Tout en un

Carrefour 360°

  • À l’initiative d’Au Fil des voix et de Cavé Goutte d’Or, les porteurs du projet de Studio 360° et ses architectes présentent le centre culturel à venir aux associations indépendantes du quartier.
  • Une entreprise privée au cœur d’un quartier municipalisé.
IMG

Image © Accords croisés. Un pôle d’entreprises et d’associations culturelles.

L’entreprise privée fera-t-elle sortir la Goutte d’Or de la ZUS dans laquelle l’entreprise publique la maintient ? La question était comme en filigrane des présentations du centre culturel et des préoccupations du public lors de la réunion organisée le 14 mars dernier aux Xérographes, à l’initiative partagée des porteurs de Studio 360° et de Cavé Goutte d’Or… partagée symboliquement autour d’une bouteille, tant il est vrai que François Meuric et Olivier Russbach se sont d’abord rencontrés chez Don Doudine, le caviste du 16 rue Myrha, celui-ci devinant qu’il serait utile de présenter l’un à l’autre un des architectes du projet 360° et un des auteurs du blog de Cavé Goutte d’Or. L’idée était bonne, la récolte serait fructueuse.

Après une première rencontre dans les anciens locaux de la SEMAVIP au 28 rue Stephenson – locaux dont les murs, s’ils pouvaient parler, diraient qu’ils avaient des oreilles (notamment lorsque le trésorier de Cavé Goutte d’Or fut séquestré quelques minutes par l’aménageuse en faction en novembre 2011) -, Studio 360° et Cavé Goutte d’Or décidèrent de réunir leurs membres et amis pour une présentation du projet – contenu et contenant, programme culturel et architecture -, ce qui donna le pot du 14 mars aux Xérographes en présence notamment de représentants de la Table ouverte, de la Cohérie Boris Vian, du Paris Historique, d’Action Barbès, du 18e du mois

L’épée de Damoclès
et les cailloux de Démosthène

Affichage sauvage sur la friche de la pétanque.

Affichage sauvage sur la friche de la pétanque.

La Mairie de Paris avait brandi la menace d’un recours contre le projet architectural, évoquant à la cantonade « une association du quartier qui attaquait tous les permis… de démolir, de construire, d’aménager », – oubliant celui de mentir qui se révèle être le fil conducteur du travail mené par Cavé Goutte d’Or… : on se souvient des permis reposant sur les contrevérités des aménageurs municipaux en matière de carrières (les prétendues « nombreuses carrières » fictivement creusées par la SEMAVIP pour obtenir des permis de démolir), en matière de limites séparatives (la SEMAVIP et Paris Habitat contraints de respecter la loi), de fausses économies et de grossiers présupposés sociaux (on ne peut pas réhabiliter beau et bon pour le type de population de la Goutte d’Or), ou encore sur la falsification de documents officiels (les approximations de plans et les mensonges de la Municipalité autour de l’inscription de l’église Saint Bernard aux monuments historiques sont actuellement à la une du blog).

Cavé Goutte d’Or ne ferait pourtant aucun recours contre le permis accordé à Studio 360° et accompagnerait le projet de réflexions et concertations au sein de ses membres, amis, habitants du quartier et d’échanges avec les concepteurs et architectes. Elle ferait le pari de l’acclimatation réciproque, de l’ouverture et de l’intégration, l’influence possible sur la façade, sur la dernière enveloppe plus ou moins douce de cette salle de spectacle suspendue, étant d’ailleurs accueillie d’emblée positivement par les concepteurs eux-mêmes du projet qui le veulent et se veulent, projet et concepteurs, ouverts sur le quartier. En témoignent l’invitation du rez-de-chaussée ouvert sur la rue (au grand dam, dit-on, du commissariat) et l’escalier monumental ouvrant aussi le projet dans sa verticalité.

Moucharabieh

Le blog n’avait sans doute pas manqué d’ironiser sur les nuages qu’avait placés l’agence Engasser sur les maquettes du projet, mais les grandes baies et les trous de forme encore indéfinie de la dernière couverture de l’édifice restaient la pierre d’achoppement possible du riverain et du promeneur sur l’un des carrefours majeurs de la Goutte d’Or.

360° aux Xérographes.

360° aux Xérographes.

