Sur l’angle Myrha/Affre

Téqui plagie Téqui

  • On finira pas savoir qui est Téqui !
Projet Téqui I 2013).

Projet Téqui I (Atelier Téqui 2013).

Projet Téqui 2 (2016).

Projet Téqui II (Atelier Téqui 2016). Même les passants fictifs n’ont pas changé. L’ombre et les nuages non plus. Et la lumière du supermarché en pied d’immeuble est restée allumée pendant trois ans pour rien !

Le jeune architecte Louis Téqui maintient la masse présomptueuse et disgracieuse qu’il semble avoir dessinée une fois pour toutes aux côtés de l’élégant immeuble Louis-Philippe qu’il écrase à la deuxième salve comme à la première, et plus encore en raison de l’effet de réplique.

Entre les deux projets, le Tribunal administratif avait jugé que le permis accordé par la Mairie de Paris (qui le soutenait alors au-delà du nécessaire) devait être annulé au nom d’un « défaut d’examen complet et sérieux du dossier par l’ABF », ce qui aurait dû calmer les ardeurs de tout le monde. Mais rien n’y fait : Batigère présente le même projet exactement ; l’architecte des bâtiments de France, à peine avalé son chapeau pour cause de travail incomplet et peu sérieux, avalise le même projet que celui pour lequel il n’avait pas fait son travail ; la Ville accorde sans sourciller un nouveau permis à un « projet identique » au précédent, comme elle le fait écrire dans son mémoire en défense dans l’affaire en responsabilité de l’Administration qui l’oppose à l’association Cavé Goutte d’Or pour faute et dommage dans l’instruction des permis de construire autour de l’église Saint Bernard, monument historique.

Le Téqui II a été autorisé le 23 juin 2016. Aucun panneau ne l’annonce sur le site (Batigère n’a peut-être pas trouvé d’annonceur disposé à annoncer pareil désastre), donc aucun délai de recours ne court. Mais Cavé Goutte d’Or veille. L’association qui avait déjà établi que les précédents panneaux, annonçant le Téqui I et son modificatif (annulés depuis), étaient irréguliers en raison de dates erronées, déposera si nécessaire un recours gracieux dans les temps.

Madame Hidalgo ne saurait en effet avoir vraiment autorisé sur la même parcelle un permis de construire identique à un projet annulé pour « défaut d’examen complet et sérieux du dossier par l’ABF ». Elle ne va pas, à son tour, risquer le défaut d’examen complet et sérieux du dossier.

La thèse de Cavé Goutte d’Or : à l’instar du projet Téqui I, le projet Téqui II ne respecte ni le bâti existant alentour, ni le monument historique en co-visibilité duquel il a pourtant l’honneur immérité d’émerger ; il porte atteinte au bâtiment du 5 rue Myrha, protégé au PLU, qui ne saurait supporter sérieusement de se voir vider de sa structure interne sur cinq étages et de devenir, en rez-de-chaussée, le local à vélo et à poubelles de la monstrueuse extension sur l’angle Myrha/Affre. À suivre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le seul panneau actuellement visible sur la parcelle de l’angle Myrha/Affre est l’annonce du précédent projet annulé par le Tribunal administratif. Il ne fait courir aucun délai de recours (Photo DR août 2016).

Les panneaux du Téqui I sont toujours Téqui là.

Les panneaux du Téqui I sont toujours Téqui là. Ils ne font pas davantage courir le délai de recours contre le Téqui II (Photo DR août 2016).

Publicités
Cet article, publié dans 5 rue Myrha, Articles, Église Saint Bernard, Défense du quartier, Politique de la ville, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s