Chemins de traverse

Un souffle nouveau sur la rue Boris Vian et ses abords

  • Entre la réunion du Collège de ’Pataphysique samedi 3 octobre 2015 dans les locaux de la Cité Véron que la Fond’action Boris Vian rend au Moulin Rouge et le débarquement des Shadoks, jeudi 8 octobre chez Les Libraires Associés de la rue Pierre L’Ermite, la Mairie de Paris a présidé, mardi 6 octobre, un atelier de concertation sur la transformation urbaine d’un carrefour difficile.
  • L’Agence d’architectes AA Ferraru dévoilait ses projets de réaménagement de la rue Boris Vian et des arcades de la rue de la Goutte d’Or en présence, notamment, de la Direction de l’Urbanisme de la Mairie de Paris, des EDL, des Enfants de la Goutte d’Or, d’Action Barbès, de la Cohérie Boris Vian et Cavé Goutte d’Or, heureux de voir leur engagement récompensé par un travail très sérieux.
  • L’exercice se prolonge jeudi soir à 18 heures à L’Espace Jeunes du 6 rue de la Goutte d’Or, prélude au débarquement des Shadoks au 3 rue Pierre L’Ermite.
  • De grands moments dans un tout petit espace.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

6 octobre 2015, rue Boris Vian. Extérieur fin du jour. Acte I, scène 1.

L’improbable terrain de sport situé en balcons entre les rues Polonceau et de la Goutte d’Or servait, mardi soir, de décor surréaliste à une réunion de travail que ni le vent, ni la menace d’averses, ni même la tombée de la nuit n’entraverait. La Direction de l’Urbanisme de la Mairie de Paris quittait la promenade Claude Lévi-Strauss pour ce qu’elle appelle le passage Boris Vian, qui légalement et administrativement est encore la « rue Boris Vian ».

Ce déplacement hors les murs de la Direction de l’Urbanisme, l’agence d’architectes AA Ferraru, dont le blog avait déjà présenté la mission le 2 mai 2015 (voir notre billet « Dos de Mayo »), voulut en faire un atelier in vivo et in situ. Quelques tables et chaises donneraient l’illusion d’une salle de réunion et les vagues courts inondés feraient penser à la scène de Blow Up où une partie de tennis est mimée pour un public grimé.

blow uppublic

L’agence qui déplace les montagnes

Le public ne fut pas déçu, qui découvrit le travail effectué depuis quatre mois par Andrei Feraru, Arnaud Hollard et Thierry Payet pour apprivoiser les diverses séquences des rues Boris Vian et de la Goutte d’Or, de la rue Fleury en contrebas avec la Bibliothèque municipale et la Salle Barbara, à l’église Saint Bernard, monument historique protégé depuis novembre 2012, tout récemment classé au patrimoine et protégeant à son tour ses abords, hauts de la rue Boris Vian compris.

état des lieux

Extrait de la plaquette AA Feraru (cliquer sur l’image pour l’agrandir).

Une fois les expériences partagées avec les habitants, l’usage des lieux mis en relief autant que leur état par la transcription que Thierry Payet propose de ses entretiens sur feuillets A3 placardés dans le quartier, les doléances exprimées par les représentants associatifs sur la dégradation persistante de la rue Boris Vian, la demande réitérée de sa réparation et de son entretien pendant les études en vue de sa réhabilitation, les architectes présentèrent le fruit de leur réflexion. Et parmi ses scénarios, l’agence AA Feraru a pensé l’impensable : déplacer la partie haute des escaliers de la rue Boris Vian (de la rue de la Goutte d’Or à la rue Polonceau) pour les mettre dans l’axe des escaliers de la partie basse de la rue Boris Vian (des rues de Chartres et de la Charbonnière à la rue de la Goutte d’Or). Une audace qui frôle l’évidence, et un chemin neuf s’ouvre !

quel espace public

Extrait de la plaquette AA Feraru (cliquer sur l’image pour l’agrandir).

Un chemin neuf s’ouvre, en effet, qui autorise tous les espoirs pour un vrai travail de renouvellement urbain et, comme dans la scène de Blow Up, les participants à l’atelier de mardi soir se sont mis à descendre et remonter des escaliers encore fictifs, dont la trace était marquée sur les grilles tristes et dessinée sur le terrain détrempé. On allait et venait, les grilles en disparaissaient presque et on inventa la « traverse Boris Vian ».

L’écume des rues

scénarioPuisque aussi bien on ne l’appelle déjà plus « rue Boris Vian » dans les études en cours, mais « passage Boris Vian », Nicole Bertolt, porte parole de la Cohérie Boris Vian qui a rappelé les origines de l’accord donné dans les années 1990 par la famille pour que la voie, alors encore à venir, porte le nom de l’écrivain musicien, proposa en effet que la rue devienne « traverse ». Les mots fusaient comme samedi à l’exposition de Guénolé Azerthiope dans les murs de Boris Vian, de Jacques Prévert et du Collège de ’Patathysique, cité Véron, et on se plait ici à signaler la coïncidence entre l’évènement ’pataphysicien du 3 octobre chez Boris Vian et l’évènement urbain du 6 dans sa rue – sa traverse – à un battement d’aile de Chez Les Libraires Associés qui, donc, reçoivent les Shadoks ce jeudi 8 octobre (juste après le deuxième round d’AA Feraru sur les arcades de la rue de la Goutte d’Or), Shadoks qui nous ont, pour le coup, un petit air de parenté avec les « objouets interloquants » d’Azerthiope, dont l’exposition à la Fond’action Boris Vian est prolongée jusqu’au samedi 10 octobre inclus (sur RDV avec l’artiste au 06.15.09.45.79). La boucle en serait-elle bouclée ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De gauche à droite : Nicole Bertolt (Cohérie Boris Vian), Thierry Payet, Arnaud Hollard et Andrei Feraru (Agence AA Feraru).

invitation

Zoom sur l'étiquette (encore un chemin de traverse).

L’objouet à l’étiquette (encore un chemin de traverse ?).

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Guénolé Azerthiope. Exposition à la Fond’action Boris Vian jusqu’au 10 octobre 2015 inclus sur RDV avec l’artiste au 06.15.09.45.79.

Les Shadocks Les Libraires

Les Shadoks débarquent, Chez Les Libraires Associés, 3 rue Pierre L’Ermite (75018), jeudi 8 octobre 2015, 18.00-21.00.

Exposition vente d’archives des Shadoks, dont de nombreux celluloïds originaux.
Sortie du pop-up Shadok par Philippe UG et Thierry Dejean.
« Philippe UG et Thierry Dejean seront présents pour présenter en avant-première et dédicacer le premier pop-up shadok, publié par les très excellentes Éditions des Grandes personnes ! », lit-on sur la page facebook de Chez Les Libraires Associés.

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Église Saint Bernard, Défense du quartier, Politique de la ville, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s