Parmi les premières réactions à la consultation engagée depuis le début de cette année par Cavé Goutte d’Or, on relève notamment un salut aux grandes baies et une attention aux matériaux :

  • « Ce projet — même avec ces trous — me plait assez. » …  « Quand je le regarde, j’ai l’impression de voir un immeuble dans un kaléidoscope… alors, pourquoi pas ? J’espère que le toit de l’immeuble est bien en zinc. » … «  Maintenant que le quartier est défiguré par certains immeubles aux fenêtres étroites, je trouve que ce bâtiment relève le niveau. » … « Il est normal qu’un bâtiment à vocation culturelle ait des fenêtres différentes des logements voisins. Vivent les grandes baies ! » … « Précisez le motif du moucharabieh, SVP. Sur l’image, ça fait un peu tirs en rafale, hélas ! » … « Au premier regard j’aime assez le projet blanc du Centre culturel, et les trous façon Carmen Perrin*** me sont plutôt sympathiques, signalant ce que devrait être la culture : poreuse, laissant passer l’air et la lumière! » … « Enfin un pied d’immeuble ouvert sur la rue » … « Merci de cet intéressant échange et de cette concertation préparatoire a votre rencontre. En ce qui me concerne, j’aurais bien vu un jardin avec kiosque à journaux et petit café à la place d’un nouveau bâtiment. S’il faut construire, je choisirais des matériaux plus naturels, le bois (cf. un des nouveaux immeubles de la rue de Laghouat ou même l’immeuble ‘chanvre’ un peu plus loin rue Myrha. Ça permettrait d’aérer l’espace très dense en béton. » … « Y aura-t-il une pétanque sur le toit ? » …

Du contenant au contenu

Assurée par Hélène Avancini, Anna Alexandre, Gaétan Engasser et Saïd Assadi, la présentation culturelle, sociale, musicale, technique et architecturale – à maints égards philosophique aussi – de ce « Mille-feuille d’activités fonctionnant en satellites autour d’une salle de spectacle dédiée aux Musiques du Monde » devait achever de conquérir le public du 14 mars, certes limité par l’espace et loin de prétendre constituer une plateforme dessinant les contours d’un référendum de ‘démocratie participative’.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’un samedi l’autre : L’éveil du printemps se tient ce week-end à la Goutte d’Or (voir le programme).

Le symbole 360° dit la rondeur du projet, qui se veut un « pôle d’entreprises et d’associations culturelles », visant à implanter un dispositif culturel « tout en un » réunissant au cœur de la Goutte d’Or création, formation, recherche, hébergement de musiciens, accueil du public, spectacle et restaurant. Nous laissons aux différents sites d’Accords croisés, d’Au fil des voix et de l’Agence Engasser et Associés le soin de préciser le contenu du projet, et nous limitons ici à relayer l’idée née ce soir-là de rencontres régulières – « toutes les cinq semaines », entendra-t-on au fil des voix – pour suivre et aider le projet à prendre racine dans la Goutte d’Or et à s’élever d’ici quatorze mois, – un chiffre articulé par Saïd Assadi. À suivre.

*

> Rien à voir : Cavé Goutte d’Or a déposé le 16 mars 2015 un recours gracieux contre le permis de construire modificatif délivré le 15 janvier 2015 sur les parcelles des 5-7 rue Myrha et 32-30 rue Affre pour cause d’avis d’ABF irrégulier, l’architecte des Bâtiment de France omettant de se prononcer quant à l’impact de l’immeuble Batigère à construire sur l’église Saint Bernard monument historique (lire le recours).

> À voir (et revoir) : Le projet Batigère évoqué ci-dessus et celui de l’extension de l’école Saint Bernard à l’angle des rues Saint Bruno et Pierre L’Ermite seront-ils aussi l’objet d’un débat avec les riverains ?

> Prendre date pour le 1er avril : La demande du groupe EELV au Conseil du 18e arrondissement en vue d’un « débat public sur l’évolution de la la physionomie urbaine de la Goutte d’Or » (voir sur le blog) semble avoir été acceptée dans son principe si l’on en croit l’annonce d’une « réunion d’information » sur ce sujet, émise cette semaine par la Mairie du 18e, réunion d’information qui aura lieu en présence du maire, de son adjoint à l’Urbanisme et de la SEMAVIP le 1er avril 2015 à 19 heures à la Salle des Mariages de la Mairie. Un premier avril ? On dit que le maire n’aurait laissé à personne le choix dans la date… Et le faire-part de préciser : « La SEMAVIP présentera les actions menées pour lutter contre l’habitat insalubre et les évolutions architecturale et urbaine ayant accompagné la rénovation de ce quartier ». Tout en observant d’ores et déjà que le débat public demandé par les Verts est devenu une réunion d’information ma foi bien encadrée par le triumvirat Mairie-Urbanisme-Aménageur, le blog de Cavé Goutte d’Or reviendra d’ici au… premier avril sur la… perspective de cette… réunion d’information en toute… covisibilité avec l’actualité urbaine sur le quartier.

*** L’actualité parisienne de Carmen Perrin : Une de nos correspondante évoque l’œuvre de Carmen Perrin à propos de la façade de Studio 360°. Il se trouve que l’artiste expose actuellement et jusqu’au 16 mai 2015 à la Maison de l’Amérique latine. Simultanément, la galerie Catherine Putman présente de ses dessins. Un livre sur son travail vient de paraître, sous le titre Entrer dehors sortir dedans.

*

*     *

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, Patrimoine(s), Politique de la ville, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s