300ème

Un vrai temps d’automne

Le marché ouvert de la Goutte verte, sous la pluie battante du 1er novembre (photo Jardin Goutte verte).

Le marché ouvert de la Goutte verte, sous la pluie battante du 1er novembre (photo Jardin Goutte verte).

Si, avant de poster ce trois centième billet, le blogmaster a pris quelques jours de vacance(s) – annoncés sous ce titre dans notre dernier mailing -, il n’a pas manqué de suivre à distance ou de se faire raconter :

  • GV 1 11 13La prouesse de la Goutte verte qui, pour sa fête automnale (photos ci-dessus et ci-contre), a fait preuve sous la pluie d’une résistance de bonne humeur et de bon augure pour l’avenir du quartier : les promoteurs immobiliers qui résistent encore à la transparence souhaitée par les habitants auront affaire à forte partie ;
  • Les courriers de Cavé Goutte d’Or, demeurés à ce jour sans réponses concrètes, à l’association Foncière Logement et à Accords croisés concernant leurs projets architecturaux respectifs pour l’espace Stephenson/Cavé, actuellement confié à La Goutte verte, et l’espace Léon/Myrha, tenu par La Table ouverte, – sans réponses concrètes en effet car l’une et l’autre ont aimablement accusé réception de la demande de Cavé Goutte d’Or (à suivre) ;
  • Le lancement d’une association pour la défense de la rue Dejean, aux prises avec les carences actives de la Municipalité en matière d’hygiène publique, de sécurité et de liberté de mouvement (lien) ;
  • Le délire d’un blog sécuritaire qui recense le 25 rue Stephenson et l’opposition entre le maire du 18e et Cavé Goutte d’Or pour sa démolition/préservation comme une source de dangerosité du quartier (lien) ;
  • (Sans transition) la visite de la Mairie de Paris au siège de Cavé Goutte d’Or, le chef de secteur pour le 18e arrondissement à la Sous-Direction du Permis de construire et du paysage de la rue saluant au 5 de la rue Cavé un très bel exemple de l’architecture Art Déco de 1930, blanchissant en même temps sa gestion bénévole des prétendues transformations illégales dont l’accusait, notamment, le maire adjoint du 18e arrondissement de Paris chargé de l’Urbanisme et du Logement ;
  • Et, dans ce malheureux contexte qui sent bon la diffamation et la dénonciation calomnieuse, le courriel dudit maire adjoint au président de Cavé Goutte d’Or, sur la boîte publique de l’association, l’accusant à tort de « se présenter sur différents sites comme avocat, ce que ne reconnaît pas l’ordre des avocats ».
Toujours point d'accès au droit ?

Toujours point d’accès au droit ?

À vos cas, monsieur le maire !

S’il se trouve, en effet, que le président de Cavé Goutte d’Or (peu enclin, mais contraint à cette publicité) est un ancien avocat du barreau de Genève, qu’il a quitté il y a plusieurs années pour se consacrer à un travail universitaire en nomologie et communication juridique, il se trouve aussi que, pour des raisons de compétences territoriales et nationales, le titre suisse d’avocat qui est le sien depuis 1976 et qu’il n’utilise actuellement pas professionnellement n’a pas à lui être reconnu par le barreau de Paris, – qui néanmoins le lui reconnaît.

Michel Neyreneuf a bien voulu écrire à Olivier Russbach qu’il « regrettait » son mail : « Vous avez raison de mettre en question mon manque de distance et mon mélange des genres ». Dont acte. On n’en fera donc pas un(e)… gender issue.

Daumier (Escalier).

Honoré Daumier (Escalier).

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, Est Ouest parisien, Patrimoine(s), Politique de la ville, Politique du logement, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s