Bonnes feuilles

Après la condamnation du Nouvel Obs, le Parisien renonce à enquêter sur les aventures textuelles de Jean-Yves Mano dans le 18e

  • Les mensonges de l’adjoint au Logement restent sous la couette
Confidences sous l'oreiller de Paris Habitat.

Confidences sous l’oreiller de Paris Habitat.

À l’instar du Nouvel Observateur, qui avait longtemps soutenu Dominique Strauss-Kahn avant de le dégommer trash dans sa dernière édition, Le Parisien, grand soutien de la politique de prétendue « lutte contre l’insalubrité » de Daniel Vaillant dans les quartiers Est du 18e arrondissement se préparait à publier une vraie enquête sur les méfaits de l’Urbanisme et du Logement parisiens dans La Goutte d’Or et La Chapelle (voir sur le blog).

Un peu couard, le quotidien capitale s’est dit qu’il n’avait pas les épaules du célèbre hebdomadaire pour verser ensuite des milliers d’euros au patron du Logement parisien et couvrir la moitié de sa prochaine une d’un bandeau judiciaire à la Gala. Cavé Goutte d’Or, qui attendait beaucoup d’un journalisme d’investigation qui se mettrait enfin à investiguer sur le système Mano, s’en remet donc à cet autre bandeau judiciaire, plus discret, qui – on l’espère – empêchera très prochainement la démolition du 83bis Philippe de Girard.

Cascade de procès

Résultat du recours gracieux de Cavé Goutte d’Or auprès du maire de Paris, la prochaine étape de la course au bandeau judiciaire est fixée au 15 mars 2013. Selon la réponse du maire, qui peut être implicitement négative par simple silence,  suivrait alors un éventuel recours contentieux contre la Ville de Paris dont l’absence de réponse au recours gracieux signifierait qu’elle entend faire passer en force une délibération non votée, donc nulle et non avenue (voir sur le blog).

Puis, début avril, la Cour d’appel de Paris entendra l’affaire opposant des riverains du 83bis Philippe de Girard à la SIEMP, les premiers évoquant préventivement en référé le dommage civil que provoquerait, selon les termes de l’Architecte des Bâtiments de France, la « démolition dommageable » du 83bis Philippe de Girard, dûment signalée comme telle – « dommageable » – et néanmoins envisagée par la seconde avec la complicité active de Jean-Yves Mano qui est allé jusqu’à mentir devant le Conseil de Paris pour cacher à ses collègues la valeur de ce patrimoine parisien salué également par la Commission du Vieux Paris (voir sur le blog).

Entre deux, d’autres recours peuvent intervenir, dont Cavé Goutte d’Or ne manquerait pas de relayer la teneur si les journaux d’investigation devaient, pour leur part, continuer à garder le bandeau judiciaire devant leurs yeux.

*

Le Parisien invite le blogmaster de Cavé Goutte d’Or pour une after !

  • Une after what ?, s’inquiète notre bon Bert
Mail de Le Parisien à le blogmaster de Cavé Goutte d'Or (26 février 2013).

Mail publicitaire de Le Parisien à le blogmaster de Cavé Goutte d’Or (26 février 2013).

 

Publicités
Cet article, publié dans 83bis rue Philippe de Girard, Articles, Humeur, Politique de la ville, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s