Opération transparence

Réappropriation de l’espace public

  • La campagne de Cavé Goutte d’Or en faveur d’une consultation des riverains en amont des projets d’urbanisme se dirige sur les friches encore libres et jardinées
cadastre 1

De droite à gauche et de bas en haut : 25 rue Stephenson/2 rue Cavé, 22-24 rue Cavé, 4 rue Léon, 8 rue Léon/32 rue Myrha, 5-7 rue Myrha/32-30 rue Affre.

Les quatre grandes et belles friches encore libres de toute construction des 25 rue Stephenson/2 rue Cavé, 22-24 rue Cavé, 8 rue Léon/32 rue Myrha, 5 rue Myrha (accompagnée ci-dessus de la petite annexe du 4 rue Léon sur laquelle les travaux ont commencé cette semaine) vont devoir céder un jour la place à des immeubles en dur.

Avec une pensée émue pour les édifices détruits à ces adresses, parfois contre le gré des riverains qui ont tenté de s’y opposer (comme ce fut le cas devant le Tribunal administratif aux 25 rue Stephenson/2 rue Cavé, 24 rue Cavé et 7 rue Myrha/32 rue Affre), Cavé Goutte d’Or s’applique désormais à diriger son regard sur le futur et éviter que les habitants de la Goutte d’Or ne soient mis devant le fait accompli par la politique Blockhaus de la Municipalité.

Contre le Blockhaus…
le Blog ose

Grâce à l’intervention de Cavé Goutte d’Or en juillet dernier, le maire adjoint à l’Urbanisme et au Logement a repris les consultations publiques auxquelles il avait renoncé au motif qu’elles auraient eu peu de succès et/ou que personne ne les lui demandait. L’association estime que la présentation publique de ces projets, le plus largement annoncée aux habitants du quartier, doit avoir lieu :

  • sans qu’il soit nécessaire de le demander au maire adjoint, notamment depuis qu’elle le lui a été – demandée, et de façon générale – dans un vœu d’EELV longuement débattu au Conseil d’arrondissement du 10 octobre 2011 (voir notre série Verbatim 1, 2, 3) ;
  • et le plus en amont possible des décisions à prendre, contrairement aux deux dernières en date (le 11 septembre pour les 22-24 Cavé et 70 Myrha ; le 26 septembre pour le 2 Erckmann-Chatrian/32 Polonceau) qui ont été organisées après l’octroi des permis de construire, – ce qui n’est pas raisonnable.

Si les 70 rue Myrha et 2 rue Erckmann-Chatrian/32 Polonceau (auxquels on peut ajouter le 4 rue Léon, qui avait fait l’objet d’une présentation ouverte aux contre-propositions) semblent aujourd’hui hors contestation possible, les promoteurs restent attentifs aux observations qui peuvent leur être adressées en cours de construction.

22, le 24 !

22-24 zoomPour le 22-24 rue Cavé (zoom ci-contre), on sait que le permis accordé le 19 juin 2013 est contesté par Cavé Goutte d’Or, qui a déposé un recours gracieux le 19 août 2013 et attend la réponse du maire de Paris en fin de semaine. L’absence de réponse valant rejet du recours gracieux, l’association déposera le cas échéant un recours contentieux sur les fondements déjà développés ici :

  • L’absence de considération de l’église Saint Bernard dans l’avis de l’architecte des bâtiments de France invalide le permis dès lors que le projet immobilier est  situé dans le périmètre de l’église, monument historique inscrit par arrêté préfectoral du 26 novembre 2012, et qui plus est en covisibilité avec elle ;
  • La superficie du terrain, telle qu’elle est renseignée par Paris Habitat dans sa demande de permis et dans le panneau d’affichage, est erronée et invalide également le permis de construire. En considérant en effet les deux parcelles 124 et 125 à construire sur la rue Cavé (en vert sur l’extrait de cadastre ci-dessous) comme faisant partie d’une unité foncière avec une troisième parcelle distincte et déjà construite sur la rue Myrha (n° 243 en rouge), le maître d’ouvrage Paris Habitat s’affranchit à bon compte des limites séparatives de propriété que lui impose notamment l’article UG.7 du PLU (Plan local d’urbanisme), – d’autant qu’il n’est pas propriétaire de cette prétendue unité foncière.
Copie de cadastre22-24

La prétendue unité foncière de Paris Habitat.

Le projet à venir du 5 rue Myrha

Pour le 5 rue Myrha (adresse englobant désormais le 5 et le 7 ainsi que les anciens n° 32 et 30 de la rue Affre), la demande de permis a été déposée le 4 juillet 2013 après une consultation limitée aux riverains immédiats le 23 mai, objet d’une note de Cavé Goutte d’Or aux auteurs et promoteurs du projet (voir sur le blog). À notre connaissance, le permis n’a pas été accordé au moment où nous postons ce billet et aucun affichage n’est venu annoncer un terme à la torture infligée aux tilleuls renversés par un sculpteur subventionné renversant (lien).

