St Bernard monument historique

Le préfet a signé

  • Le préfet d’Île de France, préfet de Paris, a signé l’« arrêté portant inscription au titre des monuments historiques, en totalité, de l’église Saint-Bernard-de-La-Chapelle »
  • La protection « inclut la grille de pourtour et les emmarchements du parvis ainsi que le sol de la parcelle ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERANos lecteurs se souviennent que, suite à la demande de protection présentée à la DRAC par Cavé Goutte d’Or le 20 octobre 2011 (voir sur le blog), la Commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) réunie le 29 mai 2012 avait voté à l’unanimité l’inscription de l’église Saint-Bernard-de-la-Chapelle au titre des monuments historiques « en raison de ses qualités architecturales et stylistiques, de son programme décoratif et de son rôle dans le développement urbain du quartier » ­(Voir sur le blog).

Considérant

Aujourd’hui, un arrêté du préfet de la région d’Île de France, préfet de Paris, vient confirmer ce vote en « considérant que l’église présente au point de vue de l’histoire et de l’art un intérêt suffisant pour en rendre désirable la préservation en raison de ses qualités architecturales et stylistiques, de son programme décoratif et de son rôle dans le développement urbain du quartier » (lire l’arrêté).

L’arrêté n° 2012331-0012, signé le 26 novembre 2012 par M. Daniel Canepa, publié au Recueil Spécial n°181 le 30 novembre 2012, « sera publié au Bureau des hypothèques (…) et notifié à la Préfecture de Paris et au Maire de Paris, propriétaire, qui seront responsables, chacun en ce qui le concerne, de son exécution ».

Une belle victoire pour le quartier

Crédit photo : Goggle.

Crédit photo : Google.

Un monument historique à la Goutte d’Or est un apport considérable au quartier aujourd’hui fragilisé par les opérations immobilières de la Municipalité et un urbanisme peu respectueux de l’histoire et de l’âme de la Goutte d’Or et la Chapelle, le nom complet de l’église venant rappeler qu’elle était au départ située dans la commune de La Chapelle alors voisine de Paris. Le dossier présenté à la CRPS par Florent Tesnier rappelle en effet l’histoire de l’église qui repose notamment sur une décision du conseil municipal de La Chapelle du 14 septembre 1854, le conseil se prononçant ensuite, dans sa séance du 31 mai 1858, pour le choix du projet de l’architecte Auguste-Joseph Magne (1816-1885).

La construction elle-même commença le 10 août 1858 (première pierre) et se poursuivit jusqu’au 29 octobre 1861 (consécration), « avec changement de maître d’ouvrage en cours de travaux » précise Florent Tesnier. L’histoire de l’église St Bernard rencontrait en effet la grande histoire du premier « Grand Paris » puisque c’est au cœur de sa construction, le 1er janvier 1860, que s’appliquait la loi du 16 juin 1859 portant sur l’extension des limites de Paris, événement parfois présenté comme l’annexion des faubourgs de Paris à la Ville.

La fonction urbaniste saluée

La lecture du verbatim de la CRPS est réjouissante elle aussi. Les membres de la Commission sont nombreux à s’exprimer en faveur de l’inscription, votée à l’unanimité, et soulignent volontiers le rôle social et urbanisant de la construction, au milieu du 19e siècle. Ainsi, l’architecte des Bâtiments de France est-il « favorable (à l’inscription) non seulement pour les qualités architecturales de l’église mais aussi pour son rôle essentiel dans l’urbanisme du quartier et la façon dont l’architecte a su réorganiser l’espace et les perspectives de la place ».

Dans le même sens, un intervenant estime que « l’église Saint-Bernard s’inscrit dans un contexte social et urbain particulier : la nécessité de donner un lieu de culte à une population qui s’accroît fortement dans ce quartier en plein expansion ». Un autre « met également l’accent sur la question des abords et insiste sur la complémentarité qui existe entre l’édifice et le contexte urbanistique dans lequel il s’intègre ». Un autre encore précise que l’église Saint-Bernard est « le seul édifice néo-flamboyant de Paris », une de ses collègues ajoutant qu’elle est « une des plus belles et des plus vivantes de Paris : son porche est particulièrement remarquable ».

Emmarchement immédiat

Comme le précise l’arrêté préfectoral, « le pourtour et les emmarchements sont inclus dans la protection ». Ainsi, chers lecteurs, chers voisins, chers habitants du quartier ou défenseurs de son patrimoine, si vous êtes heureux de cet arrêté, nous vous invitons chaleureusement à soutenir les actions et le travail de Cavé Goutte d’Or, soit de manière générale, soit spécifiquement par action (voir sur le blog : appel en faveur du 83bis Philippe de Girard). Nous avons besoin de vous. Merci de votre soutien !

Arrêté n° 2012-030 (voir lien ci-dessus).

Arrêté n° 2012-030 (voir lien ci-dessus).

Arrêté p. 2 (lien pdf ci-dessus)

Arrêté p. 2 (lien pdf ci-dessus)

Publicités
Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s