Saintes glaces

Le cinquième vide grenier de Paris-Goutte d’Or à l’ombre de l’école Saint Bernard

  • L’ombre (qu’on espère provisoire) des trois plateaux sur pilotis que l’OGEC Saint Bernard Sainte Marie construit sur le seuil de l’église Saint Bernard rivalise cette année avec les saints de glace pour gâcher la fête.

On se souvient que, le 22 mai 2016, il pleuvait des cordes sur la Goutte d’Or, – au point que les organisateurs du vide grenier devenu familier sur le parvis de l’église Saint Bernard organiseraient une séance de rattrapage en septembre 2016.

Si les prévisions météorologiques ne sont guère plus rassurantes cette année que l’an dernier, saints de glace obligent, du moins, l’année dernière, les perspectives monumentales de l’église Saint Bernard étaient encore vierges de l’atteinte que leur porte désormais (provisoirement, on veut le croire) la construction de l’école du même nom dans la co-visibilité immédiate de l’unique monument historique du quartier.

Notre billet du 21 mai 2016 signalait le risque que l’«Organisme de Gestion de l’Enseignement Catholique Saint Bernard – Sainte Marie (OGEC)», gestionnaire de l’indispensable école Saint Bernard, profite de la notoriété et de la qualité reconnue et méritée de cette école pour construire n’importe quoi dans son préau et dans les perspectives monumentales de son illustre voisine au motif (aussi légitime et reconnu que l’école elle-même) que ses locaux vétustes devaient être mis aux normes et agrandis.

Nos lecteurs connaissent la contestation des riverains, relayée par Action Barbès, les actions en justice de Cavé Goutte d’Or et SOS Paris, et le bras de fer mené par l’administration de l’école au risque de la voir démolie en raison d’un permis qui pourrait être jugé illégal, – un risque transformé en défi par les parents d’élèves qui – dans un « Chiche ! » retentissant – reportaient à l’avenir la réflexion sur le risque de démolition, « le risque qu’un jour (…),

Un risque transformé en défi (Peinture sur toile de Torres, 1997 exposée au vide grenier du 14 mai 2017).

« qu’un jour, si un juge tranche en faveur de la démolition de la moitié d’une école (????), nous soyons contraints de remettre le bâtiment dans son état initial »…

Les quatre points d’interrogation sont dans le texte source. L’auteur du billet posté sur la page facebook des Amis de l’école Saint Bernard entend donc clairement interroger ses collègues lecteurs : « Un juge osera-t-il (entend-on en arrière plan) un jour trancher en faveur de la démolition de la moitié d’une école ???? » (Lire sur le blog).

*

Ils connaissent aussi le soutien apporté par la Mairie du 18e à un projet qu’elle avait au départ sévèrement contesté, Daniel Vaillant se félicitant d’avoir su mettre le holà de réprimande à un projet que son adjoint à l’Urbanisme, au Logement et à l’Architecture assurera ensuite d’un « Hola ! » de bienvenue par trop amical, dont SOS Paris a récemment mis en relief qu’il reposait en outre sur l’interpolation d’un document officiel de l’APUR, atelier parisien d’urbanisme :

  • Le holà ! de Daniel Vaillant, alors maire du 18e arrondissement : « Je connais des projets privés sur le secteur qui me consternent, notamment des extensions de l’école (Saint Bernard). Heureusement que nous sommes là pour signifier qu’il n’est pas possible d’enlaidir un secteur qui a été complètement remis en valeur ».
  • Le Hola ! de Michel Neyreneuf qui évoque le « soutien apporté par la municipalité à l’OGEC Sainte Marie Saint Bernard pour l’obtention du permis de construire qui permettra à cette école diocésaine d’avoir des locaux suffisants pour continuer son action ainsi qu’une accessibilité de l’ensemble du bâtiment ».
  • La perplexité de SOS Paris : « Le soutien apporté avec insistance au permis par la municipalité au motif de la mise aux normes laisse planer le doute sur l’instruction et l’autorisation qui auraient été appelées à venir cacher, par un permis de construire, la défaillance de l’autorité administrative à faire respecter l’entretien et la mise aux normes » (extraits du mémoire de SOS Paris devant la Cour administrative d’appel).

*

Sur les risques de démolition d’un édifice construit sur la base d’un permis jugé ultérieurement illégal, lire : La démolition dans le texte.

*

  • Le vide grenier de Paris-Goutte d’Or aura lieu dimanche 14 mai 2017 toute la journée sur le parvis de l’église Saint Bernard et la rue Saint Bruno. Cavé Goutte d’Or y tiendra un stand alimenté par ses membres et amis. Le produit des ventes sera intégralement versé au soutien de ses actions. Seront également consultables sur le stand de Cavé Goutte d’Or les cartes publiées à l’appui de l’étude de François Loyer pour l’APUR désignant l’ensemble constitué par l’église Saint Bernard et les rues qui l’entourent comme « un espace urbain d’intérêt exceptionnel » autour d’un « édifice de qualité exceptionnelle ».
  • Les lecteurs du blog sont chaleureusement invités à participer au vide grenier, à rencontrer à cette occasion et soutenir les associations du quartier qui y participent, dont Cavé Goutte d’Or.
Publicités
Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, Saint Bernard, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s