Bon an, mal an

La SEMAVIP et Cavé Goutte d’Or échangent leurs vœux : « Putain, encore deux ans ! »

Le contrat de la SEMAVIP sur la Goutte d’Or s’achève en 2014.

Si l’on en croit le jeune avocat qui défend le démolisseur devant le Tribunal administratif de Paris lorsque les autorisations d’urbanisme paraissent légalement critiquables, les habitants de la Goutte d’Or seraient engagés comme un seul homme derrière l’aménageur de leur quartier, et une poignée de méchants militants mèneraient le bal d’une contestation systématique.  

Pour pallier au drame annoncé de l’échéance 2014 qui verrait ainsi une population meurtrie par le départ de la SEMAVIP, à laquelle le quartier aurait donné le sobriquet affectueux de « Soleil de l’humanité », comme le peuple nord-coréen l’avait fait de son aimable dirigeant récemment disparu, et aussi, plus sérieusement, pour accompagner ces deux années dans le meilleur respect possible du Code de l’urbanisme, de la Convention publique d’aménagement de l’opération Château Rouge, et du droit en général, le Collectif Cavé Goutte d’Or a souhaité renforcer son action et se doter de la capacité juridique.

Fin décembre 2011, Cavé Goutte d’Or s’est ainsi constitué en Association Loi 1901, dont l’objet est notamment :

  • de protéger et promouvoir le cadre et la qualité de vie et de l’environnement des habitants de la Goutte d’Or, Château Rouge, la Chapelle ;
  • de préserver les diversités sociales, nationales et ethniques qui font la richesse et le caractère de ce quartier ;
  • de lutter contre la dégradation volontaire ou accidentelle des immeubles, contre l’habitat insalubre qui s’ensuit et le cycle entraînant, à terme, la captation, l’expropriation et la démolition d’immeubles pouvant être réhabilités ;
  • de lutter contre le démembrement parcellaire poursuivi à des fins économiques et l’aliénation du foncier du 18e Est ;
  • de redynamiser le petit commerce et sa diversité, de lutter contre le commerce de gros, mi-gros et le mono commerce ;
  • de préserver le paysage urbain du quartier et d’en protéger le patrimoine historique et culturel ;
  • de suivre les demandes de permis de démolir et de construire et toutes demandes d’autorisations d’urbanisme (…).

Publication des statuts, présentation du conseil et des projets de l’année 2012 dans nos prochaines éditions.

Vous pouvez faire entendre votre voix :

Adhésions de 60 à 12 €  (je soutiens)

Adhésions de groupe pour copropriétés & associations

*

*     *

Les vœux de Cavé Goutte d’Or pour 2012

– Un espace magique pour le CIM

– Le respect de l’habitat social

– Une remise de peine pour la rue Boris Vian (1992-2012 : bientôt vingt ans d’emprisonnement dans la laideur et la saleté de l’opération Goutte d’Or Sud)

Angle Polonceau / Boris Vian (BB-2011)

– Des fenêtres plus larges que les meurtrières aménagées dans les immeubles de l’opération Château Rouge

7, rue Laghouat (BB-décembre 2011)

– Une rupture dans la terrible unité/uniformité / informité / infirmité des immeubles de l’opération Château Rouge

16, rue Laghouat (BB-décembre 2011)

*

– L’émancipation de la Goutte d’Or : la sortie de la Goutte d’Or du misérabilisme dans lequel la politique Gervaise voudrait la maintenir

– Un Printemps de la Goutte d’Or où l’on n’enfermerait plus les arbres 

Arbre enfermé, 54 rue Marx-Dormoy (BB-avril 2011)

*

– Des journaux (nationaux et parisiens) qui parleraient de la Goutte d’Or autrement que les journaux qui ne parlent de la Goutte d’Or qu’à travers Marine Le Pen et Claude Guéant  

– Des journaux de quartier indépendants de la Mairie du 18e

– Un ministre qui habiterait la Goutte d’Or, annoncerait la prétendue présence de nombreuses carrières dans sa cave pour mieux pouvoir agrandir sa maison et obtiendrait son permis d’urbanisme + un patron de l’urbanisme attentif qui verrait la faille et la signalerait au maire et au Canard enchaîné + un Canard enchaîné qui mangerait le morceau, puis le maire et le ministre qui seraient obligés de renoncer au permis (voir Grimaud n’est pas Paris et autres développements sur le blog)

– Une société où il n’y aurait pas besoin des journalistes pour dénoncer les failles dans le sous-sol de l’Urbanisme parisien

– Un aménageur qui ne jouerait pas les Gervaise sur le terrain et les Cosette devant le Tribunal administratif

– Le rétablissement de la lumière de rue pour les 6-8 et 7-9 rue Cavé, maintenus dans l’ombre de la SEMAVIP (par punition sans doute)

– Un jardin partagé un peu plus soigné que le malheureux entrepôt remplaçant sans panache l’immeuble à la « façade dégueulasse » (on le cite) dans lequel Daniel Vaillant aurait un jour rencontré une rigolote vielle dame.

*

*     *

Dans la semaine Une de l’an Douze

– Des nouvelles du 7 rue Myrha

– Des nouvelles du 5 rue Myrha

– Des nouvelles du 83bis rue Philippe de Girard

– Des nouvelles de la rue Boris Vian

– Des nouvelles du 4 rue Léon

La parcelle du 4 rue Léon en apesanteur (BB-novembre 2011)

*

*     *

Bonne et heureuse année 2012 à nos lecteurs

 L’équipe de Cavé Goutte d’Or

*

Publicités
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s