Forum

Les associations de la Goutte d’Or investissent le square Léon

  • Beau succès sous un vent bleuté.
Le stand amiral (Photo GC).

Le stand amiral (Photo GC).

Ambiance salon d’exposition et kermesse de quartier sur le square Léon, le 20 avril dernier, pour le premier Forum des associations de la Goutte d’Or, opération utile et réussie qui doit se prolonger le 15 mai par un premier bilan.

Cavé Goutte d’Or a participé à l’essai avec bonheur et le résultat mérite une étude en soi. Son stand, particulièrement bien placé et partagé avec ses amis de La Table ouverte et de Ma Goutte d’Or, n’a pas désempli de badauds, de confrères, d’anciens et de plus récents du quartiers, foisonnant de souvenirs, de regrets, de discussions parfois animées, de critiques parfois vives.

La galerie de portraits de La Table ouverte (GC).

La galerie de portraits de La Table ouverte (GC).

Anciens et nouveaux se sont retrouvés autour de la consultation de l’Appel des Cent, ouvrage unique fabriqué en 1984 par les habitants du quartier de la Goutte d’Or d’avant la « réhabilitation », constitué de témoignages poignants au regard du résultat contesté (voir reportage photographique sur le blog). Les oreilles du blog de Cavé Goutte d’Or auront sifflé autant que celles des promoteurs de l’opération immobilière Goutte d’Or Sud car il s’avère que sa pertinence de fond le dispute parfois avec son impertinence de forme, a-t-on entendu sur le stand ; son succès avec l’agacement de ses billets d’humeur ; le sérieux de ses analyses avec le ton décalé de leur présentation, le fondement juridique avec la verve satirique ; en un mot, le premier avec le second degrés.

Évasion (DR).

Évasion (DR).

On y revient donc bientôt dans ces pages. Les lecteurs assidus du blog (que nous invitons entre-temps à nous adresser leurs commentaires pour la page qui leur est réservée) savent que le temps est aux recours et aux plaidoiries, notamment sur le 83bis rue Philippe de Girard, le 24 rue Cavé, le 5 rue Myrha.

Du forum au prétoire

Pour mémoire en effet :
> la clôture de la procédure ouverte il y a deux ans par le recours de riverains contre le permis de démolir le  24 rue Cavé est fixée par le Tribunal administratif au 15 mai 2013 ;
> le 15 mai verra aussi le passage de l’opposition aux délibérations fondées sur le mensonge de Jean-Yves Mano au Conseil de Paris sur l’intérêt architectural du 83bis rue Philippe de Girard passer du recours gracieux au recours contentieux ;
> le 6 mai, aura été plaidé au Tribunal administratif le référé suspension qu’ont déposé le 17 avril les riverains qui avaient recouru le 3 avril contre le permis de démolir le 83 bis Philippe de Girard (le recours du 3 avril ; le référé du 17 avril) ;
> le 13 mai, dans le même dossier, aura été déposé le mémoire complémentaire annoncé dans la requête du 3 avril ;
> le 21 mai, sera rendu le jugement au civil sur le dommage invoqué par d’autres riverains de cet édifice dont l’architecte des bâtiments de France et la Commission du Vieux Paris ont demandé la préservation avec des mots très forts, dont celui qui indique qu’ « envisager sa démolition est dommageable ».

Dommageable pour qui ? C’est la question posée à la Cour d’appel de Paris. Comment le permis a-t-il pu être délivré malgré tout ? C’est la question posée au Tribunal administratif.

Entre-temps, Cavé Goutte d’Or n’a pas manqué de recourir contre la décision de la DRAC du 18 février 2013 qui rejette sa demande d’inscription du 5 rue Myrha au titre des monuments historiques, au motif que ce bâtiment Louis-Philippe dont la façade est ‘classée’ parmi les plus belles du quartier par la Commission du Vieux Paris, l’architecte des bâtiments de France et même le cabinet d’architectes TGT chargé de reconstruire derrière les démolissions de la SEMAVIP, serait – selon la DRAC – suffisamment protégée par l’inscription de cette adresse au PLU.

Protection municipale ou protection nationale ? La question est posée dans ce recours adressé au Tribunal administratif de Paris le 22 avril 2013, reçu le 23, qui sera mis en ligne sur le blog une fois enregistré officiellement. On y revient donc très vite ; en attendant, c’est la fête à Boris (voir sur le blog : la rue Boris Vian à la fête).

Publicités
Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s