Vite fait

Un avis qu’on forme, pour la route !

  • Les conditions dans lesquelles l’ABF a été consulté sur le projet CROUS remises en cause.
  • La Direction de l’Urbanisme aurait été dirigiste en demandant à l’ABF «un avis favorable qui mentionne la covisibilité avec l’église Saint Bernard».
  • Obtenu en moins de 24 heures du même architecte des Bâtiments de France qui avait pourtant omis par deux fois la présence de l’église Saint Bernard dans le secteur, l’avis ne dit rien de l’impact de la construction à venir sur le monument historique.
  • Les ABF ont-ils procédé à l’examen exigé par la loi ? 

Nos lecteurs ont pu suivre, sur le blog, la procédure chaotique des permis de construire modificatifs tendant, bien maladroitement sur la forme, bien imparfaitement sur le fond, à pallier l’irrégularité des permis initiaux accordés par la Mairie de Paris – sans avis conforme de l’architecte des Bâtiments de France bien que dans le champ de visibilité d’un monument historique inscrit.

Ce monument est l’église Saint Bernard et, sans compter les autorisations d’urbanisme plus ‘légères’ de type non opposition à déclaration préalable de modification de façade ou pose d’enseigne, quatre permis au moins ont été accordés sans avis conforme ABF sur les parcelles des 11 rue Saint Bruno et 7 rue Pierre L’Ermite (projet d’extension de l’école Saint Bernard), 22 et 24 rue Cavé (projet Paris Habitat pour le CROUS et premier permis permis modificatif), 5-7 rue Myrha et 32-30 rue Affre (projet de logements Batigère autour du bel immeuble Louis-Philippe, lui-même protégé au PLU).

Ils ont pu suivre les péripéties liées aux mensonges de l’exécutif municipal (Mairie centrale et Mairie du 18e confondues) quant aux dates respectives de la protection de l’église Saint Bernard au titre des monuments historiques (26 novembre 2012) et les avis de l’architecte des Bâtiments de France ignorant fautivement cette inscription entre le 21 décembre 2012 et le 1er octobre 2014 (lire notamment : « La Mairie de Paris a-t-elle fait signer un faux au maire du 18e ? »)

Le blog de Cavé Goutte d’Or publie aujourd’hui le texte du recours gracieux déposé le 5 février 2015 contre le permis modificatif qui prétend « introduire l’avis ABF » manquant au permis initial et faire ainsi valider le projet CROUS du 22-24 rue Cavé à la va vite, manifestement sans examen sérieux de « l’impact visuel réel de la construction envisagée (le cube CROUS) sur le monument historique (l’église Saint Bernard) », comme le demandent la loi et la jurisprudence en matière de protection du patrimoine par l’architecte des Bâtiments de France.

Il le fait en trois extraits du recours gracieux déposé par Cavé Goutte d’Or entre les mains de Madame la Maire de Paris le 5 février 2015 :

  • le premier met en lumière la volonté flagrante de l’Urbanisme de passer outre la protection du monument historique jusqu’à l’échange du 1er octobre 2014 entre les conseillers EELV Pascal Julien et PS Bruno Julliard posant la « fragilité juridique » des permis accordés sans avis conforme de l’ABF (« Le passage en force ») ;
  • le deuxième pose le mensonge de l’Urbanisme sur les dates respectives de la protection MH de l’église Saint Bernard (« Le passage en faux ») ;
  • le troisième recense les moyens à disposition de l’architecte des Bâtiments de France pour faire son travail malgré les tentatives de l’en empêcher (« Le passage en droit »).
Cet article, publié dans Articles, Église Saint Bernard, Défense du quartier, Quartier, Saint Bernard, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.