Symbole

L’école Saint Bernard célèbre le 20e anniversaire de l’agression de l’église Saint Bernard

  • « Avec humanité et cœur » : L’OGEC qui préside aux destinées de l’école Saint Bernard ne pouvait choisir meilleure semaine que celle des commémorations de la prise de l’église Saint Bernard par les troupes de Jean-Louis Debré pour rassembler les siennes autour de l’atteinte aux perspectives protégées du bâtiment devenu monument historique depuis.
Libération, 23 août 1996.

23 août 1996 (photo DR pour Libération).

IMG_3828

23 août 2016 (photo MS pour Cavé Goutte d’Or).

L’effraction de 1996 est souvent citée en relation avec l’inscription de l’église Saint Bernard au titre des monuments historiques. Ainsi en a-t-il été du journal Le Parisien qui informait ses lecteurs de l’inscription du monument dès le 15 décembre 2012 (lien), soit dès le lendemain de l’annonce qui en fut faite sur le blog de Cavé Goutte d’Or, non cité pour autant (secret des sources !).

  • IMG_3827« L’église Saint-Bernard de la Chapelle — dont la porte avait été fracturée à coups de hache à l’aube du 23 août 1996 par des CRS venus évacuer les 300 sans-papiers réfugiés à l’intérieur depuis deux mois — vient d’être inscrite à l’Inventaire des monuments historiques par le préfet de la région Ile-de-France, Daniel Canepa, dans un arrêté du 26 novembre (2012) », indiquait le journal.

Le reprenant peu après, le blog d’Action Barbès rapportait le 4 janvier 2013 l’espoir d’un de ses lecteurs qui « pens(ait) que ce classement permettr(ait) un suivi plus précis des permis de construire délivrés à proximité »… On connait la suite : neuf avis émis par l’architecte des bâtiments de France sur des projets immobiliers situés dans le champ de visibilité et dans le périmètre protégé du monument historique inscrit le 26 novembre 2012, classé le 8 juin 2015, se sont assis sur les arrêtés patrimoniaux. Si plusieurs ont donné lieu à des permis modificatifs et certains sont encore l’objet de contestations devant le Tribunal administratif et la Cour administrative d’appel de Paris, un seul a suscité une sévère réprimande du Tribunal au motif qu’il révélait « un défaut d’examen complet et sérieux du dossier par l’architecte des bâtiments de France« .

Photo MS 23 août 2016.

Photo MS 23 août 2016.

Le conseiller de Paris Pascal Julien devait lui aussi évoquer la hache de 1996 lorsqu’il rappela l’inscription de l’église au titre des monuments historiques au moment où, à l’aube de son classement, ses collègues du 18e adjoints à l’Urbanisme et, plus étrangement, à la Culture et au Patrimoine, tentaient de falsifier l’historique de la protection du monument (lire et relire : « Affaire classée »).

La CRPS elle-même, Commission régionale du patrimoine et des sites, ne manqua pas de souligner que « sous la Commune, l’église fut occpuée par un Club de la Révolution puis, en 1996, par des ‘sans-papiers’ dont les modalités d’expulsion sont restées dans les mémoires » (compte rendu de sa session du 29 mai 2012).

Il était normal que l’OGEC, à son tour, apporte sa pierre, si l’on peut dire, à l’histoire de la hache.

Un collectif dans la torpeur de l’été

En juillet dernier, les habitants du quartier ont vu fleurir ici ou là des affichettes signées des « Amis du quartier Saint-Bernard », vite gratifiés de l’acronyme AQSB par le blog d’Action Barbès du 8  août 2016, qui a maintenu l’affichette en question à sa une du 8 au 26 août, signalant que le projet d’extension de l’école était « toujours combattu par un groupe d’habitants très engagés dans la sauvegarde du patrimoine, parmi eux l’association Cavé-Goutte d’Or et également AQSB, les Amis du Quartier Saint-Bernard » :

« La faible actualité du blog, poursuit Action Barbès, nous permet d’afficher le tract que nous a fait parvenir AQSB et qui reprend de façon simple et illustrée l’enjeu de ce dossier : cacher en partie l’église classée pour agrandir l’école, ou augmenter la surface utile de l’établissement scolaire sans nuire au patrimoine ? Deux projets… à vous de vous faire une opinion ». 

On ignore si les AQSB Amis du Quartier Saint-Bernard se sont rapprochés, depuis, de leurs homonymes à l’antériorité certaine : l’AQSB ou Association du Quartier Saint-Bernard dans le 11e arrondissement de Paris et, plus loin encore, de l’AQSB Association de Quartier Serrières Bouge, dans la célèbre banlieue suisse de Neuchâtel (célèbre notamment pour accueillir le fabricant de chocolat Suchard).

En tous les cas, les AQSB ont autant de pain sur la planche que d’avenir devant eux car le projet de construction d’un igloo sur pilotis dans l’ancienne cour de l’école demeure contesté en effet. Outre la procédure d’appel engagée par Cavé Goutte d’Or au début de l’été, plusieurs actions seraient en cours d’examen. Il semblerait même que la démolition du mur d’enceinte, qui a beaucoup ému en cette fin d’août, n’aurait pas été autorisée. À suivre donc.

L'école est finie... (MS).

L’école est finie ? (MS).

Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, Patrimoine(s), est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.