Coquelicots

La Goutte d’Or prend le maquis

Le sol du 25 Stephenson se rebelle

Effet Hollande ou non, la société qui démolit la Goutte d’Or au prétexte de la réhabiliter a laissé sa friche amirale du 25 rue Stephenson retrouver, le temps d’un été que d’aucuns pensent pourri, la beauté et la poésie des coquelicots.

On se souvient en effet que, dans ses prises de positions très fermes contre la ghettoïsation des quartiers et l’inégalité du territoire en matière de répartition des logements sociaux, le candidat François Hollande avait cassé un peu l’euphorie de l’administration Delanoë II, avide de démolitions à tout va et de reconstructions de piètres culture et qualité au nom de la quartiérisation des quartiers populaires.

Le champ du signe ?

Du coup, la SEMAVIP tente de se faire oublier, remise ses bulldozers, et laisse le maquis prendre ses friches (photos ci-dessous, 25 rue Stephenson/2-4 rue Cavé, juillet 2012).

Offre-t-elle ainsi un dernier tour de piste aux anciennes plumasseries Loddé qu’elle a démolies rageusement l’été dernier ? ou peut-on voir, dans l’élégance et la poésie qui caractérisent le champ de coquelicots qu’elle laisse à ses pieds, le renoncement à la destruction définitive de l’âme de ce quartier qui semble crier rouge sa résistance ?

Dr Jekyll et Mr Hide

Nous verrons bien, mais force est d’observer hélas! que, déjà, la SEMAVIP s’applique (elle qui fut à l’origine d’un projet de « centre culturel » à l’angle Myrha/Léon) à confier ses autres friches à des herboristes en herbes et autres paysagistes de tristes paysages auxquels on soupçonne les Mairies unies (la Centrale et celle du 18e) d’avoir donné des instructions : « Faites bien moche comme il sied à la Goutte d’Or » (on se souvient que les deux maires en question, Bertrand Delanoë à Paris et Daniel Vaillant au 18e, sont des enfants de la Goutte d’Or en termes politiques et s’y comportent aujourd’hui comme des grands frères).

De même en effet qu’aucun autre quartier de Paris ne saurait accepter sans broncher qu’une bibliothèque municipale comme celle de Fleury-Goutte d’Or presque neuve, inaugurée en 2000, demeure vidée de son contenu et fermée au public de 2010 à 2013 pour on ne sait quelle prétendue raison, ou qu’un immeuble art-déco majestueux de 1930 comme celui du 20 rue Léon soit – au su et au vu du maire Daniel Vaillant et de sa collaboratrice Caroline Bourguet, « chargée de mission Prévention, Tranquilité Publique (sic pour le L unique), Santé, Toxicomanies (sic pour le pluriel), Médiation, Accueil des Usagers, Bureau des Temps » n’en jetez plus la coupe est pleine  le théâtre de racket, de squat de hall, de rue et de trottoir, de même seuls les jardins partagés de la Goutte d’Or – jardins mobiles, jardins nomades, jardins de réinsertion – sont-ils réduits à rivaliser dans le style dépotoir qui est censé être la marque du quartier, jusqu’au très pimpant « Point d’accès au droit » qui semble les faire siens (le style et la marque).

Accès au droit, au bain et aux gravats (Intersection Suez/Panama – CGO, avril 2012).

À l’insulte de son plein gré

Or, l’habitant de la Goutte d’Or est littéralement insulté par les friches du triangle d’or, pour ne citer que les trois jardins des rues Cavé et Myrha (dont aucun n’est recencé es-qualités au 12 juillet 2012 dans la liste des jardins partagés publiée sur le site de la Mairie) : la friche prétendument cultivée de l’angle Myrha/Léon, confiée aux Scouts musulmans de France qui n’y ont entreposé en six mois qu’un plastic sale faisant serre et un épouvantail chancelant faisant sale, celle du 24 rue Cavé confiée à l’EGO surdimensionné du quartier pour réinsérer ses petites graines, celle du 4 rue Cavé (ex-25 rue Stephenson) dans laquelle l’aimable planteur de tomates peine à émerger de la récup’ médiocre qui l’entoure, du vide grenier sans âme, des ferrailleurs de nains de jardin qui caractérisent ce lieu jadis plein de culture et d’histoire qui, la nuit, se clochardise, et dans lequel la SEMAVIP laisse construire sans permis des cabanons de misère (voir notre billet du 14 juin et reportage photographique ci-dessous des 10-12 juillet 2012).

Cet habitant auquel le maire sert de l’habitat salubre à front renversant est-il encore prêt à réagir ? Le projet lancé par Cavé Goutte d’Or autour du 20 rue Léon (27 jours pour sauver l’Olympic) est un test sinon une réponse. À vos plumes, lecteurs !

*

La Mairie de Paris donne son label vert à l’angle Myrha / Léon

Le lieu-dit « ex-centre culturel de la SEMAVIP » à l’angle des rues Myrha et Léon, qui n’a plus de secret pour les lecteurs du blog de Cavé Goutte d’Or, s’est vu doter du label « main verte » de la Mairie de Paris. C’est dire combien la Mairie de Paris se moque de la Goutte d’Or, car rien n’est vert sur cette friche à l’épouvantail fatigué.

Épouvantail en embuscade

Des scouts toujours pas prêts

Le locataire précaire qui est censé occuper l’espace avant que la culture SEMAVIP ne vienne imposer sa marque est l’association des Scouts Musulmans de France dont le généreux panneau (voir ci-contre) annonce pompeusement depuis plusieurs mois l’installation d’un « Super Potager Productif », censé faire pousser «des produits bio sains et nutritifs» et nous aider à «repenser notre relation à la terre nourricière». 

L’association entend faire de ce potager « un lieu de rencontre, d’animation et de convivialité autour du travail de la terre », dit le panneau. Le projet a les honneurs de la dernière Lettre d’information du programme Main Verte de la Mairie de Paris, qui – à son tour – raconte que ce lieu « est cultivé par les Scouts musulmans de France », qui – pour faire bonne mesure – le partagent avec une association de boulistes (voir reproduction ci-dessous).

*

Or, ce lieu à l’abandon n’est pas cultivé. En le disant tel, en lui donnant un label usurpé, en trahissant la parole de l’Administration, la Main Verte de la Mairie de Paris ajoute la frime à la friche.

Pendant ce temps, il semble que le Bois dormant, réel jardin et lieu cultivé du quartier, serait en danger. 

Les coquelicots aux bidons bleus, 24 Cavé

Habitat indigne sur les décombres du 25 Stephenson/2-4 Cavé

C’était mieux avant !… 

Publicités
Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s