Bétonite

25 rue Stephenson : Les caves se rebiffent

  • Pourquoi la télé renonce-t-elle à couvrir la politique de l’urbanisme dans la Goutte d’Or ?, se demandent depuis longtemps les habitants du quartier.
  • Parce que la Politique de la ville bétonne la télé, semble répondre une photo qui circule sur les réseaux sociaux depuis une semaine.

Pompéi sur Stephenson ou comment la Politique de la ville bétonne l’info sur l’urbanisme de la Goutte d’Or (Photo D.R.).

Une infiltration de bentonite (à ne pas confondre avec la bétonite dont souffre le quartier) a créé des dommages dans « les réseaux d’assainissement », c’est-à-dire dans les égouts, réseaux sociaux par excellence, entre la rue Myrha et la rue Saint Mathieu, couvrant ainsi les deux blocs et/ou ilots séparés par la rue Cavé. La cause en serait les travaux actuellement en cours sur la parcelle située à l’angle des rues Cavé et Stephenson, vendue pour un euro symbolique au promoteur immobilier Sefri-Cime qui entend bien en tirer le maximum de profit en bétonnant au-delà même des limites généreuses du PLU de Paris.

Le promoteur est si pressé qu’il a même annoncé mensongèrement sur ses réseaux promotionnels qu’il aurait déjà construit cet immeuble (lire sur le blog : « Sefri-Cime dans les nuages »).

L’association Cavé Goutte d’Or, qui suit ces travaux avec la même attention que ceux menés par la société Batigère, qui prétend construire sur l’angle opposé de la même parcelle (Affre/Myrha) un bâtiment identique en tous points à celui dont le permis avat été cassé pour « défaut d’examen complet et sérieux du dossier par l’architecte des bâtiments de France », et par le Diocèse de Paris qui, pour sa part, construit sur le seuil de l’église Saint Bernard, monument historique, un édifice interdit par un arrêté municipal de mars 2012 toujours en vigueur sous prétexte qu’un arrêté municipal de mars 2015 contesté en justice aurait autorisé une construction « différente » (Lire pour mémoire : l’appel de Cavé Goutte d’Or, l’intervention de SOS Paris).

Remue ménage sur Cavé/Stephenson (mai 2017).

Sur les trois chantiers, entrepris de concert par leurs promoteurs respectifs avec le double soutien affiché des deux Mairies (centrale et du 18ème, très engagées dans les trois dossiers) en dépit des procédures en cours contre chacun des trois devant le tribunal administratif et la cour administrative d’appel, l’urgence semble se porter pour l’instant sur la parcelle à un euro de l’angle Cavé/Stephenson qui suscite un remue-ménage important, au point d’inquiéter les riverains qui ont vu leurs caves envahies par des coulées de boues dures leur donnant des allures de Pompéi des temps modernes. Pendant qu’elle suivait sur le terrain un mouvement qui pouvait paraître de panique, le chantier trouant la parcelle de partout, creusant et rebouchant à la vitesse de l’éclair en même temps que des assainisseurs de réseaux sortaient des égouts des dizaines de seaux d’on ne sait qu’elle matière grise, l’association Cavé Goutte d’Or recevait d’un de ses correspondants, dans la nuit du 18 au 19 mai, la photo qui illustre ce billet.

Cavé Goutte d’Or a suggéré à son correspondant de transmettre l’incroyable cliché à son syndic qui pourrait en saisir l’expert judiciaire chargé d’accompagner les travaux de Sefri-Cime. Ce qui aurait été fait depuis.

Zoom sur la bétonneuse : jusqu’où se niche la com’ (2 rue Cavé, 18 mai 2017).

Reportage

« Des dizaines de seaux d’on ne sait quelle matière grise » (Cavé/Stephenson, 18-19 mai 2017).

Embouteillage rose sur Cavé/Stephenson (19 mai 2017).

Angle Cavé/Stephenson, 19 mai 2017 : Des écoliers traités comme du béton. On espère que ce ne sont pas ceux de l’école Saint Bernard, dont le ravissant préau arboré sur le seuil de l’église Saint Bernard monument historique est actuellement l’objet d’un bétonnage sauvage.

Pont et chaussée de l’ascension

Résultat de cette crise aiguë de bentonite : Alors que la France somnole sous la chaleur de l’été précoce qui serait tombé de l’ascension, le quartier de la Goutte d’Or subit les travaux d’un chantier qui ne s’arrête donc pas et, tout à ses fouilles, ne respecte pas même les ponts.

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Église Saint Bernard, Défense du quartier, Quartier, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s