Prefer madness

Un film de propagande anti-cannabis sur les terres de Daniel Vaillant, tout fout le camp !

  •  « La friche en cloque », animatrice de l’angle Cavé/Stephenson (un des trips les plus fous de l’ancien maire du 18e arrondissement de Paris) projette ce soir le film « Refaire la folie ».

Au moment où Daniel Vaillant vend sa boutique du 13 rue Cavé (voir sur le blog), l’association qui anime l’angle de la friche des rues Cavé et Stephenson issue de la démolition des plumasseries Loddé en 2011 lui fait comme un pied de nez en projetant Reefer madness ou « Dites-le à vos enfants », version 1936.

La future friche Cavé/Stephenson ou le bad trip prémonitoire de Daniel Vailltn (Photo Gaël Coto, 21 juillet 2011).

La future friche Cavé/Stephenson ou le bad trip prémonitoire de Daniel Vaillant (Photo-montage de Gaël Coto, 21 juillet 2011).

Après « le Kid » de Chaplin le 7 juillet et « Les 39 marches » de Hitchcock le 12 juillet (on oublie les rushs de « Les hipsters piétinent les cocons » de La Carotte se mûrisse le 21 juin), les très cinéphiles promoteurs du groupe, également connu sous le nom de Generation Freedom Ride (GFR) et par ailleurs producteur du Cocoon Goutte d’Or de l’éphémère nuit blanche des 4 et 5 octobre prochains, poursuivent leur campagne culturelle sur la Goutte d’Or avec un film aujourd’hui vu et à voir au second degré, comme un bad trip d’autant plus culte qu’il avait été payé sur ses deniers pour éviter – déjà ! – la recrudescence des salles de shoot.

GFR et FMR, les collectifs

Le blog de Cavé Goutte d’Or reviendra sur la programmation de « Generation Freedom Ride-Le Collectif » et les divers projets (pas tous éphémères) mis en place autour de GFR qui a rencontré une de nos équipes le 16 juillet à la toujours accueillante et généreuse Table Ouverte de la rue Léon pour nous démontrer – avec succès – que Kate Browne n’était pas « une artiste bio » mais avait une bio d’artiste, que les hipsters de la Carotte se mûrisse (pour élégants qu’ils étaient assurément) n’avaient structurellement rien à voir avec le projet Cocoon qui lui-même, une fois bien présenté et étudié, se révélerait moins cocon – voire moins traumatic – qu’il n’y paraissait dans nos premiers papiers.

À suivre donc, mais dans l’urgence, place au cinéma car « La friche en cloque » craint l’orage. Elle avance d’une soirée la projection de Reefer madness qui, de demain 19 juillet, passe à ce soir 18 juillet 2014. Happy Reefer Madness !

Publicités
Cet article, publié dans Défense du quartier, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s