Square Léon

Les CRS en quarantaine

Le square Léon au cœur de la Goutte d’Or (Photo Skyrock.com).

On devine, sur ce blog, que la force n’est pas la solution. Mais on ne croyait pas qu’une quarantaine de ces délicieux jeunes gens qui – sous le regard bienveillant de la municipalité, de la préfecture et du commissariat – assurent la sécurité de la rue Léon en général, du square Léon, de l’Olympic et du 20 rue Léon en particulier, rendrait la vie si difficile aux CRS envoyés en explorateurs dans la zone de sécurité prioritaire de Château Rouge, – « future zone de sécurité prioritaire » s’empresse-t-on de corriger dans les casernes et les rédactions après les échauffourées qu’ont dû affronter, jeudi 4 octobre, les malheureux CRS.

Est-ce ta fête, explorateur ?

Si le gratuit du métro Direct Matin, sorti à l’aube du vendredi 5 octobre, mettait encore l’information au conditionnel (« Des CRS qui effectuaient des contrôles d’identité dans le 18e arrondissement de Paris auraient été pris à partie jeudi soir par une quarantaine de personnes »), le Parisien assurait le même jour à l’indicatif : « Des CRS qui effectuaient des contrôles d’identité ont été agressés jeudi soir par une quarantaine de personnes dans le square Léon, dans le 18e arrondissement de Paris ».

Se référant à une dépêche de l’AFP, le Parisien précisait : « L’incident s’est produit vers 21h20. Lors d’un contrôle, les CRS, dont le nombre n’a pas été précisé, ont été entourés par une quarantaine de personnes menaçantes, selon une source policière. Une bagarre a éclaté et les CRS ont dû appeler des renforts pour se dégager ».

Le chiffre de quarante et le mot « agression » sont repris partout : la station de radio Europe 1 les décline dans la rubrique des « faits divers », et le Parisien en ligne ouvre ses colonnes à ses lecteurs dans une deuxième édition dès 11 heures du matin, vendredi 5 octobre : beaucoup d’habitants du quartier y écrivent. Balance classique d’arguments opposés et interrogations sur la réalité de l’information, transmise il est vrai par une seule source.

Le 5 à midi, France 3 Île de France reprend à son tour la dépêche de l’APF, mot à mot et sans image.

Caméras aux poings

Photo Action Barbès.

Quelle que soit la réalité des faits, l’information exige une enquête : quarante personnes (menaçantes ou non) autour de CRS (dont on ne connaît pas le nombre mais qu’on présume de moins de quarante) n’est pas vraiment un « incident ». Un fait divers, soit, mais la constitution d’un groupe de quarante personnes, occupant au sol une surface mouvante (probablement courante) de 40 m² (un F-2 dans le quartier) dans un parc fermé aux deux bouts par des tourniquets entravant le mouvement (le parc ; les tourniquets) – des tourniquets que nos agréables confrères du blog Action Barbès qualifient d’« astucieux » – aura sans doute été filmée par les caméras de surveillance dont le square a été largement doté, voire par les quarante jeunes gens participant au ballet, tous munis d’un ou deux téléphones portables en fin de journée.

S’ils sont exacts, les faits rapportés sont suffisamment graves pour que les habitants du quartier puissent être informés très précisément de ce qui s’est passé. Les copiés/collés de l’AFP sont largement insuffisants et les mots laissés sur le débat en ligne du Parisien doivent être assortis d’une pièce officielle aidant à cerner la vérité. Cavé Goutte d’Or propose que le film des événements, tel qu’il aura été enregistré par les caméras de surveillance du square, soient rendu public sur le site de la Mairie, avec bien sûr tous les floutages que l’on jugera nécessaires aux enquêtes de police en cours.

Le déni / défi du 20

Pour ce qui est du 20 rue Léon, les entreprises menées cet été par Cavé Goutte d’Or, qui recensaient les plaintes multiples des habitants contre les agressions dont ils souffrent, la prostitution en sous-location, le squat du hall, les menaces et autres atteintes à la liberté d’aller et venir, n’ont encore rien suscité de très concret.

Côté médiatique, la saisine du préfet de police le 3 août 2012 (voir : « Le préfet de police de Paris saisi d’incuries ») et la remise symbolique d’un badge Vigik au maire du 18e arrondissement le 15 septembre afin qu’il le transmettre au maire de Paris et aux forces de police municipale compétentes en application de l’article L.126-2 du Code de la construction et de l’habitation (voir : « 20 rue Léon : La sonnette d’alarme ») n’ont encore été commentées ni par l’AFP, ni par Europe 1, ni par France 3, ni même par le Parisien (dont un journaliste aguerri assurait pourtant qu’il y avait là «largement de quoi alimenter les pages du journal »).

Coté politique, si Myriam El Khomri, adjointe des maires de Paris et du 18e à la Tranquillité publique, a appelé le président du Conseil syndical du 20 rue Léon le 21 septembre 2012, échange au sommet suivi par un entretien téléphonique récapitulatif et organisationnel entre Caroline Bourguet, chargée de la Tranquillité publique auprès du maire du 18e arrondissement, et Olivier Russbach, président de Cavé Goutte d’Or, aucune mesure concrète n’était venue marquer la prise en compte de ces saisines au moment où nous postons ce billet.

Côté rue, les quarante jeunes gens qui se sont battus avec les CRS dans le square Léon jeudi – dont des voix amies parmi les plus autorisées du quartier nous disent qu’ils occupent le territoire en grande partie parce que la Ville a enlevé leur habitat à leurs parents au nom de la réhabilitation – sourient en se disant, en nous disant, que c’est déjà trop tard.

La dernière séance

En prolongement de la diffusion demandée du film des événements du 4 octobre, Cavé Goutte d’Or ouvre les pages de son blog à ceux qui voudraient écrire sur le mal-être et le bien-être du quartier (les deux apparaissent dans les commentaires en ligne du Parisien), sur l’évolution du square Léon (du « Démol » qu’il était avant la démolition de la Goutte d’Or aux squares successifs qu’il est devenu en passant par le projet de parc ornithologique que la Conférence des oiseaux regrette encore d’avoir manqué), sur toutes autres questions ; cela dans le secret espoir de pouvoir passer la main à qui voudrait transformer l’essai et créer, à l’image du grand frère que pourrait être le Bondy Blog en 2005, dont la version télévisée (le Bondy Blog Café) nous a donné cet été de très forts commentaires sur les zones si peu urbaines et un entretien serré de haut niveau avec le ministre de la Ville (voir l’émission ; commentaires sur le blog).

Cavé Goutte d’Or estimant que l’échange de commentaires en ligne ne favorise pas le caractère littéraire des contributions, son blog fonctionne par l’apport de textes écrits envoyés à l’attention du blogmaster : Bertram Bernath (pour le joindre).

Publicités
Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s