La SEMAVIP prend ses mégots pour des butons

« Les découpes de désolidarisation des immeubles 27 Stephenson et 6 Cavé ont été réalisées après d’installation de butons verticaux » (Le bureau d’études de la SEMAVIP, note technique du 18 juillet 2011) 

L’immeuble du 6 rue Cavé sans butons (2 août 2011)

Les lecteurs de Cavé Goutte d’Or se souviennent du rapport d’ATHIS, le bureau d’études de la SEMAVIP, qui avait moqué le constat d’huissier établissant la chute de gravats de l’immeuble du 25 rue Stephenson en démolition sur l’immeuble voisin du 6 rue Cavé.

Là où l’huissier constatait, in situ et de visu, le 9 juin 2011 au matin, la présence de « nombreux gravats » sur le sol et les toits du 6 rue Cavé, le bureau d’études de la SEMAVIP ne voulait voir, dans son rapport du 30 juin 2011, que des mégots de cigarettes et des morceaux de papiers venant du 6 rue Cavé lui-même.

ATHIS re-mégotte

Malgré le caractère peu sérieux de ce rapport, ATHIS a été prié de fournir un « avis technique concernant la démolition des sous-sol » du 25 rue Stephenson dont la SEMAVIP est le maître d’ouvrage. Dans cet avis du 18 juillet 2011, communiqué le 21 juillet par la SEMAVIP dans le cadre de la procédure de référé préventif du Tribunal de Grande Instance de Paris, il est indiqué que « les découpes de désolidarisation des immeubles 27 Stephenson et 6 Cavé ont été réalisées après d’installation de butons verticaux », comme il était au demeurant prévu dans son rapport dit de « Méthodologie de démolition », du 29 novembre 2010, communiqué dans la même procédure en date du 13 janvier 2011.

Or, il n’en est rien, la SEMAVIP démolit et GENIER DEFORGE déconstruit sans qu’aucun soutènement, ni du 6 rue Cavé ni du 27 rue Stephenson, n’ait été posé.

La Guerre des butons

Le rapport d’ATHIS est bien affirmatif, en effet, sur la présence de butons avant la désolidarisation des bâtiments mitoyens, désolidarisation qui a commencé depuis le début du mois de juin, quand aucun buton n’est apparent à l’œil nu. Sauf à avoir enfoui ses butons sous les murs à soutenir, le travail de désolidarisation est ainsi effectué depuis deux mois sans protection visible, le bâtiment du 6 rue Cavé, notamment, étant à nu sur ses trois derniers étages.

Or, on distingue clairement, en page 7 du document « Méthodologie de démolition », une phase 5 qui, en dépit des tentatives des démolisseurs de se dire déconstructeurs, précède naturellement la phase 6 :

  • Intitulée « Mise en place de butons verticaux », la phase 5 se veut préventive :  « Des butons verticaux seront installés préventivement contre les mitoyens 27 rue Stephenson et 6 rue Cavé pour prévenir les efforts des façades (concernées) ».
  • Intitulée « Désolidarisation des bâtiments », la phase 6 confirme le caractère antérieur de la phase 5 : « Préalablement à la démolition, une sécurisation par étaiement de la structure sera à réaliser ». Le futur reste présent. Une photo est ajoutée au texte d’ATHIS comme « exemple du butonnage » (page 7). Rien de tel sur les deux bâtiments mitoyens des 6 Cavé et 27 Stephenson les 1er et 2 août 2011 (photos de cet articles).

L’immeuble du 27 rue Stephenson sans butons (2 août 2011)

Et ATHIS de confirmer, malgré tout, l’avant et l’après en écrivant, le 18 juillet, que « les découpes de désolidarisation ont été réalisées après l’installation des butons verticaux ».

 La SEMAVIP désolidarisée

Il y a longtemps que la SEMAVIP, pour sa part, s’est désolidarisée du quartier de la Goutte d’Or qu’elle démolit et des divers bâtiments qu’elle a captés à l’attention de la direction de l’Urbanisme, avec l’amicale négligence de celle-ci (voir comme contre-exemple la note du directeur de l’Urbanisme de Grimaud à son maire) et au grand dam de la Commission du Vieux Paris, qui s’égosille depuis un an à crier dans le désert que les démolitions menées par la SEMAVIP dans la Goutte d’Or se révèlent « beaucoup plus nombreuses que ne le prévoyaient les plans initiaux », c’est-à-dire une convention ayant force de droit et ses avenants.

En revanche, la SEMAVIP ne se désolidarise pas d’ATHIS. Elle lui a confié récemment l’étude de l’expertise de GINGER CEBTP diligentée par le Collectif Cavé Goutte d’Or à la mi-avril 2011, ce qui ma foi est une forme de reconnaissance du collectif et de son action. Souvent citée sur ce blog, l’expertise GINGER avait naturellement été adressée, début mai, à la SEMAVIP et à toutes les parties au référé préventif précédant la démolition du 25 rue Stephenson. Idéalement, tous les habitants des immeubles mitoyens étaient ainsi informés : 1) du mensonge de la SEMAVIP qui avait assuré la direction de l’Urbanisme que l’immeuble qu’elle voulait démolir était situé sur un terrain « fragilisé par la présence de nombreuses carrières » ; et 2) des risques liés à la démolition d’un bâtiment d’angle en bas de côte.

Si ATHIS ne lit pas le blog de Cavé Goutte d’Or, il n’aura pris connaissance de l’expertise GINGER que tout récemment, mais le résultat de sa connaissance est édifiant, si l’on peut ici parler d’édifice. ATHIS en effet s’y désolidarise de la SEMAVIP, pointant, dans une lettre qui lui est destinée, le mensonge de sa Directrice générale :

  • « GINGER se réfère au plan des carrières pour indiquer l’absence de carrières dans l’emprise de la parcelle. ATHIS aboutit à la même conclusion en se référant au même document ».

Dont acte, mais c’est bien la destinataire de cette note, Mme Marie-Anne Belin, Directrice générale de la SEMAVIP, qui a signé la notice descriptive de la demande de permis de démolir prétendant que l’immeuble du 25 rue Stephenson souffrait de « la fragilité du sous-sol due à la présence de nombreuses carrières », mensonge récidiviste qu’on trouve sous la même signature dans la demande de permis de démolir du 7 rue Myrha, situé dans le même îlot dont le sous-sol est exempt de tout indice d’anciennes carrières.

À suivre : La SEMAVIP doit reconnaître ses fausses déclarations en matière de carrières. Mme Belin a-t-elle assuré la sienne ? Pour mémoire, le président de la SEMAVIP, M. Roger Madec est en vacances jusqu’au 5 août.

Publicités
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s