Utinam

CAVÉ PATROUILLAM !*

*Prends garde à la patrouille !

  • Comme pour défier le projet lauréat du budget participatif 2017 consistant à « Apaiser la rue Cavé », l’année 2018 s’est ouverte à la Goutte d’Or sur une intervention policière massive de près de trois heures à l’angle des rues Cavé et Saint Jérôme.
  • Les effectifs qui manquaient la veille à Champigny-sur-Marne auraient été bloqués entre le square Alain Bashung et la rue Boris Vian : toujours la faute aux artistes !
  • Les commerçants du secteur Alain Bashung – Boris Vian invitent le quartier à reprendre les rues qu’il avait abandonnées à la Politique de la ville.

Angle des rues Cavé et Saint Jérôme (Photo D.R. 2 janvier 2018).

Au moment où le blog divulguait les premiers éléments de langage d’un des projets lauréats du budget participatif 2017 consistant à « apaiser la rue Cavé » (voire notre billet « Microclimat »), les riverains de la rue étaient littéralement assignés à résidence pour ceux qui étaient chez eux, et privés du droit au retour pour ceux qui étaient sortis.

Un « rez-de-chaussée bunkerisé »
pris d’assaut ?

La permanence politique de Daniel Vaillant n’étant plus sur l’angle du 13 rue Cavé et le CROUS des n° 22/24 n’ayant jusqu’ici occupé que les services administratifs de la Ville (à l’exclusion de la mondaine et de la criminelle), les riverains privés de mouvement pendant quelques heures en ont conclu que la descente de police visait en réalité l’autre bout du transept de Saint Bernard (voir le plan cadastral ci-dessous). À l’opposé en effet de l’angle investi par les forces de police le 2 janvier, se situe le tristement célèbre projet architectural du Diocèse de Paris toujours contesté devant la Cour administrative d’appel par les associations Cavé Goutte d’Or et SOS Paris : or, ce projet est actuellement l’objet de sévères critiques sur les réseaux sociaux et d’une campagne de tags encore virtuels sur « le rez-de-chaussée bunkerisé de l’école Saint Bernard » que la police aurait pour mission de prévenir à tout prix (la campagne de tags, pas la bunkerisation de l’école).

En-haut sur le plan : intervention de police sur l’angle Cavé / Saint Jérôme. En-bas sur le plan : aucune intervention sur l’angle Saint Bruno / Pierre L’Ermite.

Transept Nord du monument historique vu depuis l’angle des rues Cavé et Saint Jérôme, investi provisoirement le 2 janvier 2018 par la police de proximité.

Transept sud du monument historique, perspective de l’église Saint Bernard spoliée par l’école Saint Bernard.

Les procédures toujours en cours (et même en cour d’appel) contre le projet architectural d’extension de l’école Saint Bernard

Les critiques du projet sur les réseaux sociaux

La reconquête du quartier par sa rue… 

Dans le prolongement des réunions de travail successives qui se sont tenues en décembre 2017 concernant la dégradation de la vie économique et sociale du quartier (lire notre billet du 17 décembre 2017 : « Mineurs isolés, majeurs en errance »), l’association Paris-Goutte d’Or, l’une des plus anciennes du quartier, née en 1982 du projet initial d’en empêcher la destruction (lire l’article de Violette Roland : « Comment le patrimoine historique volontairement méconnu de la Goutte d’Or a été volontairement détruit »), a lancé l’idée d’inviter les habitants à en reprendre possession et à en soutenir les activités économiques. Première étape en ce début d’année : un repas dans les restaurants « Au Chien de la Lune » le mardi 16 janvier à 19 h 30 et « La Goutte d’Or » le jeudi 25 janvier à 19 h 30 (lire le détail le 12 janvier 2018 en page « Défense du quartier »).

