Séquestre

Les archives de la Salle Saint Bruno en déshérence ?

Construite entre 1870 et 1878, remise par le maire de Paris d’alors à l’archevêché en 1878, l’ancienne chapelle des catéchismes de l’église Saint Bernard située en face, rue Saint Bruno, est devenue, sous le nom de « Salle Saint Bruno », un haut lieu associatif du quartier en 1992.

Selon le site Trésor caché, déjà cité dans ces pages et à qui nous empruntons l’illustration ci-dessus, l’association Salle Saint Bruno devait devenir « une des « associations mères » du quartier de la Goutte d’Or. Sa création en 1992, résulte d’une concertation entre les habitants, les associations et les pouvoirs publics ».

« Le tissu associatif à la Goutte d’Or, riche, dynamique et diversifié, est un acteur très important dans la vie quotidienne des habitants », poursuit Trésor caché en précisant que « plus de 45 associations (y) mènent des activités dans le cadre du développement social urbain ». En tête des associations citées, on trouve l’association Paris-Goutte d’Or qui -bien que partenaire du terrible projet de réhabilitation Goutte d’Or Sud entre 1984 et 1993 (voir sur le blog : « On égorge dans Paris et Paris l’ignore ») – paraît sous le label « qualité de la vie ». 

Un lieu, une association

L’association Salle Saint Bruno est présentée sur le site projets-citoyens.fr comme « un relais de proximité au service du développement social local (par une mobilisation du tissu associatif autour du projet de territoire, l’identification et la promotion des « bonnes pratiques »), un lieu de développement de la citoyenneté et de la démocratie participative (par l’accompagnement de l’expression et l’initiative des habitants) et un lieu de compétences et d’expertises sur certaines thématiques prioritaires (emploi, lutte contre les discriminations, nouvelles technologies, soutien aux initiatives citoyennes, …). »

« Elle tend à promouvoir, conduire et soutenir toute initiative ayant notamment pour but l’insertion et la promotion sociale et économique des habitants du quartier de la Goutte d’or ou répondant à des besoins précis des habitants », poursuit projets-citoyens.fr.

« L’association Salle Saint Bruno a une mission générale de service aux associations et aux habitants de la Goutte d’Or », explique pour sa part le site lagouttedOr.net.

Elle abrite notamment la documentation sur les opérations de réaménagement du quartier et, en septembre 2010 encore, son « Observatoire de la Vie Locale » hébergeait des chercheurs, dont Mathieu Baudry qui y a préparé un mémoire de Master 2 Action Publique-Action Sociale à l’Université Paris X-Nanterre intitulé : « Les associations de la Goutte d’Or : Une posture difficile, entre militantisme et institutionnalisation » (2010), sur lequel nous reviendrons sur ce blog.

Hélas !

Le site officiel de la Salle Saint Bruno annonce aujourd’hui :

  • que « face aux contraintes budgétaires maintenues par les financeurs, l’association se trouve acculée à se restructurer en renonçant notamment à une partie essentielle de ses missions de centre de ressources et d’animation de la vie locale ».
  • que « le secteur d’activité « centre de ressources – animation de la vie locale » (…) n’ayant pas trouvé de sources de financement suffisant a dû se restructurer, entraînant le licenciement pour motif économique de la coordinatrice du secteur en juillet 2011 ».
  • que « le centre de documentation s’est transformé en centre d’archive et n’est plus accessible. Il fait l’objet depuis juillet 2011 d’une étude portant sur un projet de numérisation du fonds documentaire ».

    Fermé pour cause d'archives (Photo GC, août 2011)

Une liste d’archives est donc proposée sur le site, mais les archives elles-mêmes -dont beaucoup seraient utiles au travail proposé dans les pages du blog- ne sont pas consultables.

Le résultat du manque de financement, financement en grande partie assuré par la politique de la Ville, empêche ainsi toute recherche sur la politique de la Ville durant les trente années de réaménagement du quartier de la Goutte d’Or.

À l’accueil, une personne répond que le poste a été supprimé et qu’il faut s’adresser désormais à la Bibliothèque municipale Goutte d’Or, située à deux pas, juste derrière les malheureux escaliers Boris Vian… mais la bibliothèque municipale est elle-même fermée pour travaux depuis six mois et pour un an encore (de juillet 2011 à février 2013 dit son site sans plus de précisions). De quoi souffre donc ce bâtiment quasi neuf, livré en 2001, souvent fermé depuis ? De malfaçons ? De matériaux trop bon marché ? À suivre.

*

Publicités
Cet article, publié dans Articles, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s