Pari historique gagné

Promenade de belle tenue pour les 50 ans du Paris Historique

  • Du Dojo de la Chapelle à la Villa Poissonnière en passant par Jeanne et par Toutatis, une cinquantaine de personnes a suivi pendant trois heures une visite inédite et passionnante du quartier
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jean-Raphaël Bourge et Marie-Claude Lhommet, 11 octobre 2013.

Sous le label « Banque et assurance », à l’angle de l’impasse du Curé, le guide et conférencier Jean-Raphaël Bourge parle en réalité du « Grand faucheur », cabaret du 17e siècle où le poète Claude Emmanuel Lhuillier, dit Claude Chapelle ou Chapelle (1626-1686), emmenait ses amis.

Avec l’assistance de Marie-Claude Lhommet, du Paris Historique, et de ses cartes, il rappelle en son point culminant (le col) l’histoire du village de La Chapelle situé sur la route de l’Étain qui conduisait de la Seine, au pont Notre Dame, vers le nord et l’Angleterre, route transformée par les Romains en voie pavée et qui suivait le tracé des actuelles rues du faubourg Saint-Martin, Château Landon et Philippe de Girard.

Autrefois, la plaine Saint-Denis s’appelait Le Lendit (du latin indictum – ce qui est fixé – puis l’Indict) et accueillait la réunion annuelle des druides au solstice d’été autour d’un ancien tumulus considéré comme la tombe de l’ancêtre et héros Toutatis, protecteur de toutes les tribus gauloises.

Saint Denis aurait également été enseveli à proximité du col de La Chapelle, où Sainte Geneviève, patronne de Paris, édifia en 475 une chapelle pour honorer la mémoire du martyr. Sur ses fondations sera construite à la fin du 12e siècle l’église Saint Denys de la Chapelle, achevée en 1204, longtemps richement dotée puis dépouillée de ses reliques au bénéfice de la basilique de la ville de Saint-Denis, quelques kilomètres plus au nord.

Des Roms, par Toutatis !

Le village de La Chapelle se maintint par les retombées de la foire du Lendit (une des principales des environs de Paris) jusqu’au 15e siècle. En 1427, explique le conférencier dont Cavé Goutte d’Or se réjouit de pouvoir publier les notes bientôt, une troupe de bohémiens s’y installe et y vit de mendicité et de voyance.

Accusés de vols et de sorcellerie, ils sont excommuniés par Jacques du Chastelier, évêque de Paris de 1427 à 1438, et sommés de quitter le village. Deux ans après, l’église Saint Denys de la Chapelle aurait été visitée par Jeanne d’Arc, qui y aurait fait une veillée d’armes et de prières le 7 septembre 1429. Une statue de Jeanne est aujourd’hui visible à droite de l’entrée de l’église.

Dans le Dojo de La Chapelle.

Dans le Dojo de La Chapelle.

Presque en face de l’église, au 21 de la rue, le Dojo de la Chapelle a pris place dans un ancien bâtiment industriel, trace de l’époque Napoléon III. Le maître des lieux fondateur de la salle Pierre Le Caër reçoit le groupe du Paris Historique dans le dojo et son atelier attenant de sculpteur. Avec Igor Van Wymeersch, qui avait reçu Cavé Goutte d’Or pour son premier reportage en mai 2013, ils rappellent les risques de démolition de ce secteur et de cet édifice. Rendez-vous est pris pour travailler le projet de maintien du dojo in situ au cours des prochaines semaines.

Le groupe suit son parcours de sagesse du dojo au marché de la Chapelle (ou de l’Olive), bâtiment d’inspiration Baltard, construit en 1884 par l’architecte Magne, auteur de l’église Saint Bernard de la Chapelle (on rappelle que la Goutte d’Or est en effet un hameau de la Chapelle), inscrit aux monuments historiques en 1982 et récemment rénové.

Un marché entre Olive noire (si si), Olive dénoyautée, et Olive verte...

Un marché entre Olive noire, Olive verte et Olive dénoyautée …

Le noyau d’olive

Au passage, quelques mots sur le bon Monsieur Charles Liénard de l’Olive, personnage de l’époque coloniale dont la Municipalité souhaitait récemment effacer la mémoire et qui, par délibération du Conseil d’arrondissement du 10 octobre 2011, a cédé son nom au fruit de l’olivier, comme en témoigne encore une plaque qui ne dit pas le pourquoi du comment.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAHistoriquement, il est intéressant en effet d’observer que la rue l’Olive (du nom de Monsieur de l’Olive) est devenue la rue de l’Olive (du nom du fruit d’un arbre plutôt rare dans la Chapelle) sans qu’il soit jugé utile d’expliquer quoi que ce soit :

  • « Très peu d’habitants du quartier connaissent l’origine du nom de cette rue, communément appelée rue de l’Olive », constate le maire adjoint à l’Espace public Félix Beppo dans son mot d’introduction au Conseil d’arrondissement.
  • « Il nous est donc proposé d’acter ce qu’est devenue cette rue aux yeux de la plupart des habitants du quartier en référence au fruit de l’olivier. Cette modification n’aura aucune incidence administrative pour ses riverains. Aussi, je vous propose de voter favorablement cette délibération » (voir le compte rendu du Conseil, p. 17-19).

Ce qui fut fait, sans que le passé de Monsieur de l’Olive, largement évoqué au Conseil, ne le soit à l’attention de… « la plupart des habitants ».

En attendant la Saint Urbain

Survolant ici les étapes de la promenade historique, on la suit en images de la rue Philippe de Girard à la rue de la Goutte d’Or en attendant la prochaine visite qui ne manquera pas d’être organisée et qui sera précédée d’une présentation dans le quartier de l’exposition organisée l’été dernier par le Paris Historique sur la Chapelle et la Goutte d’Or, probablement à l’occasion du rendez-vous fixé par Cavé Goutte d’Or le 19 décembre 2012 pour la Saint Urbain du 19 décembre 2013.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’entrée de l’église Saint Denys de la Chapelle, côté place de Torcy.

Requiem pour le 83bis rue Philippe de Girard. Point de droit sur une démolition domùmageable.

Requiem pour le 83bis rue Philippe de Girard. Point de droit sur une démolition dommageable.

Un trésor caché rue Doudeauville (Photo JRB).

Un trésor caché rue Doudeauville (Photo JRB).

Le pont de la rue Doudeauville a une histoire (à suivre).

Le pont de la rue Doudeauville a aussi une histoire (à suivre).

L'église St Bernard inscrite le 26 novembre 2012 (Crédit photo  @FRemongin).

L’église St Bernard inscrite MH le 26 novembre 2012 (Crédit photo @FRemongin).

Dégustation à la Brasserie de la Goutte d'Or.

Dégustation à la Brasserie de la Goutte d’Or.

 

Publicités
Cet article, publié dans Actualités, Articles, Études, Défense du quartier, Est Ouest parisien, Patrimoine(s), Politique de la ville, Politique du logement, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s