Partir à point

Le lièvre et le canard

  • De la Samaritaine aux Serres d’Auteuil via Roland-Garros et la Halle Freyssinet, le Canard enchaîné fait un beau papier sur le mépris de la Mairie de Paris pour la Commission du Vieux Paris.
  • Le journal du mercredi se rapproche ainsi des lièvres qui restent à lever dans le 18e arrondissement.
titre canard cvp

Image Le Canard enchaîné, 5 juin 2013, page 5.

Les journaux parisiens généralistes n’ont retenu de la dernière livraison du Canard enchaîné que la minuscule brève selon laquelle Nicolas Sarkozy aurait téléphoné à Jean-François Copé pour lui demander de « calmer Pierre-Yves Bournazel » : « Ce mec est fou à lier, calme-le », aurait lancé l’ancien président de la République à propos de l’élu du 18e qui semblait, en effet, jouer contre son camp lors des élections dites primaires de l’UMP ouverte à la Mairie de Paris pour dans moins d’un an (cf. Le Canard enchaîné, 5 juin 2013, p. 2)

Tout guilleret, le Lab / Europe 1 racontait par exemple que le jeune élu du 18e qui, selon lui,  était « l’une des découvertes de la primaire à l’UMP à Paris pour le grand public », avait été tancé pour s’être montré peu enthousiaste à soutenir sa rivale Nathalie Kosciusko-Morizet, voire carrément trop enthousiaste à la casser.

Enlèvement des encombrants (GC 2012).

Enlèvement des encombrants (GC 2012).

En revanche pas une ligne, à notre connaissance, dans la presse lambda, sur l’article important en taille et en contenu paru dans le Canard enchaîné du même 5 juin 2013 en page 5 concernant le « bâillon municipal » imposé par le maire de Paris à « la vénérable Commission du Vieux Paris, (…) assemblée savante où siègent des spécialistes de l’histoire et de l’architecture », nommés par lui (le maire), mais « dont l’opinion ne pèse jamais lourd quand il s’agit de projets soutenus personnellement par lui (Delanoë) ».

Je nomme donc je dispose

Projets de ce type retenus par le Canard : le chantier de la Samaritaine qui emporte une maison Louis XIV, la Halle Freyssinet dont l’hebdomadaire dit que le gouvernement Fillon l’a sauvée in extremis avant la présidentielle de 2012, la saga du Bois de Boulogne et de Roland-Garros (beaucoup suivie ici) où la protection des Serres d’Auteuil ne devrait son sursis (provisoire) qu’à l’annulation (provisoire) par le Tribunal administratif de délibérations du Conseil de Paris pour faute de bonne information des élus par le maire, – une décision qu’on lit en filigrane et en citation jurisprudentielle dans le recours que Cavé Goutte d’Or a déposé très récemment contre les délibérations du Conseil de Paris votées le 11 décembre 2012 et octroyant trois millions d’euros à la SIEMP pour démolir le 83bis rue Philippe de Girard sur la base d’un exposé des motifs mensonger du maire de Paris.

Comme le blog l’a rappelé en effet, le maire a emporté l’adhésion du Conseil de Paris à l’octroi de ces trois millions d’euros à la SIEMP en présentant aux élus comme « sans intérêt architectural » le bâtiment qui pâtirait de l’opération financière quand la Commission du Vieux Paris, nullement accréditée aux seuls beaux quartiers de la capitale, avait demandé par deux fois sa préservation en raison de son grand intérêt architectural au contraire (voir sur le blog).

Dans son recours contre les délibérations du 11 décembre 2012, l’association Cavé Goutte d’Or a ainsi écrit :

  • « Risquant de faciliter (voire destinée à faciliter) un vote sans étude sérieuse de la valeur du patrimoine parisien pourtant signalée avec force (par la CVP), l’expression « sans intérêt architectural » dans l’exposé des motifs rend manifestement irrégulière les délibérations qui pourraient s’appuyer sur une appréciation aussi infondée ».
  • « Comme il l’a jugé récemment dans une affaire Association du quartier du Parc des Princes (Dossier n° 1200787/7, attendus 14 à 23), votre Tribunal considérera que, si les délibérations litigieuses devaient avoir la moindre existence légale en dépit de l’absence de vote les concernant (II.3 ci-dessus), elles auraient été adoptées en méconnaissance des dispositions de l’article L. 2121-12 du Code général des collectivités territoriales et seraient en conséquence annulées, « le vice dont elles sont entachées privant les élus municipaux d’une garantie qui leur est reconnue par la loi » ».

Quand La Chapelle se sert d’Auteuil

83bis, 6 juin 2013 (CGO).

83bis, 6 juin 2013 (CGO).

Dans les exemples retenus par le Canard enchaîné, il manque donc (pour l’instant) le cas d’école de la rue Philippe de Girard, actuellement sous les coups unis de la Mairie de Paris et de la SIEMP (photos ci-contre et ci- dessous).

Autre lien méconnu du papier avec le Nord-Est parisien : la demande de moratoire dans la démolition de la Goutte d’Or et de Château Rouge que la Commission du Vieux Paris avait formulée le 15 septembre 2010 sous la signature de sa secrétaire générale d’alors, Marie-Jeanne Dumont, dont le Canard nous rappelle que c’est « dans la même veine autoritaire (que) la Mairie l’a débarquée voici deux ans ».

83bis, côté cour, 1er juin 2013.En place lors des deux vœux successifs de la CVP sur le 83bis Philippe de Girard et du vœu général sur Château Rouge, l’historienne de l’architecture, auteur entre autres d’une étude sur le logement social en France souvent citée ici, était, selon le Canard,  « jugée pas assez accommodante ».

On relit avec un regard neuf son appel de septembre 2010 pour un temps d’arrêt dans les démolitions de la Goutte d’Or et Château Rouge au motif qu’elles étaient « beaucoup plus nombreuses que ne le prévoyaient les plans initiaux », et on se réjouit que le Canard vienne lever les lièvres de la politique Delanoë qui courent encore dans les quartiers populaires.

affiche GD modLe patrimoine dans « les quartiers »

De La Samaritaine à la banlieue en passant par les quartiers de La Goutte d’Or et La Chapelle, objets durant tout l’été d’une exposition dans les locaux de l’association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris Historique (affiche ci-contre), on signale le prochain Café patrimoine du Paris Historique, le jeudi 13 juin 2013 à partir de 19 h, sur le thème :

« Urbanisation et patrimoine
en banlieue parisienne».

Renseignements : 01 48 87 74 31.

Cet article, publié dans 83bis rue Philippe de Girard, Articles, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.