Sous-sol

Un archéologue pop tire les ficelles des nombreuses carrières de la Goutte d’Or

Martin Mc Nulty, Dreamtime (photo Aurélie Coudière)

Cela devait arriver : à force d’évoquer les « nombreuses carrières » dont la SEMAVIP fait mensongèrement état dans ses demandes de permis de démolir (25 Stephenson, 7 Myrha, 4 Léon), la Goutte d’Or a attiré les archéologues et géologues du monde entier.

Cavé Goutte d’Or s’était déjà largement fait l’écho de l’expertise géologique GINGER confirmant que l’îlot Cavé/Stephenson/Myrha/Affre était absolument exempt de toute trace d’anciennes carrières quand la patronne de la SEMAVIP le disait exsangue au contraire en raison de « la présence de nombreuses carrières » qui l’affaiblissaient. À l’automne passé, le collectif était également intervenu auprès du Conservateur régional de l’Archéologie afin de demander une enquête sur les fouilles de la SEMAVIP dans le quartier (lien) et l’association se félicite aujourd’hui d’avoir dans son Conseil scientifique et technique le titulaire de la chaire de Géologie au CNAM.

C’est dire qu’on se réjouit, sur ce blog, de voir un « archéologue et géologue praticien d’une géologie pop », comme le présente l’écrivain Joy Sorman, révéler « des fragments de matière polis, lisses, bruts, rugueux, brillants, laqués, sophistiqués et pauvres (…) comme de nouvelles séquences ADN  ». 

Tohu bohu

Après Martin Parr, qui a fait le tabac que l’on sait à l’ICI, l’un des quatre « lieux ressources » sélectionnés par la Ville de Paris et la Mairie du 18e pour présenter la culture de la Ville de Paris et de la Mairie du 18e dans la Goutte d’Or, un autre Martin, Martin Mc Nulty, en dévoile une face encore plus cachée que les portraits convenus de Martin Parr : rien moins que le tohu bohu du futur à en croire Joy Sorman qui, dans un enthousiasme de fin du monde, présente le travail de Mc Nulty sur le site de la Galerie 6bis, dans le onzième arrondissement de Paris : « C’est le big bang qui recommence, un nouveau temps zéro pour l’univers en dilatation. Une explosion de couleurs qui nous tombent sur la tête aussi sûrement que le ciel, sans doute, un jour. Si ce n’est la création du monde, c’est alors sa fin ; et cette fin est si éblouissante que je l’appelle de mes vœux ».

Y a pas l’feu au lac

En attendant la fin du monde appelée des vœux de Sorman, mais en avant première quand même de l’exposition organisée à la Galerie 6bis du 3 au 7 mai 2012,  c’est en Suisse, à la Fondation Louis Moret, dans la ville carrefour de Martigny secrètement jumelée avec le quartier monde de la Goutte d’Or, qu’est inaugurée, ce week-end, l’exposition Dreamtime. 

Autre jumelage secret : la très éblouie Joy Sorman, qui présente le travail de Martin Mc Nulty, nous a déjà donné, après Boys boys boys (prix de Flore 2005), L’inhabitable, livre de commande à la gloire de la SIEMP, une des sociétés démolisseuses de la Ville de Paris, rédigé avec l’architecte Éric Lapierre dont – sans la lui jeter – la revue Criticat a aimablement évoqué la contribution à L’inhabitable sous le titre « la voix de son maire » (voir « Urbanisme fin de siècle » dans Criticat, « L’inhabitable rase » sur le site D-Fiction et « Verrouillage » sur notre blog).

Lapierre dans son jardin

Ancien disciple de Jacques Lucan, sur les travaux duquel nous reviendrons (voir notamment la formation et la transformation du Paris des faubourgs qu’il a dirigé),  aujourd’hui proche de la Mairie centrale et de son Pavillon de l’Arsenal, Éric Lapierre tente néanmoins de ralentir la frénésie de démolition de ses éditeurs en rappelant – sur le propre site de la Ville de Paris, ce qui est le comble du « cause toujours ! » en vigueur chez Delanoë et Hidalgo – que « si les formes faubouriennes du XIXe siècle venaient à être supprimées, ce serait une disparition définitive : la fabrique contemporaine de la ville ne conduit plus à la constitution de telles formes, ce qui donne naturellement une valeur patrimoniale à ces secteurs ». Ces secteurs sont notamment, dans l’analyse qu’en propose Éric Lapierre, les quartiers Est de la Ville de Paris  que l’Administration Delanoë a livrés à ses SEM (sociétés d’économie mixte) pour les démolir, toute « valeur patrimoniale » bue (Voir « 35 projets pour aménager Paris »).

Considérant la marque du Second Empire dans les quartiers de la Goutte d’Or et de Château Rouge, et sachant que, selon le même document de la mairie de Paris, « l’objectif premier du projet Château Rouge est d’améliorer le confort et la qualité des logements en privilégiant la réhabilitation, afin de préserver les indéniables qualités de ce paysage typique des faubourgs ordinaires de Paris », on cherche encore, dans le secteur, la trace de « la priorité donnée à la réhabilitation sur la construction neuve, (qui) traduit la volonté de conserver la morphologie et l’ambiance du quartier », telle qu’elle est consignée également dans le document de la mairie.

Talus bahut

Avant de revenir sur les travaux de Sorman et Lapierre en matière de logements parisiens, et de nous promener dans les rêves de l’archéologue géologue Mc Nulty, laissons le lecteur rêver un instant au monde futur qu’offre au malheureux présent l’aimable association Goutte Verte sur les ci-devant terres de la SEMAVIP du 4 rue Cavé, devenues laboratoire d’esthétique urbaine.

Jardin mobile du 4 rue Cavé

Jardin mobile, détail (avril 2012).

Les méchantes langues ignorent que le Palais de Tokyo convoite les expériences des jardins nomades de la Goutte d’Or pour ses collections d’art contemporain, en concurrence semble-t-il avec la Fondation universelle des Amis d’Hundertwasser qui voudrait construire un monde meilleur (ou le meilleur des mondes tant qu’à faire) autour des baraquements de la Goutte Verte. 

« Vite, est-il d’autres vies », criait déjà Rimbaud qui s’y connaissait en couleurs, en colères et ivresses pénitentes (Mauvais sang, Une saison en enfer et Voyelles).

Hundertwasser (Gaby Schrott, redbubble.com)

Publicités
Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s