Landsgemeinde

Exercice de démocratie directe en plein air à la Goutte d’Or

  • Ce mardi 27 mars 2018 à 19 heures, « les quartiers » du 18e reçoivent en public et en plein air leurs élus, les maires de Paris et darrondissement, les adjointes et les adjoints à la Politique de la ville, le préfet de Police, le procureur, la commissaire, les ministres des Territoires et de la Politique de la ville,…
  • Du moins les ont-ils invités à venir recevoir solennellement, en mains propres, au cœur de la Goutte d’Or, les deux pétitions qui ont rassemblé en quelques semaines près de 1.800 signataires pour celle des habitants en faveur d’une « solution durable pour la sécurité et la salubrité » et plus de 250 pour celle des commerçants soutenus par une quinzaine d’associations.
  • Rendez-vous à 19 heures sur la place Polonceau.

Pastille bleue : « Place Polonceau » (fond de carte : PLU de Paris).

L’exercice de démocratie directe est déjà une réussite. En quelques semaines, les habitants des quartiers Goutte d’Or / Barbès / Château Rouge / La Chapelle / Marx-Dormoy se sont mobilisés autour des graves problèmes d’insécurité et d’insalubrité accumulés dans ces quartiers au cours des trente dernières années qui devaient, au contraire, leur apporter le soutien de la « Politique de la ville » et l’assurance de la « sécurité prioritaire ».

Un succès populaire face à un échec avéré dont les auteurs des pétitions n’ont pas écarté les racines, parmi lesquelles ils désignent les « erreurs historiques » du début des années 1980 :

  • « Nous pensons que des erreurs historiques ont été faites dans l’aménagement et la gestion du quartier (ce, notamment depuis l’opération de réhabilitation urbaine des années 1980), et qu’il est urgent de corriger le tir. En 2012, la Goutte d’Or, déjà classée “zone urbaine sensible”, est devenue “zone de sécurité prioritaire” (ZSP). Quel bilan pour ce dispositif qui, malgré les moyens annoncés et déployés, a laissé s’installer les marchés volants et trafics sur le pont Jessaint et aux alentours du métro Barbès, les dépôts sauvages d’ordure dans la rue, et la situation sécuritaire déplorable que nous vivons aujourd’hui ? » (…)
  • « Déterminés à défendre la quiétude, la convivialité et la vie de nos quartiers, nous vous exhortons solennellement, en tant que représentants de la Ville et de l’État, à assumer la responsabilité qui incombe à vos mandats et fonctions respectifs, et à prendre les mesures nécessaires » (Texte de la pétition en ligne).

« Préserver l’avenir d’un quartier déjà très fragilisé est une nécessité et une obligation. À circonstances exceptionnelles, moyens exceptionnels », écrit le 23 mars 2018 un habitant de la Goutte d’Or sur le forum de mails quotidiens auquel participe jusqu’à la maire adjointe de Paris chargée de la Politique de la ville, Colombe Brossel, qui « remercie pour ces mails, devenus un échange collectif ».

« Merci pour vos alertes »

« Merci encore pour vos alertes et vos retours », écrit en effet Colombe Brossel le 22 mars : « Nous avons à nouveau, hier soir, évoqué la situation de votre quartier au Conseil de Paris, et rappelé les besoins urgents et légitimes qui sont les vôtres. En parallèle, nous nous mobilisons pour activer l’ensemble des leviers en faveur d’un apaisement de l’espace public, en concertation et avec vous. C’est le sens de la démarche  ‘Tous Mobilisés’ ».

La Ville se mobiliserait ainsi autour des habitants qui se mobilisent pour appeler la Ville (et l’État) à prendre leurs responsabilités. La Goutte d’Or serait à l’agenda de la Ville et de l’État ce que la Ville et l’État sont à l’agenda de la Goutte d’Or ? Comme dans les années 1970 lorsque fut prise (par la Ville et l’État de concert) la décision de détruire la Goutte d’Or ? On veut croire que non, et que la mobilisation actuelle permettra de réparer les dommages causés par la réhabilitation des années 1990.

  • « Nous sommes conscients de vos efforts », lit-on encore sous la plume d’un habitant, « mais tout reste à faire et à refaire, effectivement. On ose seulement espérer qu’il sera tenu compte des erreurs commises dans le passé, qui ont contribué à cette dégradation. Faute de quoi, c’est l’ensemble des quartiers populaires du nord-est parisien qui va sombrer, durablement ».

Premier bilan de cette mobilisation le 27 mars à 19 heures, une fois les pétitions solennellement remises à leurs destinataires. L’affluence du public et des autorités sera un premier signe.

Communiqué de Paris-Goutte d’Or :
« Vous avez été nombreux à vous mobiliser pour préserver la quiétude et la convivialité des quartiers Goutte d’Or / Barbès / Château Rouge / La Chapelle. Cette mobilisation est considérable: 250 signatures pour la pétition des commerçants, le soutien d’une quinzaine d’associations de quartier, et près de 1.800 sur la pétition ouverte à tous ! Nous avons invité les autorités destinataires de ces deux pétitions à une remise publique place Polonceau, le 27 mars à 19h. Venez nombreux pour montrer l’ampleur de la mobilisation et de notre solidarité ! Nous comptons sur votre présence ».

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s