Exclusif

L’ABF s’inquiète des perspectives monumentales de l’église Saint Bernard

  • Dans une note qui fera date, l’architecte des bâtiments de France demande des précisions quant à un projet en covisibilité avec l’église Saint Bernard.
  • Cette soudaine attention vise la restitution d’une fresque du square Léon sur un mur pignon de la rue Saint Luc et met crûment en lumière, par opposition, la légèreté avec laquelle, à l’autre bout de la rue Saint Luc, le projet d’extension de l’école Saint Bernard a été examiné par l’ABF et autorisé par l’administration. 
  • Selon Cavé Goutte d’Or, cette nouvelle pièce conforte la thèse d’une faute de l’administration dans la gestion des demandes successives d’autorisations d’urbanisme et de l’illégalité du permis de construire accordé à l’OGEC Saint Bernard Sainte Marie.
2poids2mesures

Deux poids, deux mesures : l’ABF est attentif à la protection des abords de l’église Saint Bernard vue du carrefour Léon/Cavé/Saint Luc (en haut à gauche) et néglige ce monument historique classé lorsqu’il l’examine de l’angle Pierre L’Ermite/Saint Bruno (en bas à droite sur l’extrait du cadastre ci-dessus).

Dans une note du 1er décembre 2016 à la direction de l’Urbanisme de la Mairie de Paris, l’architecte des bâtiments de France ne s’estime « pas en mesure d’exercer sa compétence et s’oppose, en l’état du dossier, à la délivrance d’une autorisation » des travaux consistant à restituer un pan de la fresque monumentale qui orne le square Léon (en haut à gauche).

Le blog de Cavé Goutte d’Or avait relaté, peu avant, l’historique de ce pan de fresque qui, sur décision de justice, doit être repeint après avoir été blanchi lors d’un ravalement de façade, cela au nom du droit moral de l’artiste. Les enquêtes conduites par Cavé Goutte d’Or avaient également mis au jour les lacunes de la Ville de Paris qui ne réussit pas, jusqu’ici, à montrer qu’elle avait bien demandé et obtenu, en 1992, les autorisations nécessaires pour peindre ou faire peindre quatre pignons de sept étages appartenant à des copropriétés dont les murs seraient ainsi squattés au nom d’une vision autoritaire du paysage urbain dicté(e) (la vision et le paysage) par le statut de « zone urbaine sensible » imposé au quartier de la Goutte d’Or par la Politique de la ville (Lire en page Défense du quartier : « Square Léon : Trompe l’œil à l’œil sur le pignon des autres ? » et notre analyse : « La Politique de la ville à la Goutte d’Or ne ZUS pas que si l’on s’en sert »).

Inégalité de traitement

Covisibilité (photo CGO 28 novembre 2016).

« L’intégration du projet (de fresque sur le pignon) par rapport au monument historique doit être appréciée » (ABF, 1er décembre 2016). Photo CGO 28 novembre 2016.

La copropriété condamnée (à la demande de l’artiste) à organiser (en coopération avec lui) la restitution de la fresque effacée a déposé, en septembre dernier, une demande préalable de travaux qui, après une requête de complément de pièces,  a été reconnue comme recevable par la direction de l’Urbanisme.

Selon l’ABF pourtant, le dossier est incomplet en ce que les documents fournis ne lui permettraient pas « d’apprécier l’insertion du projet de création de la fresque par rapport aux constructions avoisinantes et aux paysage, son impact visuel ». Tout en soulignant qu’il ne s’agit pas d’une création mais d’une restitution, Cavé Goutte d’Or ne peut que saluer l’attention portée au dossier par l’ABF et son souci de préserver le paysage et les constructions avoisinantes. Cela d’autant qu’après l’avoir négligée dans une bonne dizaine de demandes d’autorisations d’urbanisme, l’ABF se soucie expressément de l’église Saint Bernard, inscrite au titre des monuments historiques depuis le 26 novembre 2012 et classée depuis le 18 juin 2015 :

  • « L’intégration du projet par rapport au monument doit être appréciée sur la base d’éléments graphiques de bonne qualité », écrit-il dans sa note du 1er décembre 2016.