Angle Affre/Myrha (extrait du dossier déposé le 4 juillet 2013).

Angle Affre/Myrha (extrait du dossier déposé le 4 juillet 2013).

L’aspect massif du projet de l’Atelier d’Architecture Téqui, ses baies d’angle immodestes et son allégeance ostentatoire à l’école dite Des Fenêtres Décalées (DFD) – une école qui fait hélas un tabac dans la Goutte d’Or (on recherche le professeur d’architecture qui a lancé cette mode ravageuse manifestement suivie par tous les immeubles TGT, du label des architectes en chef du secteur Château Rouge) – seront sans doute contestés si le projet finalement retenu devait perdurer dans ce sens. Sera notamment contestée toute atteinte au 5 rue Myrha dans la protection municipale qui lui a été reconnue par le PLU. On se souvient en effet que la mention du 5 rue Myrha au PLU a été considérée par la DRAC comme «une mesure de protection suffisante» dans sa décision de lui refuser la protection nationale de l’inscription aux monuments historiques demandée par Cavé Goutte d’Or (lien).

Tout en recourant dès le 22 avril 2013 contre la décision de refus de la DRAC du 18 février (le recours, la décision), l’association reste vigilante à ce que la protection minimale du PLU ne soit pas annulée par la décision du promoteur d’imposer le concept de bâtiment unique à l’ensemble de cette parcelle, avec entrée unique au 5 rue Myrha, ce qui entraînerait la démolition de son rez-de-chaussée, opération que l’association estime incompatible avec la protection du bâtiment, protection minimale de la Ville ou maximale de l’État confondues.

Les projets encore secrets

Restent les angles Stephenson/Cavé et Myrha/Affre.

Le jardin de la Goutte verte fêtait Fleur le 5 octobre en fanfare.

Le jardin de La Goutte verte fêtait Fleur en fanfare le 5 octobre.

– Les jardins de plumes – Pour ce qui est des anciennes plumasseries Loddé dans lesquelles Cavé Goutte d’Or avait proposé en décembre 2010 d’installer un lieu culturel autour de l’idée de « Maison des Cinq Moulins » (voir sur la page Études du blog), bâtiment noble de la moitié du 18e siècle et parfaitement réhabilitable, comme l’avait démontré dès 2008 le projet de l’architecte Violette Dullin, voté par la copropriété alors en place mais entravé par la SEMAVIP qui, sans détenir encore la majorité des voix et des tantièmes, devait refuser les échanges de lots qu’imposait le projet de réhabilitation, espace aujourd’hui aménagé en jardin partagé par La Goutte verte (photo ci-dessus), les projets d’architectes seraient encore à l’étude.

Malgré un dialogue ouvert dès la mi août entre Cavé Goutte d’Or et la SEMAVIP, les attributaires de la parcelle n’auraient pas encore donné suite à la demande des riverains de participer au choix des projets et à l’éventuel concours mis en place par l’Association Foncière Logement, chargée d’investir les lieux et de succéder à La Goutte verte.

Le maire adjoint à l’Urbanisme et au Logement devait pour sa part indiquer à Cavé Goutte d’Or que la Mairie n’avait « pas vraiment la main » et qu’on pourrait tout au plus organiser en fin de course « (une) présentation qui permettra peut-être des évolutions marginales », laissant accroire que la Ville de Paris aurait perdu tout pouvoir, une thèse qui ne saurait prospérer, ni politiquement ni légalement (voir échange).

Cavé Goutte d’Or a entrepris de consulter directement la direction de l’AFL.

– Les musiques du monde – L’angle Myrha/Léon, qui accueille actuellement La Table ouverte pour des opérations sociales et le club de pétanque du quartier, reste à pourvoir dans le cadre du projet d’Accords croisés qui a déjà été présenté sur le blog, suite au débat suscité au Conseil d’arrondissement du 18e le 30 janvier 2012 (voir sur le blog).

Après avoir vu – par accident – une esquisse qui avait circulé pour cette parcelle (voir ci-dessous), Cavé Goutte d’Or a adressé à Accords croisés la même demande afin que le voisinage soit associé au projet d’architecture à venir le plus en amont possible du choix. Un rendez-vous a été obtenu pour la fin du mois d’octobre.

À suivre.

Un projet pour Musique du monde qui ne verra pas le jour (image Parc-Architectes).

Le projet pour Musique du monde auquel la Goutte d’Or a échappé. On y retrouve la marque absolument mimétique des fenêtres décalées (Image Parc-Architectes, 2012).

Publicités
Cet article, publié dans 24 rue Cavé, 25 rue Stephenson, 5 rue Myrha, 7 rue Myrha, Articles, Défense du quartier, Est Ouest parisien, Patrimoine(s), Politique de la ville, Politique du logement, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s