« Courage à Anne Hidalgo… »

Hidalgo court-circuite Royal et éteint Duflot

Hidalgo et Delanoë s’accrochent à la Bastille (Abaca 6 mai 2012).

Le PS cherchait une fonction pour Ségolène Royal. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, insistait lourdement sur cette mission d’intérêt général sur Canal + : « Elle a eu une année difficile. Son utilité est d’ores et déjà avérée et on saura sans doute lui trouver une fonction, une responsabilité qui permette aux Français de continuer à bénéficier de son expérience et de son volontarisme » (sources : Reuters/Les Échos).

« Je m’voyais déjà ! »

Cette fonction, c’était maire de Paris, bien sûr. Du coup, Cavé Goutte d’Or (et beaucoup d’associations militantes consternées par l’urbanisme parisien des dernières années) cherchaient une fonction pour Anne Hidalgo… Mais Anne Hidalgo a vite compris qu’il fallait dégainer sans tarder pour couper l’herbe sous les pieds de Ségolène : l’avenue Victoria qui mène du Châtelet à l’Hôtel de Ville ne serait pas le lot de consolation qu’on donnerait aussi facilement à Madame Royal qui venait d’emprunter des chemins si peu victorieux.

Photo lindependent.fr

photo lindependent.fr

« Courage à Anne Hidalgo qui n’a pas démérité » serait ainsi le nouveau tweet qui viendrait casser les plans du président pour Ségolène. « Une utilité d’ores et déjà avérée » : l’aimable propos de Najat sur Ségolène s’appliquerait à l’aimable tweet de campagne que l’on sait, et inspirerait un nouveau chapitre aux productions littéraires de la rentrée sur le barrage fait au pouvoir.

La première adjointe au maire de Paris s’y prendrait ainsi dix-huit mois à l’avance pour lancer une campagne pourtant déjà préparée depuis quatre ans. Dix-huit mois de campagne pour assurer dix-huit ans de pouvoir au PS à Paris ; car c’est bien un troisième mandat Delanoë que propose sa fidèle patronne de l’Urbanisme et, quand on sait combien Delanoë a changé de politique en matière d’urbanisme au moment précis où il entamait son deuxième mandat, on craint déjà le pire pour un troisième sous la houlette de son adjointe actuelle.

Coup double

En se précipitant ainsi sur les micros tendus, Hidalgo court-circuitait en même temps son amie et néanmoins rivale Cécile Duflot, dont le parachutage sur Paris avait déjà fait grincer les dents de Bertrand Delanoë en ce qu’il risquait de compromettre les plans démocratiques du couple pour la capitale : « Je pars, tu prends ma place ».

Duflot est verte, bien sûr, de rage à l’idée qu’Hidalgo lui pique la vedette en s’invitant chez les journalistes au moment même où elle présente sa loi sur le logement en général, le logement social en particulier, le logement à la Mairie de Paris en tout particulier.

Le précédent Désir

On laisse à Duflot le soin de tirer la couverture sociale à elle. Pour Royal, il reste à sa candidature court-circuitée le biais dont se sert Harlem Désir pour casser la règle qui voudrait que le remplaçant de Martine Aubry à la tête du PS soit désigné par Martine Aubry. Grâce au précédent Désir, le remplacement de Delanoë à la tête de Paris ne sera donc pas forcément décidé par Delanoë : Ségolène pourra alors, comme Désir le fait pour lui-même, dire qu’elle est « la candidate de la démocratie militante ».

Cela tombe bien, car Delanoë et Hidalgo ont perdu, durant le deuxième mandat de Delanoë, toute idée de ce qu’était « la démocratie militante ».

Attention, blogmaster !

De tout cela, gardons aussi en mémoire que la parole démocratique de Delanoë vaut bien peu en matière d’urbanisme. On se souvient sur ce blog de la garantie de non démolition qu’il avait donnée au Conseil municipal dont il demandait les voix pour ajouter le 25 rue Stephenson au tableau de chasse de la SEMAVIP : « La démolition n’est pas souhaitée eu égard à la qualité architecturale de l’ensemble immobilier », disait en page 4 l’exposé des motifs du maire de Paris de ce bâtiment dont la SEMAVIP ne ferait en réalité qu’une bouchée. Dans le dos du Conseil municipal donc, comme la procédure en appel du jugement du Tribunal administratif du 31 mai 2012 l’établira peut-être, on le leur souhaite (au Conseil municipal et à la procédure).

Cet article, publié dans Articles, Études, Humeur, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.