Massif

Quand le bâti ment, va la neige

  • Les démolisseurs de la Goutte d’Or n’aiment pas les sports d’hiver : les chantiers Batigère et Sefri-cime un peu ralentis par les flocons qui ravissent en revanche le square Léon.

Photo D.A. pour Cavé Goutte d’Or (collection privée).

Le prototype inspiré par le massif Batigère à un promoteur immobilier des Alpes suisses (photo ci-dessus) s’enfonce dans la neige comme l’édifice de l’angle Myrha/Affre s’enfonce dans la supérette dessinée sur les prospectus que Batigère a vendus à la Mairie de Paris (photos ci-dessous).

Le massif Batigère en construction sur l’angle Myrha/Affre.

Les soubassements rognés de l’angle Affre/Myrha.

Le prospectus au tampon de la Mairie de Paris. Pièce PC6 du projet dont la Société Batigère avait posé elle-même que « l’aspect général est probablement trop marqué dans la perspective proposée par le Cabinet Téqui » suggérant que seraient présentées « des vues en élévation et des perspectives avec des points de vues plus réalistes ».

La justice n’a (pour l’instant) rien trouvé à redire au massif Batigère, comme on appelle ici le difficile édifice construit en extension du délicat vestige Louis-Philippe qu’il écrase. Le Tribunal administratif de Paris aurait même souligné « la grande sobriété des façades » et la « grande neutralité du bâtiment » (cf. analyse du jugement à paraître sur le blog). Mais force est de constater que les soubassements du massif sont largement inférieurs aux normes fixées par le PLU.

C’est peut-être en effet à tort que le tribunal aura estimé que le projet était conforme à la règle posée par l’article UG.11.1.3.1° du PLU qui stipule que, pour les bâtiments nouveaux, « la hauteur  du rez-de-chaussée en façade sur voie doit être au minimum de 3,20 mètres (hauteur libre sous poutre ou sous linteau) », cette hauteur « (pouvant) être soit réduite soit augmentée pour être en accord avec celle des bâtiments voisins ».  

Élévation rue Affre. Document Batigère, mesures et pointillés rouges ajoutés. Extrait des écritures de Cavé Goutte d’Or devant le TA de Paris (décembre 2017).

Malgré des schémas, esquisses et croquis parfois plus précis que ceux déposés en Mairie par le constructeurs lui-même, Cavé Goutte d’Or n’a (jusqu’ici) pas réussi à convaincre les juges que les soubassements du massif étaient très précisément en contradiction avec les règles du PLU et leur motivation, telle que cette motivation ressort du « Rapport de présentation du PLU » contenant les choix retenus pour établir le projet d’aménagement et de développement durable et la justification des règles, rapport qui, pour sa part, précise :

  • « (…) La hauteur des rez-de-chaussée, très importante pour une bonne lecture des façades, est généralement fixée à 3,20 mètres minimum sous poutre ou sous linteau, disposition nouvelle qui a pour objet d’éviter un effet d’écrasement des soubassements par rapport aux façades en élévation ».

L’effet d’écrasement du massif Batigère et la possible erreur des premiers juges seront examinés dans l’analyse à venir du jugement du 28 décembre 2017.

Entre-temps, place à la promenade romantique de notre correspondant dans le square Léon enneigé.

Reportage photographique : M.S. pour Cavé Goutte d’Or (5 février 2018).

Ne pas oublier :

  • Le prochain restau solidaire de Paris-Goutte d’Or a lieu au Sohan Café mercredi 7 février 2018 à partir de 19h30 (voir notre page Défense du quartier).

  • La pétition pour une solution durable dans les quartiers Goutte d’Or / La Chapelle est en ligne ici. Cette pétition (qui a recueilli plus de mille signatures en une semaine) évoque « les erreurs historiques dans l’aménagement et la gestion du quartier, notamment depuis l’opération de réhabilitation urbaine des années 1980 » (lire notre commentaire sur le blog) – erreurs qui se reproduisent aujourd’hui avec, notamment, les chantiers de Batigère (voir ci-dessus), de Sefri-cime à l’angle des rues Cavé et Stephenson (à suivre) et du Diocèse de Paris pour l’extension de l’école Saint Bernard à l’angle des rues Pierre L’Ermite et Saint Bruno (à suivre aussi).
Publicités
Cet article, publié dans Défense du quartier, Politique de la ville, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s