Méandres participatifs

Lire le PLU avant l’adoption de ses modifications par le Conseil de Paris

  • Paris Nature Environnement lance une réflexion sur les 535 pages du rapport de la commission d’enquête.
  • Cavé Goutte d’Or retient 3 sujets majeurs dans son secteur d’études et actions : le Bois Dormoy (poumon vert abandonné au profit des jardins Bashung et Pajol qui en feraient office), l’ancien dépôt SNCF Ordener/Poissonniers (en stand-by actif et vigilant pour que le vert soit au sol et non seulement en toitures et façades) et l’école Saint Bernard (toujours menacée d’une emprise de logements sociaux sur le toit).

Un immense travail a été effectué, tant par les citoyens qui ont participé à l’enquête publique en juin et juillet 2015 que par les enquêteurs qui les ont reçus, souvent très chaleureusement comme le note un membre d’Action Barbès, ont recueillis leurs projets, contre-projets et critiques.

La commission a rendu son rapport public le 16 mars 2016. Le document est consultable sur le site de la Mairie de Paris qui le présente en trois parties sous forme de trois documents pdf de 3 à 10 Mo chacun, avec les avis et conclusions de la commission (767 Ko) et les pièces jointes (2,64 Mo). Malgré les chiffres qui sautent aux yeux, on veut croire que si ce sont les avis et conclusions de la commission qui pèsent le moins lourd et qui sont seuls à être exprimés en Ko – Ko technique ou Ko par forfait, l’avenir le dira – les observations de chacun feront chemin, tant lors des études et réflexions en cours que lors de l’approbation du texte par le conseil de Paris et son application dans les dix prochaines années.

Ce serait en effet un plan décennal qui se dessine, le PLU actuellement en vigueur ayant été adopté par le conseil de Paris des 12 et 13 juin 2013. Dans le rappel historique et la note d’intention, on lit qu’il « devenait utile et nécessaire de trouver et de mettre en place un nouveau dispositif de protection de l’habitat qui permette d’encadrer le logement parisien (rééquilibrage territorial de l’habitat et de l’emploi), de favoriser sous une autre forme la création de logements sociaux (taux SRU de 25 % porté à 30% et affectation [au logement social] de 30 % de la surface de plancher pour tout nouveau projet), de  créer  une ‘servitude  logements  sociaux’ en zone de déficit et une ‘servitude logements intermédiaires’ en zone non déficitaire, de favoriser la mixité sociale » (Avis et conclusions de la commission, page 530/535).

Tout le territoire de Paris est bien sûr concerné et on ne nous en voudra pas de nous focaliser ici sur la Goutte d’Or et Château Rouge, et plus encore, de ne retenir dans les six registres remplis en Mairie du 18e entre le 9 juin et le 10 juillet 2015, que trois sites sur lesquels Cavé Goutte d’Or a travaillé ou suivi attentivement le travail de collectifs amis : le Bois Dormoy, l’école Saint Bernard et les anciens dépôts SNCF d’Ordener/Poissonniers.

Les membres de Paris Nature Environnement actifs sur d’autres secteurs de Paris (France Nature Environnement IDF, Collectif Auteuil Les Princes, SOS Paris, ASA Paris Nord Est 18, Respiration Paris 15, ADA 13,…) étudient les modifications d’ordre général dont celles qui seraient liées aux « continuités écologiques franciliennes »,  à la « trame verte et bleue » (dont la commission précise aimablement en NDLR qu’il s’agit de « l’ensemble des continuités écologiques terrestres et aquatiques »), des « réservoirs de biodiversité » et autres « corridors urbains de biodiversité », et celles qui concerneraient plus particulièrement le secteur géographique ou d’activité de chacun, certains venant présenter leurs observations lors de la réunion de travail du jeudi 28 avril prochain.

*

Pour ce qui est des trois « points chauds » (socialement, architecturalement, politiquement, climatiquement) retenus par Cavé Goutte d’Or dans son secteur d’études et actions, la lecture du rapport de la commission d’enquête sur le projet de modification du PLU de Paris conduit à observer que le Bois Dormoy est partagé entre le jardin Bashung et le jardin Pajol, que l’emprise de la Mairie de Paris sur l’école Saint Bernard est maintenue et que les anciens dépôts SNCF Ordener/Poissonniers, convoités pour divers projets dont l’antinomie n’est pas suffisamment relevée à nos yeux, sont… à l’étude, la commission notant « qu’aucune décision ne peut être prise avant l’aboutissement des études en cours qui peuvent demander plusieurs mois ». À suivre d’autant plus attentivement donc afin que la politique du fait accompli ne fasse pas son œuvre sous couvert d’études en cours.

Lire sur le blog :
– Bois Dormoy : « Assez de poumons verts avec les jardins Pajol et Bashung ! ».
– École Saint Bernard : La Ville de Paris maintient son emprise.
– SNCF Ordener/Poissonniers : Vers de nombreuses tables de quartier encore.

Publicités
Cet article, publié dans Défense du quartier, Politique de la ville, Politique du logement, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s