Les boules à Château Rouge

La pétanque résiste à la ZUS

  • Un enfant de la Goutte d’Or remporte la coupe 2015 de triplette, catégorie vétérans. Des ailes pour la friche de la pétanque qui va céder la place au Studio 360° sur l’angle Myrha/Léon et propose de s’installer provisoirement à l’angle Polonceau/Poissonniers (ICI 2), à un jet de cochonnet de l’ancienne « Boule Polonceau », maison mère créée en 1976 au pied du Démol.
  • Séquence retour vers le futur pour un quartier dont les édiles locales voudraient ne célébrer que la métamorphose de façade(s).
triplette 2015

Hoenheim, 27-28 juin 2015.

Sur cette photo, à droite : Abdelaziz Arar (né rue de la Goutte d’Or en 1958) et ses coéquipiers, MM. Blanc et Zerradine, vainqueurs du championnat national de triplette (pétanque à trois) lors de la finale des 27 et 28 juin 2015 près de Strasbourg (palmarès, page 4 du pdf).

Si la coupe revient au Club du Théâtre d’Aubervilliers, dont l’équipe est membre, Cavé Goutte d’Or se réjouit de voir, à travers Abdelaziz Arar, frère de Rachid Arar, la Goutte d’Or représentée à Strasbourg dans « un sport tellement français que ce quartier tellement multinational ne pouvait que l’honorer et le raviver », comme l’animateur bien connu de La Table ouverte vient de l’écrire à la Mairie de Paris dans une candidature spontanée à l’occupation provisoire de la friche du futur ICI 2 de l’angle Poissonniers / Polonceau.

Retour au Démol

Grâce au travail d’archivage et de numérisation mené depuis quelques années par l’association Goutte d’Or et vous, qui anime un journal de quartier déjà salué sur le blog (voir notamment « Noël n’est pas qu’au tison » dans notre page Défense du quartier), le nom du Démol – bien connu dans les années 1970-1980, désignant alors le « terrain vague » (moins vague qu’on ne l’assure cependant) aujourd’hui plus connu sous le nom de Square Léon – a été cité à l’occasion des 30e fêtes de la Goutte d’Or, en juin dernier. Que faire à Paris aujourd’hui l’avait même mis à sa une entre les 10 et 14 juin 2015 et on lit encore son histoire sur le journal mural de Goutte d’Or et vous, placardé au bas de la rue des Gardes.

capture d'écran P-Go

Le Démol ou Square Polonceau en 1987. Copyright Paris-Goutte d’Or. La pub du et pour le Crédit lyonnais est d’époque aussi. Attention : ne pas confondre le TRAJET DU CROSS (ci-dessus) avec le trajet du CROUS (Lire notre billet « Le Tribunal administratif ne doute de rien »).

En déroulant le fil des archives, on trouve une édition spéciale du journal de l’association Paris-Goutte d’Or de juin 1987 (photo ci-dessus) qui évoque « La Boule Polonceau » (encadré ci-dessous), association de pétanque alors située passage Léon et dont le souvenir est aujourd’hui ravivé, comme ne manque pas de le souligner le patron de la Table ouverte dans son courrier à la Mairie de Paris :

  • « Dans le cadre de la restructuration du quartier de Château Rouge / La Goutte d’Or, notre association est en charge depuis l’été 2012 de la friche située à l’angle des rues Myrha et Léon où elle anime, aux côtés d’une piste de pétanque très prisée, plusieurs activités sociales, dont des distributions gratuites de repas en diverses périodes de l’année ».
  • « En quatre ans, ce lieu par définition précaire (nous avions jusqu’au 30 juin dernier une convention avec la SEMAVIP) est devenu incontournable, paradoxalement presque pérenne dans les esprits. Les habitants en arrivent à penser qu’il a toujours été là ».

A cœurs croisés

La pétanque n’y est peut-être pas pour rien, poursuit Rachid Arar qui, au terme de sa convention avec la SEMAVIP, propose qu’une fois passés les mois d’été avec l’accord amiable d’Accords croisés, propriétaire du terrain qui s’apprête à construire un centre culturel et musical sur l’angle Myrha/Affre (voir sur le blog), « la friche de la pétanque », comme on l’appelle aujourd’hui, trouve un nouvel élan sur l’espace actuellement inoccupé à l’angle des rues Polonceau et Poissonniers, où les travaux d’édification de l’ICI 2 sont retardés (voir Le Parisien du 28 juin 2015).

Une candidature pour le moins spontanée, à suivre aussi attentivement que le destin des friches de Batigère à l’angle des rues Myrha et Affre où, déjà, on avait vu des arbres renversés (alors pourquoi pas des permis de construire annulés ?) et de Paris Habitat, qui entame aux 22-24 rue Cavé les fondations de son Myrha d’or, cube blanc contesté devant le Tribunal administratif quand bien même, selon sa propre défense devant le juge des référés, ce 3 juillet 2015, le jugement au fond ne devrait pas tarder, ce qui dit l’importance que Paris Habitat semble accorder à un jugement au fond… (voir sur le blog « Le Tribunal administratif ne doute de rien » et articles dérivants dont « Paris Habitat construit pour mieux démolir ? »).

Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, Politique de la ville, Quartier, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.