Nuit blanche

L’accord rose-vert balayé au palmier dans les Serres d’Auteuil

  • La crédibilité de la nouvelle Municipalité parisienne, à l’Hôtel de Ville comme dans les quartiers, passera par l’Urbanisme et l’Architecture : le premier geste est désastreux.

Mercredi matin à l’aube, l’encre de l’accord électoral passé entre le PS et EELV censé venir en aide à l’équipe sortante de la Mairie de Paris n’était pas sèche que, déjà, les grands travaux d’Anne Hidalgo montraient combien ils mettaient à mal la nature, l’histoire, le patrimoine et… l’esthétique (on y revient).

Quinze palmiers expulsés des Serres d’Auteuil pour cause d’extension du stade Roland Garros, victimes d’un des grands projets architecturaux d’Anne Hidalgo contre lesquels se battent dans une discrétion très médiatique plusieurs associations (autour des Serres d’Auteuil, au pied des Tours Triangle, au Jardin des Halles, dans les friches de la Goutte d’Or et jusqu’à la Poste du Louvre ou la BN Richelieu…), étaient débarqués pour être désormais parqués dans « la serre tropicale du site aqualudique des Antilles, où ils ont été livrés mercredi matin », explique aujourd’hui le journal Sud-Ouest.

À quoi ludique ?

1505187_palmiers1_800x400« En dépit des engagements de la Ville de Paris et de la DEVE (Direction des Espaces Verts et de l’Environnement à la Mairie de Paris) à préserver les plantes du Jardin botanique », dénonce ce matin Agnès Popelin, de l’association Île de France Environnement, les palmiers sont passés des sévères Serres d’Auteuil à une ludique serre tropicale, d’un monument historique en danger à une bulle dont les architectes semblent avoir récupéré les morceaux des anciennes nouvelles Halles (image ci-dessus : rien ne se perd).

À leur arrivée, les palmiers ont déclaré qu’on leur avait proposé les Antilles ou la Goutte d’Or, où ils auraient pu orner la friche de l’angle des rues Myrha et Affre en remplacement des tilleuls renversants qui avaient fait leur temps, sinon leurs preuves, et d’où ils auraient pu avoir une jolie vue sur l’église Saint Bernard, autre monument historique convoité par l’Urbanisme parisien bien qu’en covisibilité avec l’église inscrite (voir déjà et lire demain : « L’abécédaire des ABF »).

Ils avaient initialement choisi la Goutte d’Or, mais la récente diffusion des archives de la réhabilitation de ce quartier les aurait dissuadés. Le Vert Pascal Julien, qui a le vent en poupe dans le 18e arrondissement, a bien tenté d’émettre un de ces vœux dont il a le secret (voir Verbatim Château Rouge 1, 2, 3), mais les précédents malheureux du Bois Dormoy et du Jardin d’Alice (trop rapidement cédés par Julien à Mano et Neyreneuf, selon les palmiers), le sort délicat de l’arbre du 26 rue Cavé, pas encore protégé du blockhaus pressenti aux 22 et 24, leur a fait craindre le pire : devant le risque d’un urbanisme encore six ans entre les mains de Michel Neyreneuf à la Goutte d’Or, ils ont finalement choisi le dépaysement.

Cavé Goutte d’Or – qui a demandé le dépaysement des ABF, pas des arbres (voir : «Suspicion légitime») – est moins pessimiste (lire à partir de demain : « La tension au sommet entre Julien et Lejoindre », « L’attention du Pari citoyen », « Roxane à Paris Habitat », « Rachid Arar, maire de toutes les victoires »…).

*

L'EDL de la rue Myrha (25 mars 2014).

L’EDL de la rue Myrha (25 mars 2014).

Bientôt les EDL pourront reparler – Les EDL (équipes de développement local) sont tenues à un devoir de réserve durant les élections municipales, lisait-on récemment dans une brochure de développement local. On ne peut que s’en réjouir car, pour l’instant, il semble bien que seuls les murs parlent : un de nos fidèles correspondants nous a  adressé ce cliché qui n’en est plus un tant les espaces situés aux abords de l’EDL de la rue Myrha (pourtant ornés aux frais de la Mairie de très jolis papillons) ou du Point d’accès au droit du carrefour Suez/Panama (entouré pour sa part d’urinoirs à ciel ouvert, et si ce n’était que le ciel) sont traditionnellement envahis de gravats et autres encombrants non signalés au 3975.

Avril 2012.

Avril 2012.

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, Est Ouest parisien, Patrimoine(s), Politique de la ville, Politique du logement, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s