Ironiquement prémonitoire, notre billet du 28 novembre 2016 mettait en parallèle les deux projets situés dans la diagonale qui traverse le monument historique qu’est en effet l’église Saint Bernard : le premier, actuellement en cours d’exécution, consistant à construire à l’angle des rues Pierre L’Ermite et Saint Bruno, une extension de l’école Saint Bernard qui porte atteinte aux perspectives monumentales de l’église du même nom ; le second, objet de la déclaration préalable en vue de la restitution d’une fresque sur le square Léon.

Le second serait-il  étudié avec le même soin que le premier, pensions-nous pouvoir ironiser, c’est-à-dire avec les mêmes négligences ? La comparaison est ravageuse car, loin de se soucier de l’intégration du projet architectural retenu pour l’extension de l’école Saint Bernard en cours d’exécution (ci-dessous), l’architecte des bâtiments de France n’avait émis qu’une prescription anodine :

  • « L’architecte des bâtiments de France sera averti du démarrage du chantier et informé de son déroulement. Les échantillons, teinte de matériaux et peintures lui seront soumis préalablement à toute mise en œuvre ».
jgjgj

« Les échantillons, teinte de matériaux et peintures seront soumis (à l’ABF) préalablement à toute mise en œuvre » (Photo D.R. 1er décembre 2016 : le monument historique vu de la rue Pierre L’Ermite).

« La teinte des matériaux et peintures » l’emporte, rue Pierre L’Ermite, au détriment de « l’intégration du projet au monument historique », considérée rue Saint Luc. Résultats : les  perspectives monumentales de l’église Saint Bernard sont anéanties par le choix de construire l’extension nécessaire de l’école Saint Bernard dans la cour de l’école plutôt qu’en surélévation du bâtiment existant, comme cela a été proposé par Cavé Goutte d’Or et plusieurs riverains.

Force est d’observer que, pour l’instant, l’ABF, qui s’est montré très conciliant avec le projet d’extension de l’école Saint Bernard pourtant en opposition flagrante avec un arrêté qui l’avait retoqué en 2012 pour atteinte aux perspectives monumentales de l’église Saint Bernard voisine, se montre plus sourcilleux quant à la fresque du square Léon.

img_50431

Phot D.R. 1er décembre 2016.

Comme Cavé Goutte d’Or l’a soutenu devant le Tribunal administratif de Paris, le permis de construire accordé en 2015 à l’extension de l’école dans la cour (à l’encontre de l’arrêté de 2012 toujours en vigueur qui refusait ce permis) est illégal en raison, notamment, du soutien municipal qu’il a reçu et de l’attention moindre dont, en conséquence ou en contrepartie de ce soutien, il aura été l’objet. Devant la Cour d’appel, l’association développe également le moyen selon lequel, dans le cas de l’extension de l’école Saint Bernard, « l’ABF a émis des prescriptions insuffisantes et inadaptées qui démontrent le caractère artificiel de son analyse du dossier ». La note du 1er décembre 2016 examinée ici vient, comparativement, corroborer cette position.

  • L’appel de Paris Nature Environnement et SOS Paris : Dans un communiqué de presse rendu public en début de semaine, Paris Nature Environnement (PNE) et SOS Paris estiment que « les protections juridiques de l’unique monument historique de la Goutte d’Or sont bafouées (et) demandent l’arrêt des travaux en cours avant que les impacts soient irrémédiables ». Agnès Popelin, présidente de PNE, et Christine Nedelec, secrétaire générale de SOS Paris, « rappellent à la Ville la protection du patrimoine parisien et lui demandent de ne pas détruire d’une main ce qu’elle a su intelligemment préserver de l’autre » (Lire le communiqué).

 

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Église Saint Bernard, Patrimoine(s), Politique de la ville, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s