Électron libre

Triennat : La rue Boris Vian en ballottage

  • Participation honorable à la sixième édition de la « Saint Boris », qui a bénéficié, ce 2 mai, d’une bienveillante éclipse de pluie.
  • Dans le projet de requalification de la rue (du passage, des escaliers, de la traverse…) Boris Vian, seul le nom de l’écrivain demeure. Mais pour combien de temps ?
  • La Cohérie Boris Vian a laissé entendre récemment que le nom de « rue Boris Vian » n’était pas acquis : elle attend de la Mairie de Paris un rapport sérieux doté d’un calendrier serré quant au programme de réhabilitation et d’entretien de ce secteur sinistré par l’opération Goutte d’Or Sud.

La rue Boris Vian aborde confiante le triennat qui pourrait être son dernier. La Mairie de Paris a en effet promis sa réhabilitation avant la fin de la mandature, soit avant mai 2020. Un triennat qui exige des garanties de suivi sérieux et programmé (Illustration : Boris Vian ina.fr).

En raison du « devoir de réserve » imposé par l’article L.49 du code électoral, Cavé Goutte d’Or s’abstient de toute diffusion pouvant « avoir le caractère de propagande électorale ». Le blog se limite ainsi à un reportage photographique de son installation du 2 mai 2017 et reviendra aux échanges entre les divers participants à cet évènement dans les jours qui suivront l’élection présidentielle en cours au moment de poster ce billet.

Le V de Vian, qui suit depuis six ans les aventures de la Cohérie Boris Vian dans la rue Boris Vian, sera-t-il bientôt aussi le V de victoire ?

À titre indicatif, on peut d’ores et déjà noter qu’étaient exposés sur les grilles du TEP Goutte d’Or : le projet de l’agence AAFeraru pour la réhabilitation du secteur, les textes réunis par Thierry Payet sur le ressenti des habitants, l’exposition Boris Vian, un regard de Jean-Claude Larrieu sur les toits disparus du 16 rue de la Goutte d’Or, l’étude de François Loyer sur l’« espace urbain de qualité élevée » quand ce n’est « de qualité exceptionnelle » à laquelle la Ville est confrontée, et plusieurs extraits des travaux de Cavé Goutte d’Or sur ces espaces à protéger.

Autour de l’exposition, se sont croisés mardi 2 mai de 17 à 20 heures, pour des échanges apparemment très fructueux (on y revient donc) : les architectes et urbanistes de l’agence AAFeraru, les représentants des très actives associations Action Barbès, ASA-PNE (Association pour le Suivi de l’Aménagement Paris Nord-Est) et SOS Paris, les élus Verts qui soutiennent fidèlement cette action au long cours, dont Sandrine Mees qui avait été la malheureuse messagère de la Cohérie Boris Vian le 2 mai de l’année dernière, « malheureuse » tant le maire Éric Lejoindre avait cru devoir mépriser l’action (l’action et l’alliée puisque aussi bien les Verts sont partenaires de la majorité municipale : n’ont-ils pas voté, peu après, la modification du PLU en toute Bonnefoy ?), un candidat de 2014 sur la liste du Pari citoyen pour Paris 18,… sans compter les jardiniers de la Goutte verte, qui ont fait honneur à ces voisins de quelques heures et ont participé aux discussions sur l’avenir du terrain qu’ils occupent actuellement.

Boris Vian au TEP Goutte d’Or, 2 mai 2017.

Atmosphère.

Groupe de travail.

Bientôt libres ?

Présentation par Andréi Feraru (de dos) à SOS Paris, ASA-PNE, la Goutte verte, EELV.

Mohand Dehmous (Pari citoyen), Jan Wyers (SOS Paris), Arnaud Hollard et Andréi Feraru (Agence d’architectes Feraru), Élisabeth Carteron (Action Barbès) là où, naguère, Jean-Claude Larrieu photographiait ses « années Goutte d’Or 1977-1987 ».

Les mêmes au cœur du goulet.

« Y a du boulot ! », semble dire Christine Nedelec (SOS Paris) à Olivier Ansart (ASA-PNE).

« Justement ! », confirment Sandrine Mees et Andréi Feraru.

Rendez-vous est pris pour un compte rendu des échanges et le calendrier des décisions à venir avant l’été. D’ici là, quelques photos et les remerciements de tous les intervenants à nos hôtes du TEP Goutte d’Or qui nous ont accueillis merveilleusement à l’occasion de cette « Saint Boris Vian », comme on entendit un participant l’évoquer un peu vite…

*

  • SOS Paris : d’une pierre deux coups –  SOS Paris a profité de cette visite sur le TEP Goutte d’Or pour évaluer la progression du désastre que représente, en termes d’architecture et de protection du patrimoine, l’extension de l’école Saint Bernard toute voisine, dans l’angle des rues Pierre L’Ermite et Saint Bruno. Prélude peut-être au transport de la Cour administrative d’appel de Paris que l’association a sollicité dans son mémoire d’intervention volontaire au soutien de l’appel de Cavé Goutte d’Or (lire sur le blog : l’appel de Cavé Goutte d’Or, l’intervention de SOS Paris).

Les abords de la rue Boris Vian

Nos lecteurs peuvent penser que Cavé Goutte d’Or se préoccupe exclusivement des abords de l’église Saint Bernard – que l’association ferait un « abcès de fixation » sur l’unique monument historique du quartier, comme l’écrit élégamment le Cabinet de Corine Lepage, avocat de l’OGEC Saint Bernard Sainte Marie dans ce malheureux dossier – mais il n’en est rien : elle se préoccupe aussi des abords de la rue Boris Vian (qui se rejoignent par l’effet des ensembles) et, à ce titre, salue la récente ouverture du bistrot « Le Chien De La Lune », au 22 rue de Jessaint, sur les lieux où était installé, il y a peu, l’atelier-boutique « Cocobohême », alors en co-visibilité avec l’église Saint Bernard monument historique :

En miroir (bientôt en palimpseste), les façades de la Goutte d’Or Sud (1987-1997) s’incrustent dans le paysage de la rue.

Que les amoureux de Cocobohême, qui avait accueilli l’exposition Boris Vian de novembre 2015, se rassurent : l’atelier-boutique ne s’est déplacé que de peu, rue Myrha, et est ainsi resté dans l’un des « espaces urbains de qualité élevée » identifiés par François Loyer.

Boris Vian à Bon Conseil

Des marches de sa rue dans la Goutte d’Or à celles de l’illustration ci-dessous, Boris Vian quittera, le temps d’une soirée poésie, les abords de l’église Saint Bernard pour la salle de spectacle de Notre-Dame du Bon Conseil, ce type de bon conseil qu’on eût aimé voir guider l’école Saint Bernard, le Diocèse et la Mairie de Paris lors de leur décision contestée « d’enlaidir un secteur qui a été complètement remis en valeur », pour le dire comme Daniel Vaillant le dira au conseil d’arrondissement (Suivre les procédures en cours : l’appel de Cavé Goutte d’Or, l’intervention de SOS Paris).

Les nouveaux escaliers Boris Vian ? Tout un poème !

Boris Vian à La Huchette

Et pendant ce temps, L’Écume des jours est joué au Théâtre de La Huchette.

Présentation de Nicole Bertolt.

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, Patrimoine(s), Politique de la ville, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s