… et par son économie

L’association Cavé Goutte d’Or (qui, du haut des 7 ans qu’elle vient de célébrer avec Paris Nature Environnement à L’Échomusée, est pour sa part l’une des petites dernières du quartier) salue l’idée de Paris-Goutte d’Or, dans laquelle elle veut percevoir le projet ou l’occasion de responsabiliser les habitants de la Goutte d’Or dans le fonctionnement économique de leur quartier.

La dimension économique ne saurait en effet pas être négligée. Elle  n’est pas forcément en opposition frontale avec les projets plus ‘sensibles’ nés du contexte de « zone urbaine sensible » dans lequel est enfermée la Goutte d’Or depuis 1984 : les deux peuvent cheminer ensemble si la Politique de la ville (zonage imposé et entravant) laisse la place à la ville et à ses habitants, à leurs initiatives, – débarrassées de la dimension ‘sensible’. À cet égard, la réunion tenue le 20 décembre 2017 sous l’égide des EDL (équipes de développement local) et de l’adjointe au maire chargée de la Politique de la ville – EDL et Politique de la ville souvent critiquées sur le blog (où elles ont même leurs pages dédiées) – était riche de constats et d’idées.

Sous le titre de « Mobilisation pour l’occupation positive des espaces publics du sud Goutte d’Or », la réunion avait pour objectif de « construire ensemble – dans un premier temps : associations et commerçants – des actions visant à se réapproprier de manière positive les espaces publics, à y changer les usages, dans le but d’améliorer l’image et les conditions de vie dans le quartier ». Appelant à une « perspective de solution » avant « l’animation de rues », le représentant de l’association des commerçants de la rue des Gardes (connue aussi sous le nom de rue de la mode) fut particulièrement convaincant dans sa démonstration quant à la nécessité de ne pas laisser prospérer plus longtemps dans le quartier une économie parallèle dont l’extension bien visible et bien connue (d’autres intervenants évoquant l’idée qu’on l’aurait même « laissé s’installer ») se fait au détriment de l’économie officielle, souvent soutenue et parfois subventionnée par la Ville, une économie viable qui ne demande qu’à s’étendre sur les richesses créatives présentes dans le quartier. Celles-ci n’ont-elles pas en effet été saluées il y a un an par l’équipe de CoSto (Connected Stores) ?

Une perspective de solution :
la fin de la Politique de la ville

À l’issue de cette réunion en effet très positive, on en arrive à penser qu’il suffirait de peu, de presque rien – d’un bon mot de Boris Vian, d’un bon accord d’Alain Bashung – pour que de bons constats ouvrent sur de bons projets. Que le square Alain Bashung et la rue Boris Vian délimitent aujourd’hui le quartier à « se réapproprier », que ces deux prestigieux auteurs et musiciens soient honorés à quelques mètres l’un de l’autre au cœur de la Goutte d’Or dont ils furent proches, relèvent peut-être du symptôme, ou du symbole, ou des deux.

Mais si « une perspective de solution » devait émerger des discussions denses de décembre sur l’état du quartier, elle comporterait assurément la fin de la Politique de la ville. Comme il ressort de son propre credo, lisible sur le site de la Mairie de Paris reproduit ci-dessous, la Politique de la ville (expression dans laquelle ville n’est pas Mairie) porte en effet en elle-même les germes d’une permanente impasse, d’autant plus permanente que les communicants ne se rendent pas même compte de l’aporie, contradiction insoluble dans le raisonnement qui voudrait que « la Politique de la ville œuvre pour assurer l’égalité » quand « les quartiers dits ‘Politique de la ville’ concentrent les inégalitaires sociales et urbaines » :

Site de la Mairie de Paris : Les quartiers populaires, capture d’écran du 11 janvier 2018.

Site de la Mairie de Paris : Les quartiers populaires (détail).

  • « Les inégalités sociales et urbaines se concentrent principalement dans les quartiers dits ‘politique de la ville’ (…). La politique de la ville œuvre pour assurer l’égalité entre les territoires et pour améliorer les conditions de vie des habitants des quartiers populaires ».
Publicités
Cet article, publié dans Articles, Patrimoine(s), Saint Bernard, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s