Coconstruction

Vers un déplacement de l’église Saint Bernard sur la friche de l’ancien dépôt SNCF de La Chapelle ?

  • Au lendemain du brillant exercice de démocratie mené en Mairie du 18e par les habitants du quartier réunis depuis sept mois en collectifs interactifs efficaces, la municipalité aurait brièvement caressé l’idée de renverser la table (de quartier), redistribuer complètement les cartes et faire d’une pierre deux coups : se débarrasser du monument historique de la Goutte d’Or dont la protection des abords entrave ses très politiques projets sociaux et couper l’herbe sous les pieds des partisans de respiration urbaine et d’espaces verts au carrefour Ornano-Poissonniers-Ordener.

En quelques mois, dans la foulée de l’expérience de Ground control l’été dernier, un mouvement très efficace s’est créé qui, hier soir 31 mars en Mairie, a tenu bon face au risque de dissolution (au sens chimique et métaphorique). Le remarquable travail fourni autour des anciens dépôts de la SNCF longeant la rue Ordener et le sérieux, le professionnalisme des présentations, ont évité que les applaudissements soient interdits au motif qu’on n’applaudirait pas dans les « comités de suivi ».

On applaudit donc beaucoup.

Aux termes encore un peu flous des urbanistes paysagistes concepteurs, faisant état tantôt d’une « méridienne » pour « circulation en mode doux », tantôt d’un « baladoir » pour « promenade en balcon », mais évitant soigneusement de parler de voiture là où une habitante du quartier obtint que le mot fût prononcé néanmoins, presque arraché à l’architecte urbaniste Isabelle Menu, les porteurs du projet alternatif à celui de la Mairie, réunis par et autour notamment de CapaCités et du collectif Dépôt Chapelle Ordener, ont opposé un langage de plus grande rigueur, quand ce n’est de plus grande franchise, n’hésitant pas à évoquer de sérieux « malentendus » lorsqu’il était nécessaire de signaler qu’ils n’avaient pas été écoutés.

Présentation du diagnostic Saison Menu (photo MS).

Présentation du diagnostic Saison Menu (photo MS).

Le dilemme principal semble résider dans l’antagonisme entre la densification et la respiration, densification liée à la volonté de la Mairie de construire de cinq cents à six cent cinquante logements dans un espace qui ne peut sérieusement respirer avec pareil « engagement », un espace qui plus est sauvé de justesse.  Certains éléments patrimoniaux jugés « exceptionnels » dans les documents distribués hier soir auraient en effet pu disparaître sous les coups de « protocoles » se proposant de « libérer et aménager du  foncier ferroviaire dans Paris afin  de contribuer à la création de logements », de « libérer des grandes emprises qui peuvent donner lieu à l’engagement de projets urbains d’ici 2020 pour contribuer au développement du logement » en faisant état d’« engagements pris visant à favoriser la production de logements, notamment sociaux, sur les emprises ferroviaires du territoire parisien devenues inutiles aux missions d’exploitation du transport public ».

Espaces verts et langue de bois

Quand les uns parlent de « méridienne », de « baladoir » ou d’« espaces verts en creux » pour évoquer le « vide végétal », les autres parlent en effet d’« engagements », de « protocoles », de « pactes » pour « libérer », « produire » et se débarrasser d’un patrimoine devenu « inutile » à leurs yeux. En un mot pour raser et construire. Tout serait donc déjà décidé par les politiques au moment de la concertation imposée avec une telle maestria par les habitants ? On veut croire que non et, derrière la haute tenue de la réunion du 31 mars se profile déjà, une fois passé ce 1er avril en circulation douce, une nouvelle table de quartier pour le samedi matin 2 avril, de 11 heures à 13 heures : à vos post-it !

Le blog y reviendra plus longuement et suivra ce travail.

Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, Patrimoine(s), Politique de la ville, Politique du logement, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.