Mineurs isolés, majeurs en errance

Paris-Goutte d’Or dresse un bilan sévère des dégradations qui affectent le quartier et propose un travail global en amont des plans d’urgence successifs

  • Déjà très active au début des années 1980 pour tenter d’empêcher la destruction de la Goutte d’Or, l’association d’habitants poursuit aujourd’hui son combat et demande qu’à travers la protection des enfants marocains en danger soit sérieusement appréhendé en amont le contexte politique et social qui persiste à provoquer la dégradation du quartier.
  • À l’issue de la réunion très officielle tenue le 6 décembre 2017 à la Salle Saint Bruno, « le sentiment demeure fort de ne pas être entendu et de vivre dans un quartier abandonné par les pouvoirs publics », affirme Paris-Goutte d’Or dans un document diffusé le 16 décembre qui propose notamment « la constitution d’un groupe de travail réunissant habitants, associations, commerçants et représentants des institutions ».

Square Alain-Bashung, archive de février 2017 car le square est aujourd’hui fermé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 (photo LP/DR Le Parisien).

Dans le texte qu’elle a rendu public samedi 16 décembre 2017, Paris-Goutte d’Or écrit notamment :

  • « Nous pensons que des mesures exceptionnelles sont nécessaires pour protéger des enfants en danger mais également assurer aux habitants et commerçants la sécurité et la protection dues à chacun (…). Nous réaffirmons que toutes les mesures prises ne seront efficaces que si elles s’inscrivent dans une recherche de confiance avec ces jeunes et avec les habitants. Elles doivent également s’inscrire dans une politique plus large de lutte contre les trafics, en particulier de drogues. Elles doivent enfin s’inscrire dans un environnement où la maintenance des équipements publics soit régulièrement assurée, spécialement l’éclairage et la propreté ».

Devant la fermeture du square Alain-Bashung, l’association insiste :

  • « Nous réaffirmons une fois de plus que ce n’est pas en fermant les espaces publics comme les squares et autres lieux, en limitant les espaces de circulation et de vie des habitants qu’on réglera les problèmes d’occupation de l’espaces public. Ce n’est pas en supprimant les Auto lib’ que sera réglé le problème de l’hébergement des mineurs ».

Les archives de Paris-Goutte d’Or sont consultables sur le site de Goutte d’Or et vous, hélas affublé en son angle supérieur droit d’un logo mobile racoleur pour sa web-radio qui en rend la lecture difficile. On peut néanmoins quitter la page du site et lire tranquillement la centaine de documents recensés, dont le célèbre n° 1 du journal Paris-Goutte d’Or publié en juin 1984, dont Cavé Goutte d’Or possède un exemplaire original en couleur (voir ci-dessous).

Sur la réunion du 6 décembre 2017, on peut lire aussi le blog d’Action Barbès du 14 décembre 2017 :

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, Politique de la ville, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s