Improbable politique culturelle de la SEMAVIP (suite)

La Mairie du 18e reprend la main

On se souvient des velléités de la SEMAVIP de brader une de ses friches à un « centre culturel » (notre billet du 14 février 2012).

Ah que non ! lui avait rétorqué Daniel Vaillant en personne lors du dernier conseil d’arrondissement. Et le panneau de la SEMAVIP changerait d’orientation. À 360° comme qui voudrait faire croire qu’il change à 180° mais revient à son point de départ, le bras armé de la Mairie de Paris dans la Goutte d’Or et Château Rouge concéderait que son centre culturel serait en réalité un « collectif d’entreprises culturelles ».

Ce flop et le blog de Cavé Goutte d’Or qui en a rendu compte le 14 février dernier seront suivis, la semaine prochaine, d’un Conseil de quartier qui planchera sur « La culture, sa place dans notre quartier ». C’est même la maison mère qui l’annonce, la Mairie de Paris en son site, celui de la Mairie du 18e ne pipant mot à ce jour de cette manifestation confiée rien moins qu’au président du Conseil de quartier, Monsieur Dominique Lamy, adjoint au maire chargé des Transports et des Déplacements.

Dominique Lamy (Photo Mairie du 18e)

Nos lecteurs se souviennent du ton condescendant avec lequel Monsieur Lamy avait cru devoir dire, lors du célèbre Conseil d’arrondissement du 10 octobre 2011, qu’il préférait les habitants de la Goutte d’Or Sud aux habitants de la Goutte d’Or Nord, se servant en cela de l’expression « types de populations » qui semble faire des ravages parmi les adjoints de Daniel Vaillant.

« Types de populations » encore

On a vu, en effet, et on va voir encore souvent hélas sur ce blog, que, selon Michel Neyreneuf, maire adjoint à l’Urbanisme et au Logement, on peut réhabiliter dans la Goutte d’Or « mais pas pour le type de population » qui y habite.

Eh bien quand on relit Lamy, ou qu’on réécoute son intervention sur la vidéo de la Mairie (ci-dessous), on tombe sur le même schéma : souhaitant distinguer les habitants du sud (Goutte d’Or proprement dite) des habitants du nord (Château Rouge) dans « le ressenti du quartier », l’adjoint aux Transports de Daniel Vaillant devait saluer le savoir vivre ensemble au sud et, a contrario, mettre à l’index les habitants de Château Rouge et leur « difficulté à vivre ensemble sur des secteurs pas forcément très anciens en termes d’habitants ».   

L’Abscondescendance expliqué à mon voisin


« C’est peut-être un peu abscond, ce que j’explique », explique pour le coup ce qu’entend par « secteurs pas forcément très anciens en termes d’habitants » le maire adjoint aux Déplacements, « mais on a vraiment le sentiment de voir deux types de populations, au sens très large des choses, s’y affronter : un certain nombre de personnes qui y sont installées depuis longtemps et qui y ont vécu dans de très mauvaises conditions mais avec un fort ciment social qui a poussé la Ville, les autorités compétentes, à rénover ce quartier, à aller vers ce qu’il est maintenant au sud ».

Il manque le deuxième « type de population » dans la syntaxe heurtée de l’adjoint, mais on le devine dans la phrase qui suit : « Cet effort (le ciment de l’opération Goutte d’Or sud, ndlr) n’a pas été porté sur l’ensemble du secteur, mais seulement sur la partie sud et le secteur nord de ce quartier a été laissé… pas à l’abandon, c’est pas le mot, mais disons à… la mainmise ou la… la… la… l’intervention du secteur privé », bégaye-t-il. 

« Le social de fait a été petit à petit réinvesti par des gens qui sont extérieurs au quartier, qui y trouvent un certain nombre de charmes, mais les charmes s’arrêtent relativement vite quand il s’agit de vivre ensemble, quand il est question de nuisances dues au voisinage et ces questions-là remontent régulièrement comme une difficulté à vivre ensemble et une difficulté à intégrer tous les aspects du quartier qu’ils avaient peut-être fantasmé(s) en venant y habiter », pense-t-il conclure.

Types de cultures ?

On est rassuré de voir Dominique Lamy, qui s’inquétait de ce que «le type de débat» lancé par Pascal Julien disait sur l’évolution du quartier, remplacer la SEMAVIP dans la réflexion sur la place de culture dans la Goutte d’Or (et réciproquement).

On peut lire et relire l’intervention de M. Lamy dans la page Logement du blog (après les documents relatifs à la demande d’audit) et en pages 34-35 du compte-rendu officiel, qui corrige la syntaxe et supprime les balbutiements. On peut aussi l’entendre sur la vidéo du conseil.

* Sur le site de la Mairie de Paris : « 15 mars 2012 Conseil de quartier Goutte d’Or – Château Rouge École polyvalente de la Goutte d’Or – 49 bis rue de la Goutte d’Or à 19h. La culture : sa place dans notre quartier, venez vous informer, débattre, formuler des voeux, déposer vos projets ».
Publicités
Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s