.

Après s’être réunis avec succès le 27 mars lors de la remise des pétitions qui mobilisent depuis plusieurs mois les quartiers de Barbès, La Goutte d’Or, La Chapelle (lire ici), les habitants se sont vus confrontés, dès le lendemain, à une nouvelle atteinte à leur espace public. Le 28 mars au matin, la RATP fermait en effet l’entrée Guy Patin du métro Barbès, la seule au demeurant qui respecte l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, afin d’empêcher son occupation par les vendeurs à la sauvette.

Photo J.C. 28 mars 2018.

Le surlendemain 29 mars, la Mairie lançait le N° 1 d’une lettre d’information consacrée à ses « grands projets urbains » : on ne pouvait mieux, en trois jours, illustrer le décalage qui marque l’urbanisme de la Goutte d’Or depuis plus de trente ans, – depuis qu’a été prise, aux plus hauts niveaux de l’État et de la Ville, la décision de détruire le quartier que l’Atelier parisien d’urbanisme proposait au contraire de restaurer (lire à ce sujet).

Paris-Goutte d’Or – qui déjà s’opposait à la destruction du quartier dans les années 1980 – a manifesté son opposition mercredi 4 avril et affiché un message indiquant que ses habitants  « n’acceptent plus que l’espace public soit interdit sous prétexte d’une mauvaise utilisation ».

Photo CGO 4 avril 2018 (Lire le texte de Paris-Goutte d’Or).

Action Barbès, qui évoque régulièrement la question, a signalé cette fermeture sauvage le même jour (son blog du 4 avril 2018) et, en signe de solidarité, les Gouttes d’Or de la Mode et du Design auraient proposé de déplacer l’évènement qui se déroule ce week-end à deux pas de la station Guy Patin de la rue des Gardes à la place Dauphine, dans l’arrière-cour du Palais de justice.

Crédit image : France bleu qui a consacré un article et un son à la question des « mineurs isolés » sur laquelle nous reviendrons bientôt.

Cet article, publié dans Défense du quartier, Politique de la ville, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.