Les carrières refont surface

 Les séismes de l’expertise GINGER

Les lecteurs de Cavé Goutte d’Or se souviennent que la SEMAVIP n’a adressé le rapport GINGER à son bureau d’études que le 18 juillet 2011. Or, elle avait reçu début mai cet avis qui concerne :

  • 1) « l’absence de tout indice d’anciennes carrières » sous le 25 rue Stephenson où la SEMAVIP déclarait à la Direction de l’Urbanisme y en avoir « de nombreuses » ; et
  • 2) les risques liés à la démolition du 25 rue Stephenson.  

La date du 18 juillet est aussi celle à laquelle Mme Anne Hidalgo, première adjointe du maire de Paris, se décidait à transmettre à Mme Elisabeth Borne, directrice de l’Urbanisme au Secrétariat général de la Ville de Paris, le même rapport GINGER, qu’elle avait reçu du Collectif Cavé Goutte d’Or le 4 mai 2011 et du Conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel le 18 mai 2011, Sylvain Garel se chargeant pour sa part d’en adresser une copie au maire de Paris directement, en annexe à sa question écrite du 6 juin 2011.

Au courrier de Cavé Goutte d’Or du 4 mai 2011, Mme Hidalgo n’a toujours pas répondu. Et à celui de M. Bournazel du 18 mai 2011, elle n’a répondu que le 18 juillet 2011. Deux mois pendant lesquels le bâtiment concerné, à peine entamé le 18 mai, a perdu trois de ses cinq étages.

Le Collectif Cavé Goutte d’Or a en effet pris connaissance, ce matin 4 août 2011, d’une note du 18 juillet du directeur de Cabinet de Mme Hidalgo transmettant l’expertise GINGER CEBTP à la SEMAVIP et à la directrice de l’Urbanisme auprès du maire de Paris.

Mme Borne n’est donc assurément pas responsable du long délai dans lequel on lui transmet le document qu’on lui demande d’examiner, « on » n’étant rien moins que le directeur de Cabinet de la Première adjointe. 

Abus d’autorité ?

Le 4 ou le 18 mai 2011, à réception du rapport GINGER, Mme Hidalgo était parfaitement en mesure de connaître l’urgence avec laquelle elle devait transmettre le rapport à qui devait l’examiner « notamment dans le cadre du contentieux en cours sur le permis de démolir », précise la note de son directeur de Cabinet. D’autant que Mme Hidalgo avait été approchée sur ce dossier par le Collectif Cavé Goutte d’Or dès le 7 février 2011, avant même que Daniel Vaillant ne raconte au Parisien son histoire de vieille dame et que Dixhuitinfo n’entreprenne son arlésienne enquête sur les fausses déclarations de la SEMAVIP (ce qui est dire !).

La première adjointe de Bertrand Delanoë à la Mairie de Paris aurait-elle abusé de son autorité en ne transmettant que le 18 juillet le rapport sur les carrières de la Goutte d’Or ? Un rapport qui venait jeter le doute sur la légalité du permis de démolir l’ensemble immobilier des 25 rue Stephenson et 2 rue Cavé puisque aussi bien c’est « notamment dans le cadre du contentieux en cours sur le permis de démolir », nous répétons, que Mme Hidalgo demande que soit examinée cette expertise géologique.

Fait accompli

Un système se dégage de cette nouvelle pièce versée au dossier. Celui du fait accompli. Lors du deuxième référé suspension déposé le 2 mai 2011 par les riverains réunis dans le Collectif Cavé Goutte d’Or contre le permis de démolir le 25 rue Stephenson/2 rue Cavé qu’ils jugent illégal, notamment en raison des nombreuses fausses déclarations dont la demande était émaillée, référé étudié tardivement à l’audience du 19 mai 2011 (15 jours sur le bureau du juge avant de convoquer les parties !), la SEMAVIP a eu beau jeu de déposer, à l’audience, un mot de son bureau d’études disant combien il en coûterait d’arrêter les travaux à un stade si avancé (cf. Courriel de GENIER DEFORGE à ATHIS via la SEMAVIP du 18 mai 2011).

Même scénario avec l’expert judiciaire qu’il a fallu sommer. Devant la carence de réponse aux demandes répétées de Mme Marie-Louise Picard depuis le 25 mai 2011 en vue d’une expertise géologique des caves du 25 rue Stephenson, le bureau d’études de la SEMAVIP a eu beau jeu d’écrire, le 18 juillet 2011 : « Actuellement, le stade avancé de la démolition interdit tout accès aux caves ».

Actuellement peut-être, mais le 25 mai ? Mme Picard ne s’en laissa d’ailleurs pas compter : « Cela met en lumière la responsabilité de l’expert dans la non-réponse à mes requêtes et la non considération de mes déclarations de partie depuis le 25 mai 2011, et celles des maîtres d’œuvre et d’ouvrage qui, dûment tenus informés de chacune de ces déclarations sous forme de dires transmis en copie, poursuivent la démolition en cours en dépit des difficultés patentes d’abattre des murs très solides, et de venir à bout de poutres et de planchers sains », écrivait-elle dans un dire versé au dossier du référé préventif le 25 juillet 2011.

Futur antérieur

La note du directeur de Cabinet de Mme Hidalgo est du même tonneau : « Voyez si l’expertise GINGER du 13 avril 2011 pourrait être utile au contentieux sur le permis de démolir, mais attendez bien la fin de la démolition », dit-elle en substance… démolition ou presque puisque le patron de Mme Hidalgo est toujours sollicité, pas encore sommé il est vrai, d’user de son autorité pour suspendre le permis de démolir, quelque soit le prétendu stade avancé de la démolition, pour sauver les façades majestueuses des deux derniers étages de l’immeuble et ses magnifiques fondations de 1856.

Decorte durée

On garde donc espoir. D’autant que – en ce 4 août encore, décidément très riche d’histoires contemporaines aussi, dix mois après le premier recours de Cavé Goutte d’Or au Tribunal administratif, cinq mois après la demande d’audit qui lui a été transmise, deux mois après le lancement de ce blog presque quotidien – la Conseillère de Paris et du 18e arrondissement Roxane Decorte, présentée dans nos éditions d’hier comme « militante de quartier s’il en est », a proposé au Collectif d’organiser une rencontre avec Benoist Apparu.

Nous nous garderons de faire, avec Monsieur Apparu, les jeux de mots faciles que nous nous sommes gardés de faire avec Madame Borne mais, avec le temps qui passe, les apparitions ont quand même des limites. On compte donc sur Roxane Decorte, jusqu’à trois.

Publicités
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s