Pierres angulaires

Genier Deforge liebherr la Goutte d’Or

70 rue Myrha, le dernier angle mort (BB juillet 2013).

70 rue Myrha, fier Liebherr sur site (juillet 2013).

Dans le type d’opérations immobilières que connaît actuellement la Goutte d’Or, les angles sont très convoités. Ils comportent par définition deux façades qui sont souvent visibles d’un même regard, et offrent ainsi aux promoteurs, opérateurs et architectes une surface d’envergure, d’abord pour les friches socio-culturelles qui y trouveront place, puis pour les immeubles à venir.

Photo École d'Architecture de Rennes (2006).

Photo École des Beaux-Arts de Rennes (2006). Autres photos de cet angle sur le blog.

Sans remuer le couteau dans la plaie, et donc sans trop insister sur l’angle regretté des 25 rue Stephenson et 2 rue Cavé (ci-contre), dont l’architecte des bâtiments de France avait signalé « le caractère modeste et très juste » avant qu’il ne soit démoli sous les coups réunis de la SEMAVIP et de la Genier-Deforge, en se limitant ici à la rue Myrha actuellement objet de l’opération immobilière massive que l’on sait, les démolisseurs et reconstructeurs institutionnels du quartier peuvent se glorifier d’avoir pris sept angles à la rue :

  • trois des quatre angles du carrefour central et névralgique des rues Myrha et Léon (dont un encore en friche) ;
  • les deux angles des rues Myrha et des Gardes ;
  • l’un des angles Myrha/Affre (et on ne donne pas cher du second) ;
  • l’angle Nord Ouest des rues Myrha et des Poissonniers enfin, ces jours-ci.

 70 rue Myrha :
le dernier angle mort

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Trois de ces sept angles ont été reconstruits sous l’égide apparemment autoritaire du cabinet d’architectes TGT, qui a donné trois bâtiments très similaires à la rue Myrha : ceux des angles qui se font face rue des Gardes/rue Myrha et celui des 6 rue Léon/33 rue Myrha, cousin germain du 34 rue des Gardes/43 rue Myrha.

Angle Myrha/Gardes

Angle Myrha/Gardes (Est).

Angle Myrha/Garde

Angle Myrha/Garde (Ouest).

Angle Myrha/Léon.

Angle Myrha/Léon.

Angle Affre/Myrha (extrait du dossier déposé le 4 juillet 2013).

Angle Myrha/Affre (extrait du dossier déposé le 4 juillet 2013).

Arrive aujourd’hui le projet des 7 rue Myrha/32 rue Affre qui, à son tour, entend ne pas trop dépareiller (voir ci-contre et sur le blog : « Louis-Philippe pris dans la masse »).

Ce mimétisme angulaire, sinon carrément anguleux comme à l’angle Myrha/Léon (ci-dessus), est étrange quand on observe que le Plan local d’urbanisme en vigueur (PLU), dont on pourrait craindre qu’il limite l’audace créatrice des architectes contemporains, leur rappelle au contraire que le respect du bâti existant ne signifie pas qu’ils ont à le copier, son article UG.11.1.3 disant en effet :

  • « Les constructions nouvelles doivent s’intégrer au tissu existant en prenant en compte les particularités morphologiques et typologiques des quartiers (rythmes verticaux, largeurs des parcelles en façade sur voies, reliefs…) ainsi que celles des façades existantes (rythmes, échelles, ornementations, matériaux, couleurs…) et des couvertures (toitures, terrasse, retraits…) ».
  • « L’objectif recherché ci-dessus ne doit pas pour autant aboutir à un mimétisme architectural pouvant être qualifié esthétiquement de pastiche. Ainsi l’architecture contemporaine puisse prendre place dans l’histoire de l’architecture parisienne ».

Mimétisme renversant

Les architectes de la Goutte d’Or (ou l’architecte en chef de l’opération municipale, ou la Municipalité elle-même) tendent à inverser les prescriptions : casser le rythme du tissu existant, ne pas s’y intégrer, mais se pasticher les uns les autres.

On le disait avec les tilleuls renversés de la friche Myrha/Affre : on marche sur la tête !

*

Résistance, ou les angles que la Ville n’aura pas

Les résistant de l'angle Stephenson/Doudeauville.

L’angle Stephenson/Doudeauville pris en tenailles par l’ICI Stephenson.

Angle de consolation rue Polonceau..

Angle de consolation pour l’ICI  Poissonniers/Polonceau.

Le floor, 100 rue Myrha.

Le floors du 100 rue Myrha ou l’art (déco) d’arrondir les angles.

Cet article, publié dans Articles, Défense du quartier, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.